Réseau mobile : SFR épingle Free et écrit à l'ARCEP

04628928-photo-sfr-quadri-hd.jpg
La saga des réseaux mobiles continue : SFR a mené sa propre enquête concernant le taux de couverture de la population par Free Mobile, et a constaté que ce dernier serait loin d'être aussi étendu que le trublion du Net le laisse entendre. SFR demande donc à l'ARCEP d'enquêter sur la question.

Près d'un mois après le lancement de Free Mobile, la concurrence s'interroge toujours sur la couverture réseau du nouvel opérateur. Si Xavier Niel a récemment laissé entendre que Bouygues Telecom avait envoyé des huissiers sonder son réseau la semaine ayant suivi le lancement de ses offres, c'est aujourd'hui à SFR de mettre les pieds dans le plat.

Ce dernier a adressé un courrier à l'ARCEP, dans lequel il explique avoir mené sa propre enquête, et effectué 3000 pointages dans des lieux normalement couverts par Free Mobile. « Il ressort des mesures réalisées que, même dans certaines communes réputées couvertes par Free Mobile, les appels ont transité majoritairement, voire quasi-exclusivement par le réseau en itinérance d'Orange. Il s'ensuit que la population résidant dans les zones où les appels émis transitent par le réseau d'Orange ne saurait en aucun cas être regardée comme couverte par le réseau de Free Mobile » y explique SFR. Ajoutant que « Ces mesures suscitent donc les doutes les plus sérieux sur le respect par Free Mobile de ses obligations de couverture », SFR demande à l'ARCEP d'enquêter à son tour pour tirer les choses au clair.

On peut se demander, à la lumière de cette nouvelle requête, quelle va être la réponse de l'ARCEP : le gendarme des télécoms a déjà tenté de clarifier la situation fin janvier, expliquant alors n'avoir reçu « aucun élément concret » démontrant la désactivation d'antennes de Free Mobile. L'ARCEP en avait d'ailleurs profité pour rappeler qu'elle avait fait preuve d'indulgence envers SFR, Orange et Bouygues lorsque ces derniers avaient accusé des retards dans l'obligation de couverture 3G en 2001 et 2002. « Si l'ARCEP a alors toléré cet état de fait, c'était en raison des difficultés techniques et économiques invoquées par les opérateurs » avait-elle souligné, explicitant que d'éventuelles difficultés chez Free ne seraient pas une première en la matière.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

D'après Bureau Veritas, OVH aurait aussi des travaux incendie à faire sur le datacenter de Roubaix
Ethereum : tour d'horizon et chiffres clés sur l'écosystème de la deuxième cryptomonnaie mondiale
Test des AirTags : l'accessoire Apple indispensable des têtes en l'air ?
FLoC : Brave, DuckDuckGo, GitHub, WordPress… Pourquoi une telle levée de boucliers contre Google ?
Des chercheurs ont réussi à pirater une Tesla à l'aide d'un drone (et Tesla a déjà patché la faille)
Saliout-1 : la première station spatiale, et pas la plus heureuse
Test de Resident Evil Village : une balade à la campagne qui tourne mal
Idéal pour le télétravail, cet ordinateur HP Chromebook passe à moins de 300€ !
Mini-LED à l’assaut de l’OLED ? On fait le point sur cette ambitieuse technologie LCD
Portal : un fan du jeu a transformé son Alexa en une GLaDOS plus vraie que nature
Haut de page