Contrôle des automobilistes : la police de Miami en guerre contre l'application Waze

01 juin 2018 à 15h36
0
La police de Miami voit d'un très mauvais œil l'utilisation de l'application Waze, qui permet aux automobilistes de signaler les radars mobiles et les contrôles de police aux autres utilisateurs. Les autorités ont décidé de lutter en diffusant de fausses informations.

Propriété de Google, l'application Waze offre aux automobilistes du monde entier de nombreuses fonctionnalités utiles sur la route, à commencer par un service de cartographie efficace. Mais l'un des points forts de l'app reste sa dimension collaborative, puisque ses utilisateurs sont invités à donner des informations qui serviront aux autres conducteurs. Parmi les données partagées, on trouve les indications des « zones dangereuses », qui comprennent les radars mobiles et les contrôles de police.

0190000007903223-photo-waze-logo.jpg

Et cette perspective est loin de réjouir les autorités américaines, qui considèrent que les applications comme Waze entrainent davantage d'accidents qu'elles en évitent, en poussant les automobilistes à conduire au-dessus de la limite autorisée, jusqu'à atteindre une zone dans laquelle se trouvent des policiers. Par ailleurs, le fait que ce type de service permette de voir où se trouvent les forces de l'ordre serait dangereux pour ces dernières. « Cela nous met en danger ainsi que le public, car cela peut provoquer de violentes confrontations entre les forces de l'ordre et les suspects » estime un sergent de la police de Miami interviewé par NBC.

De fausses indications pour tromper les conducteurs

La police de Miami a décidé d'agir à sa manière : les agents des forces de l'ordre de la ville ont été invités à télécharger Waze sur leurs smartphones, dans l'optique de donner de fausses indications concernant des contrôles fictifs au bord des routes. Une pratique qui dure depuis plusieurs semaines et qui permet à la police de tromper les conducteurs sur leurs positions réelles.

Une démarche qui n'est pas du goût de tous. Le shérif du Comté de Broward, situé non loin de Miami, affirme que « quelqu'un qui souffre d'un désordre mental et qui voudrait attaquer la police n'aurait pas besoin de Waze pour passer à l'acte ». Les développeurs de l'application, quant à eux, assurent avoir le soutien des autorités : « la plupart des utilisateurs ont tendance à conduire plus prudemment quand ils pensent que la police est à proximité. »

Préserver la sécurité des autorités et des usagers de la route en diffusant des informations erronées via l'application, un mal pour un bien ? On imagine que les conducteurs vont désormais se méfier davantage autour de Miami, et que cette démarche pourrait inspirer les forces de l'ordre d'autres villes à travers le monde.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Microsoft présente les premiers pas de Skype Translator en français
Microsoft aurait racheté les stylets N-Trig
Facebook permet de choisir l'héritier de son profil en cas de décès
Microsoft Techdays : la technologie si présente qu’elle devient transparente
L'Epitech invite les start-up à venir poser toutes leurs questions
Imbattable avec ses GeForce, Nvidia met le cap sur l'automobile
Kyocera Torque : le smartphone tout-terrain de Bear Grylls bientôt en France
Android Wear : 720 000 appareils vendus en 2014
Insolite : Facturez votre adresse email pour garantir des contacts motivés
Office Online reçoit un flot de mises à jour
Haut de page