Le président de Vivendi hostile aux enchères pour les licences UMTS

Par
Le 22 mai 2000
 0
A quelques semaines de la présentation officielle de Vizzavi, le portail multi supports de Vivendi, Jean Marie Messier, le président du groupe de communication, s'est prononcé contre le principe des enchères pour les licences de téléphonie mobile de troisième génération. "On ne peut pas attribuer une licence simplement en fonction de la liasse de billets mise sur la table, sans prendre en compte la qualité du service et des projets proposés aux clients", a-t-il déclaré dans un entretien paru dans le Journal du Dimanche. "J2M" est prêt à investir 30 milliards de francs dans le réseau de troisième génération mais refuse de verser cet argent à l'Etat, considérant que le prix des licences peut être assimilé à un véritable impôt. Interrogé sur 77, François Hollande, secrétaire du PS, proche du gouvernement, semble soutenir la thèse d'une solution mixte, mêlant dossier et enchères et pouvant revenir à au moins 25 milliards de francs par opérateur, soit près de 50% des montants atteints en Grande Bretagne. Revendiquant l'intérêt général, la position du gouvernement risque donc de peser lourdement sur le dévelopement de la neteconomie mobile rapide et par conséquant sur l'économie tout entière. Cette solution est-elle vraiment profitable à l'intérêt général ? on peut en douter.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités

scroll top