La Chine souhaite un contrôle public d'Internet

0
00C8000002742402-photo-google-jpg.jpg
Tous les regards sont tournés vers le gouvernement chinois depuis la menace de Google de se retirer de Chine suite à des « attaques très sophistiquées et très ciblées » sur ses serveurs en fin d'année dernière, ainsi que sur ceux d'autres sociétés d'envergure internationale.

Le géant de la recherche sur Internet a même décidé d'arrêter de censurer les résultats affichés par son moteur contrairement aux demandes du gouvernement chinois, acceptées encore aujourd'hui par le leader local, Baidu.cn. Si la presse du monde entier a rapidement fait l'écho de ces menaces, la plupart des portails chinois n'a pas ou peu relayé l'information et a omis de faire référence à certains termes comme la « liberté d'expression » ou la « surveillance » des réseaux comme le note le New York Times.

Et cette actualité prend désormais une tournure politique, la secrétaire d'État Hillary Clinton, un poste équivalent américain du ministre des Affaires étrangères, s'estimant « sérieusement préoccupée » par les attaques sur les serveurs de Google et attendant des « explications du gouvernement chinois ». Dans un communiqué de presse, un porte-parole du gouvernement chinois a appelé les entreprises à collaborer pour un contrôle public d'Internet. Mettant en garde contre la pornographie, les fausses informations, les cyber-attaques et les rumeurs, le gouvernement estime que les médias en ligne ont une responsabilité en matière de « formation » de l'opinion publique.

Concernant les attaques répétées sur les serveurs de Google, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères affirme que la Chine a elle-même été victime de cyber-attaques. C'est également le cas de Baidu qui a été indisponible pendant plusieurs heures mardi dernier à la suite d'une attaque qui proviendrait de la « Cyber-armée iranienne » et qui aurait pour but de défendre le gouvernement iranien.

A noter que selon les analystes, Google pourrait profiter de ce bras de fer engagé avec le gouvernement chinois pour préparer son départ sans perdre la face. Car la Chine est en effet l'un des rares pays au monde où Google n'est pas le leader des moteurs de recherche, avec « seulement » 30% de parts de marché, contre près du double pour Baidu. Google emploie 700 salariés en Chine pour un chiffre d'affaires situé entre 220 et 600 millions de dollars par an. Un chiffre à comparer avec ses 22 milliards de dollars de chiffre d'affaires au global. La Chine compte 360 millions d'internautes.
Modifié le 18/09/2018 à 14h42
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Facebook et McAfee signent un partenariat d'un an
ATI Radeon HD 5670 : DirectX 11 à moins de 100 euros
Free est intéressé par de nouvelles fréquences mobiles
Windows Azure : un accord entre Microsoft et HP
Le fugitif de Facebook arrêté après 5 mois de cavale
Vers un  Assassin's Creed  multijoueur chez Ubisoft
Une première bêta pour Mozilla Lightning 1.0
X. Niel investit dans la start-up du fondateur de Twitter
  Driver  ,  Ghost Recon  ,  Lapins Crétins  reviennent
Un particulier dépose la marque Hadopi... avant l'État
Haut de page