PTC : La cour d'appel de Varsovie donne raison à Vivendi

18 septembre 2018 à 14h41
0
012C000002385928-photo-vivendi.jpg
Vivendi va t'il enfin prendre le contrôle de l'opérateur polonais PTC ? En conflit avec Deutsche Telekom et Elektrim, qui estiment avoir le contrôle majoritaire de l'opérateur, Vivendi vient toutefois de remporter une nouvelle bataille juridique.

Après une décision favorable de la cour suprême autrichienne, c'est aujourd'hui au tour de la cour d'appel de Varsovie de donner raison au groupe français.

"Comme Vivendi l'affirme depuis 2004 et contrairement aux allégations de DT et Elektrim, la Cour d'Appel de Varsovie a confirmé que la sentence arbitrale n'avait pas d'effet sur la propriété des 48 % de PTC par Telco. DT et Elektrim ont détourné la sentence arbitrale pendant des années pour indûment se prétendre propriétaires de ces titres et exclure Telco de PTC. Cette décision d'appel confirme que DT et Elektrim ne peuvent prétendre être propriétaires des 48 % de PTC sur la base de la sentence arbitrale." indique Vivendi dans un communiqué.

Même si l'affaire PTC n'est pas encore réglée, le groupe français pourrait donc à terme reprendre le contrôle de l'opérateur polonais. Une opération qui devrait en tout cas donner une nouvelle envergure à Vivendi, pour le moment présent dans les télécoms en France et au Maroc, et qui s'intéresse par ailleurs au marché brésilien.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Pioneer se lance dans l'arène des docks pour iPhone
Microsoft ouvre le flux d'activité Windows Live à des réseaux sociaux français
Quoi de neuf en jeux vidéo ce lundi ?
MobileSync : Nero lance un outil de synchronisation pour smartphones
GeoEye : le site nucléaire iranien vu de l'espace
Pour WebOS Palm recrute deux ingénieurs de Mozilla
  Monkey Island Chapter 2  lui aussi en français
Panasonic développe un plasma 3D de 50 pouces
Microsoft brevette un clavier virtuel multipoint
Emprunt-national-2010.fr : l'édition française du logiciel veut sa part du gâteau
Haut de page