Google fait la promo de Firefox aux Etats-Unis

Alex
27 avril 2006 à 18h49
0
Une première : jamais auparavant Google n'avait fait de publicité pour un produit autre que les siens sur la page d'accueil de son moteur de recherche. C'est désormais chose faite, avec une réclame vantant les mérites cumulés du navigateur Firefox et de la Google Toolbar qui indique : « Firefox avec la barre d'outils Google: naviguer avec des onglets, de façon plus sure ». Cette dernière était visible hier, sur le site Google.com, pour les internautes américains équipés d'Internet Explorer, le navigateur de Microsoft.

Si cette publicité en page d'accueil est une première, rappelons que Google et la fondation Mozilla (l'organisme qui édite Firefox) entretenaient déjà des liens cordiaux. Depuis quelques mois, un programme de parrainage est proposé aux webmasters qui souhaitent rentabiliser leur site. Ils n'ont qu'à placer sur leur site une bannière incitant à télécharger Firefox. Si l'internaute de passage télécharge Firefox et l'installe, ainsi que la Google Toolbar fournie dans le lot, Google s'engage à verser un dollar au webmaster.

0000012C00298713-photo-firefox-google.jpg
Pub Firefox sur Google. Image : spreadfirefox.com


Cette idée vient d'ailleurs d'inspirer un groupe de quatre militants américains originaires du Massachusetts qui semble avoir une sérieuse dent contre le navigateur Internet Explorer, puisqu'ils viennent de lancer un programme sobrement baptisé « Explorer Destroyer ». Par l'intermédiaire du programme de parrainage de Google, ils souhaitent inciter le plus de gestionnaires de sites possible à mettre en place des avertissements pour les internautes qui se connectent à l'aide d'Internet Explorer. Le principe est d'afficher un message d'avertissement, expliquant pourquoi il faut passer d'Internet Explorer à Firefox, avant de proposer de télécharger ce dernier via le programme de Google.

Ces « activistes » du butineur proposent trois niveaux d'alerte aux webmasters qui souhaiteraient rejoindre leur cause. Le premier consiste en une simple bannière apparaissant en haut de la page. Le second se présente comme une pleine page servant de page d'accueil du site. Le troisième interdit tout simplement l'accès au site si l'internaute n'est pas équipé de Firefox. Pour justifier leur démarche, les membres du comité Explorer Destroyer expliquent que l'objectif est que les parts de marché d'Internet Explorer passent sous la barre des 50 %. Ils évoquent de louables motivations, comme la nécessaire diversité de l'offre et l'indispensable interopérabilité, mais vont aussi parfois un peu plus loin : « Windows Vista ne devrait plus tarder. Si Firefox ne gagne pas rapidement de nouveaux utilisateurs, Microsoft pourra déterminer le futur du web ».
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La planète est confinée ! Le ralentissement est visible depuis l'espace.
L'union sacrée des télécoms européens, qui vont partager leurs données pour lutter contre le coronavirus
Confinement : la nouvelle attestation de déplacement dérogatoire est disponible en téléchargement
Elon Musk fait un don de 50 000 masques et 1200 respirateurs... pour se racheter ?
Comment choisir la bonne diagonale pour son téléviseur ?
L'empreinte carbone issue de la consommation des Français a chuté de deux-tiers avec le confinement
Coronavirus : le traçage numérique
Coup dur chez HPE : des SSD destinés aux entreprises pourraient se briquer après 40 000 heures
Xiaomi lancera la très attendue Mi TV 4S 65
Des Macbook propulsés par des processeurs ARM prévus pour l'an prochain
scroll top