Le numérique vole au secours des micro-entrepreneurs

0
012C000002464890-photo-pariso-oct-09-024.jpg
Les technologies du numérique aident les entreprises à « décoller ». Le message était clair, mardi 6 octobre 2009, à l'ouverture de la grand-messe des microentrepreneurs qui se tient jusqu'à jeudi, au Palais des congrès de Paris.

Sur près de trois millions d'entreprises en France, 96% n'emploient pas plus de vingt salariés. C'est dire l'importance des TPE dans le tissu économique. Un constat partagé par les acteurs français, mais aussi par Steve Ballmer, président directeur général de Microsoft, pour qui cet évènement a été l'occasion de venter les mérites du numérique... « et des solutions Microsoft », précise le blogueur Olivier Martineau.

« Les opportunités du numérique vont, par exemple, nous aider à relever le défi de l'écologie » a, pour sa part, affirmé Laurence Parisot, la présidente du Medef. Tandis qu'Orianne Garcia, fondatrice de Caramail et serial-entrepreneure, mettait en garde les auditeurs sur le risque de « ne pas avoir de vision d'entreprise ». Pour entreprendre, il faut avoir de l'instinct, de l'imagination et du courage. « Le vrai risque, explique Pierre Kosciusko-Morizet, c'est de passer son temps à lister les risques, et de ne jamais se lancer. Au contraire, les problèmes se règlent au fur et à mesure. Ce n'est pas si risqué de monter une entreprise ».

005A000002464924-photo-steve-ballmer.jpg
Steve Ballmer
Un discours qui rassure... et qui porte ses fruits. Sur les sept premiers mois de l'année, l'Insee a comptabilisé 337.000 nouvelles entreprises, dont 247.000 entreprises individuelles (73% du total contre 51% un an plus tôt). Le statut d'auto-entrepreneurs représente, à lui seul, plus de 178.000 nouvelles inscriptions depuis janvier. « Le nombre cumulé de créations des mois de mai, juin et juillet 2009 est en forte hausse par rapport aux mêmes mois un an auparavant (+75,7 %), expliquait déjà en août l'Insee. Les secteurs qui contribuent le plus à cette hausse sont les activités de services et le commerce », précise l'institut.

Des chiffres qui traduisent certes un développement de l'entrepreneuriat chez les Français, mais également une hausse de la précarité. Beaucoup d'entreprises n'hésitent en effet plus à recruter des auto-entrepreneurs, en lieu et place de véritables salariés, ce qui expliquerait sans doute partiellement l'engouement pour ce statut.
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Haut de page