34% des possesseurs de baladeurs sont des pirates ?

Alexandre Laurent
06 novembre 2008 à 12h44
0
00DC000000712510-photo-logo-la-culture-avec-la-copie-priv-e.jpg
Il ne s'est jamais consommé autant de musique qu'aujourd'hui, et pourtant les recettes enregistrées par le secteur ne cessent de baisser. Le piratage est-il la cause de ce triste constat, autour duquel s'accordent sans fausses notes maisons de disques et sociétés d'auteur ? Selon une étude TNS Sofres, réalisée auprès de deux mille personnes âgées de plus de quinze ans et relayée par le Figaro, il apparait que 34% des possesseurs de baladeurs multimédia admettent en effet avoir copié ou téléchargé des fichiers piratés sur leur appareil au cours des six derniers mois. De quoi asseoir le discours des ayants droits dans le domaine de la musique, qui souhaitent que les conséquences du piratage soient intégrées dans le calcul de la redevance pour copie privée, qui frappe tout périphérique de stockage numérique.

Le casus belli de la copie privée

Instaurée en 1985, la redevance pour copie privée part du principe qu'il est toléré que l'on copie les oeuvres musicales dès lors que les reproductions effectuées restent dans le cercle familial, mais qu'il convient d'indemniser artistes et interprètes pour le manque à gagner qui peut découler de ces copies. Ce manque à gagner est prélevé, sous forme de redevance, sur tous les supports susceptibles de servir à l'enregistrement d'oeuvres musicales. Il est généralement répercuté sur les prix de vente final des CD vierges, disques durs, baladeurs et autres téléphones.

Au sein de la commission chargée d'établir les barèmes appliqués aux différentes familles de produit frappés par cette redevance, les industriels de l'électronique grand public accusent depuis plusieurs mois les ayants droits de chercher à compenser, avec cette redevance, les pertes ou les manques à gagner induits par le piratage. Que la cause soit juste n'est pas la question : ils soutiennent que les usages illégaux associés aux appareils électroniques n'ont pas à être pris en compte dans le calcul des montants appliqués, et ont obtenu gain de cause auprès du Conseil d'Etat en juillet dernier. La question devrait être revenir sur le tapis vendredi, à l'occasion d'une nouvelle réunion de la Commission copie privée.

Une étude qui tombe à point nommé ?

Pour les industriels, qui souhaitent obtenir la baisse des montants perçus au titre de la copie privée, cette étude tombe à point nommé : si 34% des possesseurs de baladeurs multimédia confessent utiliser des fichiers piratés, il conviendrait selon eux d'ajuster la redevance, de façon à ce que soient exclus de son assiette les usages illégaux, qui ne relèvent pas de la copie privée mais de la contrefaçon. Pour les utilisateurs de disques durs externes, la proportion des utilisateurs reconnaissant avoir utilisé ou téléchargé des fichiers piratés au cours des six derniers mois passerait selon TNS Sofres à 20%, contre 19% pour les baladeurs MP3, 9% pour les graveurs de DVD, 8% pour les clés USB et 7% pour les utilisateurs de téléphone multimédia.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Stallman quitte la Free Software Fundation après la divulgation d'emails évoquant l'affaire Epstein
Ça y est, le Fold est disponible en France... pour 1,6 SMIC (net).
Des défauts de fabrication découverts sur six réacteurs nucléaires en activité en France
En Californie, Donald Trump tente d’annuler la loi sur les limites d'émissions de CO2
OVNI : l'US Navy avoue (enfin) avoir filmé des objets aériens non identifiés
Le TGI de Paris invalide la clause de non-revente de jeux dématérialisés de Steam
Avec sa Model S, Tesla aurait battu le record de la Porsche Taycan sur le circuit de Nürburgring
En France, une campagne est lancée contre la
Les salariés de Microsoft appellent leur direction à cesser d'être
La quantité d'énergie produite par les énergies renouvelables a quadruplé en une décennie

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top