Alcatel-Lucent : cinq technologies, une stratégie

01 juin 2018 à 15h36
0
00C8000002011768-photo-alcatel-lucent.jpg
Alcatel-Lucent sur son 31. L'équipementier franco-américain a présenté, mercredi 9 septembre 2009, quelques-uns de ses produits dans son espace de démonstration de la rue de la Boétie à Paris. Rien de réellement impressionnant, mais une stratégie claire : le service aux opérateurs.

Technologie LTE (4G), terminal Femto, DSL « verte », plateforme de contact multi-usages et réalité augmentée était au programme de la démonstration qui se tenait en parallèle du Broadband World Forum Europe 2009 installé à la Défense (Paris). Dans une salle bardée de miroirs noirs et décorée d'une multitude de fibres optiques, cinq écrans géants sont disposés contre les murs. Celui du centre affiche quatre courbes vertes et autant de rouges. Les premières affichent les débits vidéo, les secondes affichent les consommations électriques de chaque écran. À mesure que notre hôte éteint, allume ou change de programme, les débits augmentent ou baissent en fonction de leur qualité vidéo. Lorsque l'ADSL 2 est activée, les graphiques montrent une diminution d'environ 25% de la puissance électrique nécessaire. Une technologie dans l'air du temps.

01C2000002408594-photo-alactel-001.jpg


La démonstration se poursuit avec la norme LTE ou 4G qui devrait remplacer la 3G dès 2011. Le mur central affiche à une vitesse record une dizaine de vidéos et quelques outils d'échange. Le LTE, couplé au GPON (fibre optique passive) permettrait des débits atteignant jusqu'à 9 gigabits/s. Vient ensuite la présentation de la plateforme de contact Dundal (Bell Labs), permettant de paramétrer les réponses à apporter en cas d'absence. Le scénario? Un des employés présents dans la salle (ils sont dix au moins, pour seulement trois journalistes) souhaite vendre un jouet sur le site eBay. Sa page propose un bouton « contact me my way » (contactez-moi à ma façon). Ce bouton, lié à la plateforme « Dundal », permet à l'utilisateur de paramétrer les moyens de contact qu'il souhaite mettre à disposition de ses correspondants. Il est ainsi possible de sélectionner « réponse par mail », « réponse par mobile », etc. en fonction du site concerné et de la disponibilité de l'utilisateur.

01C2000002408598-photo-alactel-013.jpg


La présentation qui suit concerne la technologie Femto Cell. Cette dernière, matérialisée par une sorte de « box » à placer chez soi, fait office de relais télécom. Outre un meilleur accès au réseau, elle permet également de géolocaliser (à courte portée) les mobiles aux alentours. Il est ainsi possible de coupler l'envoi d'un message sur le téléphone d'un parent lorsque son enfant rentre chez lui. C'est alors au tour de la réalité augmentée de faire ses preuves. Et là, c'est la « catastrophe ». Alors qu'un écran affiche l'image d'un film, un expérimentateur tente d'en prendre une photo. Le système est supposé proposer à l'utilisateur des données complémentaires, des « bonus », comme un descriptif du film ou encore un lien vers son site. Rien de réellement nouveau, en somme. De plus, le système ne marche pas. Le démonstrateur commence à s'inquiéter. Il regarde ses collègues, réessaie, mais rien à faire, çà ne marchera pas. La visite se termine par un buffet, auprès duquel se tiennent Jean-Philippe Poirault, président intégration des systèmes et réseaux de la division entreprise et Victor Agnellini, responsable de la transformation du groupe.

00B4000002408600-photo-alactel-016.jpg
Jean-Philippe Poirault
Alcatel-Lucent vient de traverser une période difficile avec une dégradation importante de sa rentabilité. L'entreprise, qui a réalisé près de 17 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2008 (+60% sur quatre ans), a pourtant perdu, la même année, plus de 5 milliards d'euros sur son bénéfice net (-200% sur quatre ans). Autrefois leader dans la fabrication des équipements télécom, l'entreprise cherche à se repositionner sur le terrain des services aux entreprises, administrations et opérateurs. « L'un des atouts du groupe repose justement sur ses compétences techniques : son savoir-faire dans l'intégration de systèmes hétérogènes dans des solutions "tout-en-un ", explique Jean-Philippe Poirault. Sur le créneau de la distribution de vidéo, nous rassemblons, par exemple, près de 22% des parts de marché mondial », affirme-t-il. D'ailleurs, les efforts de restructuration, d'une part (-18.500 emplois depuis la fusion), et la mise en place d'une nouvelle équipe de direction, d'autres parts, ont permis au groupe de réaliser 3,9 milliards d'euros de chiffre d'affaires et 14 millions d'euros de bénéfice net au deuxième trimestre. Ce qui ce traduit par une hausse de l'action de 26% depuis le 1er janvier 2009 (à 2,7 euros par action).

Selon le magasine Challenges, Alcatel-Lucent, qui compte 20.000 ingénieurs sur environ 70.000 employés, pourrait s'associer à Huawei, un poids lourd chinois des équipements télécom. Maj : Une information « complètement » démentie par Huawei et sur laquelle Alcatel-Lucent ne souhaite faire aucun commentaire.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Le noyau Linux passe en version 2.6.31
Bientôt des alarmes dans les MacBook Pro ?
Les tablettes Internet d'Archos sous Android déjà dévoilées sur le web
Mal-être au travail : France Télécom suspend les restructurations
Open Text met l'accent sur la gestion de contenu Web
La démo jouable de  Tropico 3  est disponible
Bruxelles et IBM : la recherche multimédia avec Sapir
Facebook s'allège et débarque bientôt sur le Minitel ?
[Video] Nathalie Kosciusko-Morizet :
Hadopi : le Snep marque un point Godwin, polémique
Haut de page