P2P : 4 mois de sursis pour un "camcorder"

01 juin 2018 à 15h36
0
00076079-photo-emule-libre.jpg
Objet de toutes les attentions lors des avant-premières de films très attendus, les adeptes du camcording sont eux aussi susceptibles d'avoir affaire à la justice. Un jeune homme vient en effet d'être condamné à quatre mois de prison avec sursis ainsi qu'un euro symbolique de dommages et intérêts, pour avoir tenté de capturer à l'aide d'un caméscope un film pendant sa projection au cinéma.

Les faits remontent au 28 août 2008, lorsque le personnel d'un cinéma Pathé remarque qu'un spectateur a installé un caméscope devant lui pendant une projection du film Bangkok Dangerous.

Selon le quotidien Ouest France, qui le premier s'est fait l'écho de cette condamnation, le jeune homme qui stockait chez lui quelques films téléchargés illégalement aurait admis qu'il avait l'intention de partager sur Internet le fichier ainsi constitué après l'avoir visionné.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Facebook fête ses 6 ans, bientôt un webmail ?
La réalité augmentée ressuscite les monuments disparus
Nokia : un logiciel pour diagnostiquer les problèmes d'un smartphone S60 tactile
SHW-M100S : Samsung présente son premier smartphone Android 2.1
Mozilla met en garde contre 2 extensions malveillantes
Ikonoskop : une caméra full HD qui tourne en
iTunes Preview : l'App Store d'Apple s'invite (en partie) sur le web
Presse écrite : les applications iPhone difficiles à monétiser
Apple se hisse à la seconde place du marché français des mobiles
Cloud Computing : l'Air Force fait appel à IBM
Haut de page