Gaël Duval : "Ulteo va dans le sens de la virtualisation de l'univers numérique"

Par
Le 20 mai 2008
 0
Co-fondateur de la distribution linux Mandriva (ex-Mandrake), gael-duval est désormais à la tête de Ulteo, un bureau virtuel permettant de « virtualiser son univers numérique »...

0118000001329848-photo-ga-l-duval.jpg
Gaël Duval
JB -Gaël Duval bonjour. On vous imaginait travailler sur une nouvelle distribution linux mais finalement Ulteo est un véritable service en ligne, certes basé sur linux, mais proposant de nombreuses applications. Comment définissez vous cette solution ?

GD -Merci de souligner qu'on ne peut pas voir Ulteo seulement comme une distribution Linux :) Après dix ans dans le secteur, j'aurais pu commencer à me lasser.

Ulteo est encore un projet exploratoire qui va dans le sens de la virtualisation de l'univers numérique de l'utilisateur. Idéalement il faudrait pouvoir se connecter n'importe où sur le réseau et retrouver immédiatement n'importe quelle application, ses données personnelles etc. Et pas de manière parcellaire.

On essaye donc d'aller dans ce sens et d'offrir des manières de consommer applications et données personnelles dans un mode qui tire partie d'un accès réseau permanent ou régulier.

évidemment, ceci s'applique également à l'entreprise et nous travaillons maintenant sur une offre Ulteo professionnelle (suite à de nombreuses demandes), sous forme d'un "Citrix-like open-source", mais avec nos concepts en plus.

JB -Microsoft, Google, Facebook, Myspace, etc... Tous les grands noms de l'internet travaillent, d'une manière ou d'une autre, sur le concept du webtop et revendiquent pour certains déjà plusieurs dizaines de milliers d'applications. Pensez vous que la proximité entre Ulteo et Linux vous permettra de vous inscrire dans cette compétition et d'attirer également des milliers de développeurs ?

GD -La tendance est là et effectivement on pourrait s'assoir et attendre qu'ils fassent le boulot ! Mais voyez-vous, j'ai encore un espoir qu'en Europe on va pouvoir un jour lancer une véritable industrie de l'informatique indépendante. Ce serait donc dommage de ne pas essayer :)

Maintenant si on prend Microsoft, ils sont pour l'instant enfermés dans leur univers Microsoftien (fut-il décliné partiellement en ligne), et je ne suis pas certains qu'ils vont réussir à séduire beaucoup de monde.

Concernant Google, ils offrent principalement des applications qui peuvent tourner en technologie Ajax, c'est à dire dans le navigateur web, ce qui, à mon avis, ne constitue pas une réponse complète aux attentes utilisateurs.

Facebook et Myspace sont quant à eux plutot des réseaux sociaux.

Enfin il semble qu'Ulteo répond à une demande certaine malgré son jeune âge, puisque je lisais un article ce matin où j'apprenais qu'Ulteo était utilisé chez BP !

JB -Votre modèle économique repose aujourd'hui essentiellement sur la vente de solutions premium offrant plus d'hébergement. Pourriez vous également avoir recours à la publicité pour monétiser la version gratuite de base ?

GD -C'est effectivement une option possible, à condition que ça ne soit pas invasif pour l'utilisateur.

JB -Les concepts de bureaux virtuels se sont multipliés ces derniers mois en France : MyBooo, Wixi et dans une certaine mesure Netvibes ou Agematis/Stick (stockage illimité). Pourriez vous envisager de collaborer avec ces jeunes pousses hexagonales afin d'atteindre plus rapidement la masse critique et ainsi mieux résister aux webtops américains ?

GD -Nous allons faire évoluer ces prochains jours notre bureau en ligne vers un nouveau modèle qui permet à la fois de faire tourner des applis Ajax/Flash et des véritables applications comme OpenOffice.org. Mais nous sommes évidemment ouverts à toute union dans ce domaine, si elle a du sens.

Petite parenthèse : pour pouvoir "mieux résister aux webtops" américain, je pense qu'un élément clé serait d'avoir ici des fonds d'investissements aussi dynamiques que les fonds US. C'est assez sidérant dans ce pays de voir le nombre de projets de qualité qui n'arrivent pas à trouver le moindre centime d'investissement.

JB -Le succès des applications en ligne en mode Saas rend il obsolète le débat entre logiciels libres et logiciels propriétaires ou au contraire, reste une question encore plus pertinente ?

GD -C'est vrai qu'on a pris l'habitude que tous les sites web soient "closed source", mais je pense que le mode de distribution du logiciel ne change rien au débat. D'un coté on a des logiciels propriétaires, de l'autre des logiciels libres.

JB -Gaël Duval, je vous remercie !

0280000001329884-photo-ulteo.jpg
Modifié le 18/09/2018 à 14h40
scroll top