Bruno Couly, Auto Escape : "Le reprise d'une société est assez différente d'une création"

01 juin 2018 à 15h36
0
Président d'Auto Escape, Bruno Couly revient sur l'activité et les projets de développements de ce courtier indépendant en location de véhicules de loisirs. Il évoque également son parcours d'entrepreneur avec la décision de rachat de cette société.

JB - Bruno Couly, bonjour. Peut on présenter Auto Escape comme le kelkoo de la location de voiture ?

012C000002413350-photo-bruno-couly.jpg
Bruno Couly
BC - Dans un certain sens oui car nous présentons l'offre en location de voitures de 250 loueurs dans 125 pays. Mais la comparaison s'arrête là car nous sommes un courtier en location de voitures et à ce titre nous négocions des prix auprès de ces loueurs afin d'obtenir, sur la base des volumes que nous revendons, des prix négociés dont le consommateur final va bénéficier. J'ajoute également que nous ne proposons que des loueurs sélectionnés, partout dans le monde, qui répondent à des critères strictes de qualité de service.

JB - Comment se porte votre activité ? La crise vous pousse t'elle à modérer vos propres investissements ?

BC - Nous proposons la location de voitures uniquement pour l'usage loisir auprès des particuliers. En conséquence et comme la consommation touristique a fortement été impactée par la crise nous avons également constaté un affaiblissement de la demande mais surtout une modfification de celle-ci à travers une demande soutenue sur le territoire national et des demandes de locations de voitures dans des pays proches. Malgré cette conjoncture et sur la base d'une situation financière solide, je vous confirme que nous continuons à investir pour soutenir nos ambitions de développement.

JB - Pourriez vous élargir votre modèle à d'autres activités de location ? (tourisme, bricolage, ..)

BC - Notre stratégie de développement est basée sur l'exploitation de notre métier dans la location de voitures et non pas sur notre métier de courtier. Nous avons donc des projets d'offres nouvelles fondées sur l'environnement de l'offre location de voitures. A ce titre, au printemps 2009, nous avons lancé le site assurlocauto.fr qui présente notre nouvelle offre discountée d'assurance "Rachat de franchise" à tous ceux qui louent des voitures, chez Auto Escape ou avec d'autres loueurs.

JB - Vous avez racheté cette société en 2005 avec l'aide de fonds d'investissement. La reprise d'une société vous a semblé plus simple qu'une création ex-nihilo ? Pourriez vous conseiller cette stratégie à d'autres "entreprenautes" ?

BC - Le reprise d'une société est assez différente d'une création. Lors d'une reprise, des compétences d'analyses vont être requises dès l'identification de la cible à reprendre afin d'identifier les points forts et les points faibles de la société. Ensuite, je crois qu'il est nécessaire d'avoir une bonne et objective connaissance de ses propres compétences afin de juger de notre capacité à diriger et développer la société à reprendre. Ensuite, la reprise va vous mettre face à une équipe de collaborateurs que le repreneur va devoir adopter, auprès desquelles il devra rapidement obtenir la reconnaissance d'une autorité de compétence, tout ceci dans un environnement social que le projet de transmision entre 2 dirigeants aura bien perturbé. Par ailleurs une reprise de société présente une activité éprouvée, structurée avec un volume d'affaires existant et c'est un énorme avantage par rapport à la création.

JB - Bruno Couly
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

SFR lance une chaine TV musicale sur Neufbox
Myriad lance une offre de widgets pour mobiles d'entrée de gamme
L'UE veut renforcer la lutte contre le piratage
Un prix récompense la
Bureau virtuel : EyeOS en v2.0 au 1er janvier 2010
Hotmail inaugure le déploiement de Windows Live Wave 4
L'iPhone en bref : SlingPlayer Mobile, Parking Dispo, Navigon MobileNavigator 1.2
  Star Wars Old Republic  : Coruscant se dévoile
Yahoo! revend pour 150 millions de parts Alibaba.com
IBM cible les PME avec Cognos Express
Haut de page