HEVC : le codec de l'ère Ultra HD est achevé

29 janvier 2013 à 17h31
0
L'Union Internationale des Télécommunications (l'ITU) et le Motion Picture Experts Group (MPEG) ont annoncé la semaine dernière avoir achevé le HEVC, successeur du H.264.

0140000004668018-photo-uhd.jpg

Vendredi dernier, au terme d'une assemblée d'une semaine, les membres du MPEG ont effectivement validé ce qui est désormais le « brouillon final du standard international » de l'High Efficiency Video Coding (HEVC), successeur de l'Advanced Video Coding (AVC). Notons que l'appellation H.265, précédemment employée, a finalement été abandonnée.

La moitié du poids à qualité égale



La promesse du HEVC avait évolué entre la publication du tout premier committee draft et l'ébauche d'un standard six mois plus tard, mais elle s'est stabilisée depuis. Le nouveau codec promet donc un débit (ou un poids) inférieur de moitié à qualité d'image constante. En d'autres termes à qualité constante, une vidéo Ultra HD en HEVC ne serait que deux fois plus lourde qu'une vidéo Full HD en H.264, en dépit d'une définition quadruplée. Le codec est d'ailleurs d'autant plus efficace que le débit d'encodage est faible ou que la définition est haute (jusqu'en 8K ou 7680 x 4320 pixels).

Pour ce faire, l'HEVC inaugure une nouvelle méthode de découpage des trames « Coded Tree Unit » variable (trois tailles) et sur trois niveaux. Par rapport aux macro blocs de taille fixe de l'AVC, cette méthode présente l'intérêt de mieux s'adapter au contenu, en traitant très différemment les aplats des zones les plus détaillées. Elle est en outre nettement plus propice au traitement parallélisé, tel qu'avec un GPU.

05685400-photo-hevc-coded-tree-unit.jpg

Un profil pour les images fixes



Elle serait si efficace que le codec prévoit d'ores et déjà, en plus du « Main » sur 8 bits et du « Main 10 » sur 10 bits (64 fois plus de nuances de couleur), un profil « Main Still Picture », destiné comme son nom l'indique aux images fixes. Il permettrait d'économiser 50 % d'espace de stockage à qualité constante.

Notons qu'il n'y a plus de « High Profile », comme c'était le cas avec l'AVC.

L'ITU et le MPEG préparent encore des profils répondant à différents besoins, en matière de 3D pour commencer (stéréoscopie classique ou même auto-stéréoscopie à multiples points de vue), de colorimétrie (12 bits et échantillonnage 4:2:2 ou 4:4:4), ou encore d'encodage adaptatif (permettant de décoder un fichier à une définition inférieure).

La route est encore longue



Le HEVC doit encore être définitivement ratifié, ce qui devrait arriver d'ici quelques semaines. Dès lors, les multiples acteurs de l'audiovisuel pourront concevoir leurs encodeurs et décodeurs logiciels ou matériels. Mais pour parvenir à une telle efficacité, l'HEVC est nettement plus gourmand en ressources que l'AVC, et sa démocratisation devrait prendre encore quelques années. Rappelons que l'AVC a déjà dix ans.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
Toyota : 50% des véhicules vendus au premier semestre étaient des hybrides-électriques
La France va créer son commandement militaire de l'espace
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
La Zone 51 envahie ? L'armée américaine pourrait répondre par la force
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
Que se passerait-t-il si Stadia disparaissait ? Un ponte de Google répond
scroll top