Aymeric CHOTARD. Chef de Projet TVmag.com

Jérôme Bouteiller
17 mars 2000 à 00h00
0

Alors que la télévision et le Net sont de plus en plus en concurrence, des magazines TV ont commencé leur migration vers le Web. Chef de projet de TVmag.com, Aymeric CHOTARD a bien voulu répondre à nos questions

Alors que la télévision et le Net sont de plus en plus en concurrence, des magazines TV ont commencé leur migration vers le Web. Chef de projet de TVmag.com, Aymeric CHOTARD a bien voulu répondre à nos questions

JB - Monsieur Chotard, bonjour. En quelques mots, pourriez vous présenter votre parcours ainsi que celui de votre société ?

AC - J'ai fait l'intégralité de mes études à l'université Paris IX Dauphine où j'ai obtenu une Maîtrise de Sciences de Gestion ainsi qu'un DESS de Gestion des Télécoms, de la Télévision et de de la Télématique en 1998. j'ai effectué mon stage de DESS au Credome, centre de recherche médias du groupe , où j'ai notamment participé à une étude ad-hoc pour Le Figaro. Ces derniers m'ont ensuite contacté pour que je m'occupe des études et de la veille pour le développement multimédia du groupe Socpresse, poste que j'ai occupé à partir de janvier 99. Début juillet, à la suite du départ du responsable du projet TVMAG.COM, j'ai été nommé comme nouveau responsable.
TV Magazine a été créé en 1987 par Robert Hersant. Ce titre appartient aujourd'hui au groupe Socpresse et est dirigé par Bernard Véréano. Initié par France Soir, TV Magazine est ensuite adopté par Le Figaro, puis par de nombreux quotidiens régionaux. Ces deux dernières années, TV Magazine a élargit son périmètre de diffusion avec Ouest-France et La République du Centre, ce qui porte à 37 le nombre de titres qui le diffusent (vous trouverez la liste complète de nos partenaires à l'adresse suivante: http://www.tvmag.com/soc3/about/partners.jsp). Ainsi, TV Magazine affiche aujourd'hui une diffusion totale par numéro de 4 715 755 exemplaires (source OJD) et touche 14,6 millions de lecteurs (source AEPM), soit un Français de 15 ans et plus sur trois, ce qui en fait le premier magazine français.

JB - Votre expérience au sein d'une chaîne de télévision universitaire vous aide t'elle pour occuper votre poste ?

AC - Je vois que vous êtes bien renseignés. Pendant de longues années, j'ai en effet été membre de Channel 9, chaîne de télévision étudiante interne à Dauphine, et cela m'aide peut-être, mais c'est plus ma passion pour l'univers de la télévision en général (qui m'a justement poussé à rejoindre Channel 9), renforcée par le DESS dirigé par Dominique Roux [ndlr : Membre de l'Autorité de régulation des télécoms », qui m'ont permis d'acquérir une connaissance globale de cet univers. Channel 9 nous permettait surtout d'apporter un peu de créativité dans nos études de gestionnaire. C'est en tout cas au sein de cette association que se trouve mes meilleurs souvenirs étudiants. Je continue d'ailleurs à essayer de leur donner quelques coups de pouces comme la mise en place de leur diffusion sur le Web en partenariat avec Ici Campus et Canalweb.
Il est clair en tout cas que Channel 9 m'a appris à travailler en équipe, dans l'urgence la plupart du temps et donc avec une grande réactivité. Cela m'a ainsi permis d'expérimenter des journées de 48 heures de travail sans sommeil, ce type de journées qui constitue aujourd'hui le quotidien de nombreux projets Internet dont le nôtre !!!

JB - TVmagazine est le premier périodique français. Pensez vous que vous pourrez atteindre un tel rang sur le Net ?

AC - Clairement non. Il serait bien prétentieux, voire ridicule, d'envisager que TVMAG.COM puisse atteindre l'audience de sites tels que ! ou Voila, cela me parait inconcevable. En revanche, nous affichons clairement l'ambition de nous imposer comme le service leader dans notre domaine.

JB - L'internet est un nouveau métier nécessitant de nouvelles compétences. Vous avez développé votre propre technologie ou êtes vous passé par un prestatire externe ?

AC - Afin de basculer rapidement sur le Web avec une solution fiable et en adéquation avec notre modèle, nous avons fait l'acquisition d'une licence auprès de Gist Communication (www.gist.com). En effet, depuis trois ans maintenant, Gist diffuse un guide des programmes de télévision sur le Web américain et a su prouver l'efficacité de son business model et de sa technologie en collaborant avec les prinicipaux sites américains (Yahoo, AOL, Altavista, NBC Interactive, Hollywood.com, ...). Gist a ainsi développé notre site et nous bénéficions également de leur maintenance, mais aussi de la mise à disposition permanente de leurs contenus et de leurs nouvelles fonctionnalités.

JB - Quelle sera votre stratégie, capitaliser sur votre propre notoriété ou vous associer à des sites à forte audience comme des portails ou des sites communautaires ?

AC - Doit-on vraiment choisir entre ces deux optiques ?? Il est clair que nous n'allons pas nous priver de la notoriété que TV Magazine a su construire auprès de ses 15 millions de lecteurs ... en s'associant à des journaux à forte audience !! Il est donc évident pour nous, que nous souhaitons reproduire le succès du magazine et de son modèle de supplément. Par ailleurs, et cela suit ma réponse à la question précédente, l'Internet français commence aujourd'hui à compter certains "poids lourds" qui agrège la majeure partie de l'audience Internet globale. Or ces princes du Web ont pour la plupart une approche généraliste et cherchent à intégrer la brique de contenus programmes TV. Nous aurions donc tout intérêt à passer des accords afin de bénéficier d'une partie de leur audience en échange notre service plutôt que d'essayer d'atteindre cette audience par nous-même.

Dans cette optique, TVMAG.COM a déjà finalisé de nombreux partenariats sur lesquels nous ne communiquons pas encore. La seule information que je peux vous donner pour le moment est que 13 titres de presse se sont associés à TV Magazine dans le cadre d'une société baptisée TV en Ligne (TVEL) pour proposer une rubrique de télévision sur leurs sites.

JB - "Vendre" des émissions de télé sur Internet, pensez vous que cela soit vraiment pertinent ? Vous adressez vous au même public ? L'internaute n'est pas vraiment passif face au média...

AC - Pourquoi vendre ?? Tout notre site est en consultation gratuite. Par ailleurs, pour reformuler votre question, proposer un guide des programmes de télévision sur le web me parait, de façon générale, tout aussi pertinent que de proposer toutes ces informations services que sont la météo, le trafic routier, l'horoscope ou les résultats du loto.

Par ailleurs, le support en tant que tel a sa propre légitimité. Je m'explique : l'intégration du potentiel d'Internet dans un guide des programmes de télévision a un vrai rôle complémentaire par rapport au magazine. Un site n'est jamais limité en terme d'espace disponible, un magazine, si (pas tout à fait puique l'on peut publier un bottin chaque semaine, mais l'on va dire pour être exact que le coût marginal de diffusion d'informations supplémentaires est sans comparaison entre les deux supports). Ainsi, sur le Web, nous pouvons diffuser les programmes de l'ensemble des chaines françaises (objectif de 200 chaînes pour la fin de l'année contre 40 dans le magazine), permettre la création d'un guide de programme personnalisé pour chacun, mettre des bases de données entières en libre consultation contre seulement quelques champs dans la maquette papier, développer des informations pratiques inexistantes dans le magazine.

Il est clair en revanche que nous ne nous adressons pas aux mêmes publics puisque TV Magazine est lu par un Français sur trois, quelque soit son profil, alors que le Web reste encore assez confidentiel avec ses 5 millions d'utilisateurs aux profils spécifiques. Nous cherchons donc à rajeunir notre audience, mais gardons notre approche grand public.

Enfin, il est clair aussi qu'en terme de consultations et d'usage, nous avons à faire à des comportements totalement distincts. Le magazine peut se lire partout ou presque ; c'est le journal TV du foyer qui, tous les jours, est le véritable compagnon de leurs soirées TV. On constate ainsi de multiples reprises en main, ainsi qu'un important taux de circulation au sein du foyer. Le site Web a quant à lui une double vocation : répondre au besoin de l'info-service, notamment vis à vis des personnes qui se connectent de leur bureau et qui, avant de quitter leur travail, souhaite consulter les programmes de la soirée, mais aussi répondre aux attentes des zappeurs-surfeurs, passionnés par le web et la télévision, qui cherchent plus d'information sur leurs programmes ou leurs stars préférés.

Pour ce faire, nous avons essayé d'intégrer le potentiel du Web afin de répondre à ces attentes. Ainsi, nous sommes attachés à simplifier la présentation et de la consultation des programmes grâce à notre double niveau de personnalisation (localité et équipement), mais aussi grâce à des fonctionnalités tels que notre moteur de recherche ou notre agenda.

JB - La convergence des réseaux numériques entraine une concurrence de tous les supports : journaux, TV, radios, etc.. Comptez vous couvrir tous les types de programmes ?

AC - La concurrence s'effectue dans l'utilisation du budget-temps des français comme disent les cabinets d'études. Chaque support a sa légitimité et ses usages spécifiques sans être spécifiquement en concurrence, seulement il faut le temps alloué à la consulation des médias ne peut s'allonger indéfiniment et donc le temps pris pour surfer est enlevé à la consultation des autres médias. Plusieurs études soulignent d'autre part que c'est la télévision qui souffre le plus de l'apparition de la toîle.

Par ailleurs, nous préférons nous concentrer pour le moment sur la réussite d'un guide des programmes de télévision, plutôt que de prendre le risque d'échouer en voulant jouer sur tous les tableaux.

JB - Après les pages perso sur les sites d'hébergement, pensez vous voir apparaître des chaînes TV perso grâce à la démocratisation des webcams ? Comment comptez vous anticiper cette nouvelle donne?

AC - Sûrement pas des chaînes de TV perso, et là c'est mon expérience à Channel 9 qui parle, car produire ne serait-ce qu'une heure de programme par jour demande énormément de temps (pour la production d'un journal quotidien de 30 minutes, 5 minutes d'images nous demandaient de 3 à 4 heures de travail en comptant la prise de vue, l'encodage, le montage vidéo et le montage audio) sans compter les moyens techniques et financiers qui, il est vrai, s'amenuisent. Ils sont néanmoins encore bien grand, combien de foyers disposent aujourd'hui d'une caméra vidéo, d'un ordinateur connecté à Internet et équipé d'une carte d'acquisition vidéo et d'un logiciel de montage, des compétences techniques nécessaires et d'une solution pour la diffusion ?

Je crois en revanche que de multiples contenus vidéos personnels vont être diffusés de façon ponctuel et irrégulière sur le Web sans pour autant créer une chaîne à part entière. Ainsi, dans cet esprit, je pense que nous allons voir apparaître des communautés qui vont fédérer ces contenus vidéos autour d'une même thématique.

Quant notre anticipation de ce facteur, cela rejoint la question et la réponse précédente. Ce n'est pas (encore) notre métier de proposer un guide des contenus Web, même si ceux-ci sont des contenus vidéos. Nous nous en tenons à un guide des programmes de télévision pour le moment.

JB - Comptez vous proposer un axe communautaire en rassemblant des internautes autour de certains programmes (fan de séries US ou de dessins animés)?

AC - Peut-être.

JB - Comptez vous rester gratuit ou proposer la vente de produits dérivés ou de programmes (K7, DVD, etc...) ?

AC - Nous proposeront sûrement à terme la possiblité à nos utilisateurs d'acheter des produits dérivés, mais par le biais d'un partenaire. Nous ne ferons que renseigner l'internaute sur les produits existants et le(s) site(s) où les trouver. Un éditeur ne peut pas confondre lui-même information et commerce sans perdre toute légitimité.

JB - Monsieur Chotard, je vous remercie. (Entretien réalisé en Novembre 1999)
Modifié le 18/09/2018 à 14h07
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

7 400 gigatonnes de neige seraient nécessaires pour enrayer la fonte des glaces
Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
L'Anses confirme l'impact du trafic automobile sur la santé et invite à promouvoir l'électromobilité
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
Que se passerait-t-il si Stadia disparaissait ? Un ponte de Google répond
Le jeu de rôle anti-Brexit
SFR dévoile sa Box 8, une box barre de son
Un timbre en édition limitée pour célébrer les 50 ans du premier pas sur la Lune
Netflix dévoile des résultats en baisse, notamment dans les pays où les tarifs ont augmenté

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top