Intel met en avant sa vision du bureau de demain

18 septembre 2018 à 15h00
0
000000B400148222-photo-bureau-intel-bxl.jpg
Le géant des microprocesseurs, j'ai nommé Intel, présentait hier sa vision du bureau numérique ou Digital Office comme on dit chez l'Oncle Sam. Oncle Sam qui avait choisi la Belgique, et plus précisément la banlieue anversoise à Kontich pour effectuer sa présentation. Depuis sa dernière réorganisation, le fondeur se plaît à dire qu'il est dorénavant une société de plate-formes après avoir été une société de microprocesseurs. Du coup Intel ne met plus l'accent sur les MHz, ni même sur les GHz ou d'autres données techniques encore plus absconses pour se concentrer sur les fonctionnalités que ses produits offrent. C'est ainsi que la vision du bureau numérique d'Intel s'appuie essentiellement sur deux des 'T' (ou technologies) présentes et à venir du fondeur : l'IAMT et VT.

La première technologie, du nom barbare d'IAMT (Intel Active Management Technology) est disponible dans les configurations actuelles à base de chipset i945, et permet essentiellement de faciliter la gestion des parcs informatiques. Il devient ainsi possible à un administrateur réseau de découvrir, grâce à un logiciel supplémentaire de type LANDesk, tous les ordinateurs connectés au réseau à un moment donné. On peut alors envisager la distribution distante de mises à jour (que ce soit des patchs de sécurité ou des définitions de virus) alors que l'IAMT permet de mettre en route des machines éteintes. Certains objecteront que cela ressemble étrangement au Wake on Lan. A ceci près qu'avec IAMT, sorte de super firmware qui se niche dans le chipset, le BIOS et la carte réseau, il est possible de faire redémarrer une machine qui est plantée. Dans son implémentation actuelle la technologie IAMT permet même d'isoler un poste du réseau lorsqu'il est infecté par un virus. Ceci se traduit par un placement en quarantaine où le PC conserve tout de même un canal de communication avec le réseau, canal protégé qui permettra uniquement de le redémarrer à distance ou de lui installer les patchs et autres mises à jour de sécurité requises.

000000DC00148227-photo-intel-iamt-d-monstration-1.jpg

Démonstration de l'IAMT


Si l'IAMT est disponible dès à présent, ce n'est pas le cas de VT, précédemment connu sous le nom de Vanderpool. Ici le but d'Intel est d'accélérer, mais aussi de populariser, les fonctions de virtualisation offertes notamment par VMWare. Encore assez floue pour nombre d'utilisateurs la virtualisation se traduit par la possibilité d'exécuter plusieurs systèmes d'exploitation sur une seule machine en même temps. On peut ainsi imaginer faire tourner une session Windows XP sur laquelle monsieur travaille alors qu'en parallèle un serveur Linux dédié au mail (par exemple) fonctionne. Mais la virtualisation ne s'arrête pas à ces utilisations concomitantes puisqu'Intel vise également à faciliter l'émulation d'un ancien système d'exploitation. Avec VT on pourra ainsi faire tourner un système Windows 3.1 par dessus un Windows XP pour permettre par exemple l'utilisation de vieilles applications et ce dans des conditions descentes. La précision est importante, bien qu'il faudra encore la vérifier en pratique : qui a déjà essayé Virtual PC pour émuler Windows XP sur un système Mac OS X connaît l'abominable lenteur de la chose... Globalement on peut dire que la virtualisation consiste à créer une seconde machine, virtuelle, sur une seule et même machine physique. C'est là un point fort notamment pour les vieux systèmes qui ne gèrent pas les technologies modernes de type AGP ou PCI-Express puisque la virtualisation va émuler, disons, une carte vidéo S3 Trio. Naturellement plus la machine physique est puissante, plus le nombre de virtualisations autorisé peut être élevé. Précisons également que dans le cas d'un système dual-core, il sera possible d'orienter l'exécution du système numéro un sur le premier core, alors que le second système s'exécutera sur le second noyau. Dans un tout autre domaine, Intel mise dorénavant beaucoup sur la voix sur IP, qui permet de réaliser de très intéressantes économiques au niveau d'une entreprise. Le fondeur met ici en avant sa technologie Intel High Definition Audio qui permet d'avoir une qualité sonore nettement supérieure à celle délivrée par n'importe quel téléphone fixe.

000000F000148236-photo-intel-digital-office.jpg

Intel Digital Office : ici une démonstration de la voix sur IP


Dans les faits la technologie VT d'Intel devrait se traduire par l'apparition d'instructions supplémentaires dans le processeur, alors que le chipset bénéficiera vraisemblablement de quelques fonctionnalités additionnelles. Le premier chipset gérant VT sera le Broadwater prévu pour faire ses débuts dans la plate-forme Averill en 2006. La partie processeur de cette plate-forme sera confiée au Presler, nom de code de la série 900 des Pentium D, qui sera gravé en 65nm et sera doté d'une plus grande quantité de mémoire cache. Pour la première fois la plate-forme de bureau d'Intel devrait donc reposer sur un processeur double-coeur, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui. A cette période Intel proposera également un nouveau contrôleur réseau Gigabit Ethernet, le Nineveh, tandis que l'IAMT dont nous parlions plus haut devrait arriver en version 2.0.

0000012C00148240-photo-intel-roadmap-plate-forme-averill.jpg

La feuille de route d'Intel pour l'an prochain...
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Test Android Froyo 2.2 : les nouveautés de la bêta passées au crible
Le portage de Chromium OS débute pour le Raspberry Pi
HTC One A9 : le faux jumeau de l'iPhone 6
Le créateur du Bitcoin n’est finalement pas celui que l’on croyait
On Refait le Mac : premières impressions sur l'iPhone 6
Platine Kiss DivX Ethernet disponible en France
Ogg Vorbis & Xvid pour la platine DivX de Kiss
Mobinaute lance un comparateur de prix ainsi qu'une boutique en ligne
Comparateur de prix Clubic : du nouveau
Tomb Raider Chronicles: La soluce complète
Haut de page