Daniel Fried, Veeam : "la virtualisation est un moteur essentiel à l'adoption du cloud computing"

Par
Le 23 octobre 2009
 0
02538326-photo-daniel-fried.jpg
Daniel Fried, directeur Europe du sud et centrale de Veeam Software, éditeur de logiciels d'administration d'environnements virtuels VMware, fait le point sur l'évolution de la stratégie de l'entreprise, en mettant l'accent sur Monitor 4.5 et sur le portage des solutions Veeam sous Microsoft Hyper-V.

AB - Daniel Fried, bonjour. Quels sont les principaux atouts de la virtualisation en entreprise et les pièges à éviter ?

DF - Parmi les nombreux atouts de la virtualisation, j'en citerai deux principaux : un taux d'utilisation accru des ressources qui implique une réduction des coûts de l'infrastructure physique grâce à la consolidation de serveurs. Et, parallèlement, une plus haute disponibilité des applications avec une amélioration de la continuité d'activité grâce à des outils de PRA simplifiés et rapides tels que Veeam Backup & Replication.

Ces avantages induisent pour l'un une économie d'énergie, pour l'autre de meilleurs niveaux de services sur lesquels peuvent désormais s'engager les responsables de production de l'entreprise vis-à-vis de leurs clients. Ces bénéfices permettent aujourd'hui de transformer les data centers en centres de services. Par ailleurs, la virtualisation et ses composantes sont un moteur essentiel à l'adoption des infrastructures de type cloud computing (nuage de serveurs). Elles sont beaucoup plus simples à mettre en œuvre. Elles sont fiables et permettent le partage optimisé de ressources en toute sécurité.

L'introduction de la virtualisation remet inévitablement en question les processus internes aux centres de données. Anticiper le changement de méthodes de gestion ou de qualité, investir dans des outils d'administration dédiés est crucial. Cela implique de comprendre les fonctionnements du nouvel environnement et d'apprendre à évaluer les risques de défaillance potentiels. Veeam Software avec sa suite de solutions de management répond à ce besoin.

AB - Comment a évolué l'activité de Veeam Software en Europe depuis l'ouverture, au printemps 2009, de son bureau parisien ?

DF - Malgré la crise économique, Veeam s'est donnée des objectifs très ambitieux en Europe pour l'année 2009. Grâce à leurs grandes qualités fonctionnelles et leur bon positionnement de prix, nos produits sont aujourd'hui plus largement reconnus. Outre, notre développement commercial, nous voulons accroître notre notoriété. C'est la raison pour laquelle nous multiplions nos activités marketing et misons sur un solide réseau de partenaires, grossistes et revendeurs.

Nous comptons aujourd'hui en Europe plus de 1000 revendeurs et le nombre de nos clients vient de dépasser les 2500. En France, nous avons 150 partenaires revendeurs répartis sur l'ensemble du territoire et plus de 600 clients. Ces données sont en croissance constante. De plus, certains de nos produits disponibles en téléchargement nous permettent d'enregistrer plus de 20.000 utilisateurs de nos solutions en Europe. Nous sommes en bonne voie pour réussir notre pari sur l'exercice 2009. Il nous reste à passer ces mois très importants pour notre activité commerciale en cette fin d'année. Attendons que celle-ci soit terminée !

AB - Comment se distingue Veeam Monitor 4.5 par rapport à d'autres solutions d'administration d'environnements virtuels VMware, celles d'Acronis ou de BMC Software, par exemple ?

DF - Veeam Monitor a été spécifiquement développé pour les environnements virtuels. Par ailleurs, Veeam Monitor intervient seul ou en complément de VMware vCenter. Il s'agit d'une solution qui permet le monitoring de tout type d'architecture de la plus simple, mono site, à la plus sophistiquée avec sites distants, clusters... Vous obtenez une vue simple et en temps réel de l'état de votre infrastructure, de l'utilisation des ressources physiques avec des fonctions d'alerte, d'analyse des tendances, pour une visibilité simplifiée de l'infrastructure virtuelle.

La majorité des solutions de gestion du marché a été conçue pour répondre à la complexité des environnements physiques avant d'être assez récemment adaptées pour faire face à cette nouvelle composante virtuelle. Ces produits répondent-ils avec suffisamment de simplicité et de pertinence à cette nouvelle donne ? Avec Veeam Monitor 4.5, nous en sommes certains. Et comme nous sommes à l'écoute de nos clients, nous intégrons très régulièrement et rapidement nombre de leurs conseils et remarques à nos nouvelles versions.

Par exemple, Veeam Monitor intègre nativement 'l'add-on' Veeam Business View. Veeam redéfinit ainsi le monitoring des environnements VMware. Les informaticiens de petites ou grandes entreprises peuvent administrer VMware vSphere selon un axe métier, identifier l'impact les performances d'une infrastructure virtuelle sur une activité, une organisation, et réagir en conséquence. Récemment, notre solution de monitoring a administré un nombre record de 2400 postes de travail virtualisés, installés sur six serveurs ESX.

AB - Le portage des solutions Veeam sur Microsoft Hyper-V est-il le signe d'un changement drastique de stratégie pour Veeam Software ?

DF - Veeam est un partenaire technologique de VMware et membre de plusieurs de ses programmes. Nos technologies et solutions ont été développées et continueront à l'être pour ses infrastructures. Quoi qu'il en soit, notre stratégie reste basée sur la notion d'indépendance vis-à-vis de la nature de l'infrastructure virtuelle. Aujourd'hui, le marché évolue, la demande évolue. Pour y répondre, certaines de nos solutions supporteront d'ici début 2010 les infrastructures virtuelles Hyper-V de Microsoft. Cette démarche vise à offrir au marché des solutions multi-plateformes capables de supporter des infrastructures virtuelles hétérogènes.

AB - Daniel Fried, je vous remercie.
Modifié le 18/09/2018 à 14h41

Les dernières actualités

scroll top