AT&T lance à son tour un service de puissance de calcul à la demande

05 août 2008 à 17h13
0
00C8000001527630-photo-at-t.jpg
Après le logiciel à la demande (SaaS) et avec la montée en puissance des supercalculateurs, l'heure est aux nuages de serveurs ou « cloud computing », à la location de puissance de calcul finalement. Le groupe de télécommunication AT&T en est un exemple puisqu'il lance Synaptic HostingSM, un service d'informatique virtuelle, destinée aux entreprises et issue d'un investissement planifié pour 2008 s'élevant à un milliard de dollars. Il suit ainsi les traces d'IBM, Google, et il y a peu, Intel, Yahoo et Hewlett Packard qui viennent de se lancer dans cette forme de mutualisation des infrastructures informatiques.

L'informatique virtuelle repose sur la dématérialisation, via la toile, des logiciels et applications traditionnellement rattachés à un ordinateur. Les capacités de calculs peuvent ainsi être dispersées entre plusieurs appareils et plusieurs lieux, en un « nuage de serveurs », à l'instar de ce qui est fait pour les calculs scientifiques (calculs distribués). L'avantage résiderait non seulement dans une réduction des coûts, mais aussi dans une meilleure gestion des ressources énergétiques.

Le nouveau service d'AT&T va d'ailleurs s'appuyer sur des technologies acquises auprès d'USInternetworking (USi) et cinq « super-IDC » (Internet Data Center) situés aux États-Unis, en Europe et en Asie. Ils serviront de passerelle régionale pour l'hébergement, la gestion des applications à la demande, les ressources de calcul, et le stockage des données. « Les entreprises recherchent des fournisseurs de services pour les aider à bâtir et gérer des infrastructures évolutives, de nouvelle génération, afin de soutenir leurs applications critiques », déclare Melanie Posey, directrice d'études au cabinet d'analyses IDC. Ce type de service cible effectivement les activités saisonnières ou imprévisibles, ou encore caractérisées par de fréquentes pointes de trafic. Il est donc facturé (par jour) selon l'utilisation.

000000C800323071-photo-cea-tera-10-supercalculateur.jpg
Déjà Teamusa.org, le site Web officiel de l'Usoc (le Comité olympique des États-Unis) s'appuie sur cette technologie. « Les fans des Jeux olympiques 2008 comptent aller en ligne pour trouver diverses informations sur les Jeux et les athlètes. Nous attendons par conséquent une croissance rapide du trafic à l'approche des Jeux et pendant leur déroulement, suivi d'une décroissance dans les mois qui suivent » déclare Damani Short, CIO de l'USOC. « Le service Synaptic Hosting d'AT&T convient parfaitement pour gérer une telle demande. »

Selon un rapport du Gartner, « bien que le marché des services d'infrastructures corresponde à 5% du marché de l'externalisation des centres de données, il représente un marché assez important de près de cinq milliards de dollars de dépenses pour les utilisateurs finaux ».
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Des compacts numériques à objectif interchangeable ?
Yahoo! dévoile son API pour Yahoo Music
7 applications optimisées pour fonctionner avec l'accéléromètre du HTC Touch Diamond
Motorola Alexander : un smartphone A-GPS avec carte graphique 3D et système WM6.1 ?
En bonne santé, Valve ne serait pas contre un rachat
Stéphane Guillemot, Achat VIP : « Le modèle des ventes privées est assez risqué »
Disques durs : record de densité chez Hitachi
Friendster lève 20 M$, débauche Kimber ex-Google
La télévision numérique progresse en France
Screencast.fr veut démocratiser les tutoriaux en vidéo
Haut de page