Songbird arrête le développement de sa version Linux

le 06 avril 2010
 0
012C000003076908-photo-songbird.jpg
Pour certains, l'annonce résonne comme un parricide, mais Songbird assume : la prise en charge de sa version Linux ne sera plus assurée par l'éditeur du logiciel musical open source. « Certains pourraient se demander comment une entreprise avec des racines solidement ancrées dans le monde open source peut se débarrasser de sa version Linux. » Une décision qui n'est pas prise « sans peine », mais « nous avons une petite équipe chez Songbird, et nous devons rester plus que jamais concentrés sur un éventail restreint de priorités. »

Et ces priorités s'appellent désormais Windows et Mac OS. La future version de Songbird, qui répond au nom de NOFX, sera disponible en version release candidate entre le 23 et le 25 avril sur les deux systèmes, et en version finale entre le 26 et le 30. Plusieurs fonctionnalités sont annoncées, comme la prise en charge de la vidéo : importation, gestion de la bibliothèque, et lecture en plein écran. Autre annonce : la compatibilité à 100% avec Windows 7.

La présence d'Amarok et Rhythmbox pourrait expliquer les difficultés de Songbird à percer sur Linux. Pourtant, Mac OS X et Windows sont aussi deux challenges pour Songbird, puisqu'il existe des multitudes de lecteurs musicaux. Sur Mac, iTunes lit non seulement la musique, mais gère aussi la bibliothèque et se veut un portail musical en ligne, avec l'iTunes Store. C'est justement cette notion de portail que vise Songbird, qui a déployé depuis le début les solutions de lecture en streaming (Last FM) ou de téléchargement de musique en ligne (Jamendo, 7digital store).

Tout en déclarant « rester loyal à Linux et à l'idéologie qu'il représente », Songbird se contentera désormais de conserver une version utilisable pour ses développeurs et la communauté. Des builds seront toujours disponibles sur le wiki du site, mais « aucune ne sera officiellement prise en charge, et les nouvelles fonctionnalités n'y seront pas implémentées. »

Songbird a rapidement essuyé les critiques, et a répondu dans le week-end « à ceux qui ont fait connaître leur déception tout en conservant un ton courtois. » L'éditeur s'est déclaré « compatissant », mais a souhaité « clarifier certains points : Songbird reste open source ». Une façon de dire « Faîtes-le vous-même ? » Songbird justifie cette politique par quelques chiffres : 80% de ses utilisateurs sont sur Windows, 10% sur Mac OS et 10% sur Linux (versions 32 et 64 bits confondues). Des statistiques qui expliquent difficilement le choix de Mac OS plutôt que Linux, sauf que pour celui qui se veut l'iTunes-killer, il semblerait que rester dans la course face au logiciel d'Apple soit une priorité plus forte que le système d'exploitation open source.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Oppo : Suivez avec nous et en direct l’annonce et le lancement du nouveau flagship, Reno !
Les bots malveillants représentent plus de 20% du trafic web
Cybersécurité : plusieurs ambassades européennes auraient été victimes de pirates russes
Ouch ! La TV 8K haut de gamme de Sony coûtera pas moins de 70 000$
Les Brave Rewards débarquent officiellement sur Android
Des employés de Microsoft appellent à soutenir la révolte de travailleurs chinois sur GitHub
Tesla dévoile son nouvel ordinateur de bord pour véhicule autonome
Malgré les tumultes, Huawei a vu son chiffre d'affaires bondir au premier trimestre 2019
Selon cette enquête, les femmes progresseraient plus vite que les hommes à Dota 2
Découvrez IA4EU, la plateforme européenne collaborative sur l'intelligence artificielle
See You Yesterday : Netflix dévoile la bande-annonce du film de Spike Lee
Linux on DeX est désormais compatible avec le Galaxy S9, S10 et Tab S5e
Pour iCloud, entre autres, Apple verse plus de 30 millions chaque mois à AWS
Hideo Kojima, créateur de Metal Gear, tease un gros projet lié au cloud gaming
scroll top