Riposte graduée : la sanction est-elle si dissuasive ?

01 juin 2018 à 15h36
0
0064000001867962-photo-musique-logo.jpg
Ce matin, nous rapportions que la fédération internationale de l'industrie du disque (IFPI) annonçait le chiffre de 40 milliards de fichiers musicaux téléchargés illégalement sur Internet. Pour freiner l'usage des logiciels peer-to-peer, les gouvernements européens, et notamment la France, mettent en place le principe de riposte graduée visant à sanctionner graduellement l'internaute reconnu coupable de fraude.

Parmi les mesures qui seront prises notons par exemple que le récidiviste pourra être privé de sa connexion à Internet. Le magazine Ars Technica rapporte qu'une étude réalisée au Royaume-Uni et publiée au mois de mars dernier indiquait que 70% des internautes cesseraient de télécharger après réception du premier courrier avertisseur. A l'issue d'une analyse menée par le cabinet The Leading Question and Music Ally, en France, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, il apparaît que 64% des internautes stopperaient les téléchargements illégaux au moindre avertissement.

Cependant Ars Technica souligne l'ambiguité de ces chiffres et explique que les menaces par simples avertissements n'affecteraient réellement que 41% des personnes interrogées, un chiffre qui serait monté à 63% seulement lorsque les mesures de déconnexion auraient été avancées. Cela signifierait que 37% des internautes se déclarent insensibles aux menaces de coupure de connexion.

En France, le cabinet GFK avait publiée une étude controversée en avançant le chiffre de 1 milliard de fichiers illégaux téléchargés. Interrogé par Le Monde, Laurent Donzel, responsable du cabinet d'analyse, avait alors déclaré : « on fait appel à la mémoire de l'intéressé, et les interviewés minimisent souvent le poids réel du téléchargement. Ils ne veulent pas l'avouer [...] Pour compenser, on extrapole et on multiplie les résultats par douze ». L'étude avait d'ailleurs été commandée les éditeurs de vidéos et les maisons de disque.

Grossir les chiffres, serait-ce une pratique courante dans le milieu ? En tout cas, en France, l'on pourrait donc s'interroger sur une étude du cabinet IPSOS affirmant que 90% des Français cesseraient de télécharger après deux avertissements du fournisseur d'accès à internet.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

La configuration pour le score maximal sous Windows 7
Le smartphone T-Mobile HTC G1 dans de plus nombreux pays européens
Le  Venetica  de Deck13 en images
Nokia 5730 XpressMusic : smartphone GPS à clavier sous Symbian S60
Piratage : vers une charte sur les contenus en ligne ?
Regionsjob opte pour la vidéo
TV Player : l'offre de TV mobile d'Orange sur iPhone pourrait ne jamais voir le jour
JO : trois décrets en faveur de la fibre optique
SEM : nouvelle condamnation pour Google
Le mobile dope le marché de la musique dématérialisée en 2008
Haut de page