Antoine CAHEN, Alapage.com, Vente de produits culturels

Par
Le 17 mars 2000
 0

A l'image d'Amazon, la célèbre librairie en ligne américaine, la France compte aussi des sociétés spécialisées dans la vente de livres ou de disques qui tentent de s'imposer sur le Web francophone.

A l'image d'Amazon, la célèbre librairie en ligne américaine, la France compte aussi des sociétés spécialisées dans la vente de livres ou de disques qui tentent de s'imposer sur le Web francophone.

JB - Monsieur CAHEN, bonjour. Alapage.com est aujourd'hui l'une des entreprises françaises les plus innovantes en matière de commerce électronique. Vous situez vous dans le sillage de amazon, la célèbre librairie électronique américaine. Que pensez de concurrents comme fnac direct, amazon ou encore BOL?

AC - Je pense qu'ils ont beaucoup d'argent et qu'ils vont y arriver mais que ce n'est pas eux qui vont défendre la culture française ! J'ai vu dans une emmission de télévision sur 77 que les trois restaurants les plus importants en France étaient Mac Donald@jvfr, Quick et Buffalo Gril. Il y a donc bien un avenir pour eux, mais aussi pour les bon restaurants de qualité et nous ferons tout pour y arriver.

JB - Après les livres, les disques et les progiciels, imaginez vous vendre des services ?

AC - Pourquoi pas tout en restant dans notre domaine.

JB - L'intéressement à la vente est'il commercialement efficace?

AC - Cela dépend des pages vues de nos partenaires. Il faut surtout voir cela comme un contenu. Les auditeurs de certaines Radios françaises à l'étranger se plaignent de ne pouvoir acheter les titres qui passent à l'antenne quelques radios ont fermé à cause de ce manque. les visiteurs des sites Internet sont les mêmes, ils veulent pouvoir acheter ce qu'ils voient sur le web. C'est donc du contenu que nous proposons à nos partenaires en premier lieu.

JB - Quels sont les caractéristiques des produits que l'on peut vendre en ligne?

AC - Des produits que le visiteur peut évaluer avec plus de facilité par le web (par exemple le disque si des extraits sonores sont disponibles) ou encore des produits dont le catalogue est exhaustif.

JB - Dans le fond, votre métier est-il de "vendre" ou plus globalement, de traiter de l'information afin de mettre face à face une offre et une demande de bien ou service ?

AC - Notre métier, c'est surtout d'essayer de se mettre à la place des utilisateurs et des clients, c'est peut être cela vendre ?

JB - N'avez vous pas peur de la concurrence des portails?

AC - Pas à court terme car ils ne sont pas des spécialistes de la logistique mais allez savoir...

JB - Avez vous des projets de partenariat avec des fourniseurs d'accès ou des portails pour élargir votre audience?

AC - Tout à fait, nous travaillons de très près avec des portails Francophones comme Francité, PageFrance ou encore Voilà

JB - Pensez vous que la France dispose d'infrastructures postales suffisantes pour gérer l'explosion du télé-commerce?

AC - Non pas encore et il y a tout à faire. Si la Poste ne le fait pas au plus vite, ce sera quelqu'un d'autre. C'est d'ailleur surtout dans ce domaine où il existe un potentiel de création d'emploi important.

JB - Envisagez vous de devenir un distributeur ?

AC - Distributeur au sens grossiste, sûrement pas mais au sens de la logistique, c'est bien là que réside le coeur de notre métier.

JB - Etes vous confiant pour les années à venir?

AC - Pour moi même, on ne sait jamais... Pour Alapage.com, très confiant car la langue, et la culture française sont des éléments symboliques sur la planète que nous nous devons de cultiver vers plus de présence. Pour les futurs adultes, l'avenir n'est pas simple pour eux mais il faut pour que cela se passe bien qu'internet soit une source de rencontre plutôt qu'une source d'isolement et nous pouvons nous donner les moyens d' arriver si la volonté politique est présente, ce que je crois.

JB - Monsieur CAHEN, je vous remercie. (entretien réalisé en février 1999)
Modifié le 20/09/2018 à 14h26

Les dernières actualités

scroll top