A Londres, une IA pour détecter les images pédopornographiques

23 décembre 2017 à 15h30
0
Afin de réduire le risque de traumatisme psychologique chez ses enquêteurs, la police métropolitaine du Grand Londres espère pouvoir confier d'ici deux à trois ans à une intelligence artificielle la tâche éprouvante du visionnage des photos et vidéos contenues dans les téléphones et ordinateurs des personnes suspectées d'abus sexuels.

La police londonienne a déjà recours à un logiciel capable d'identifier de la drogue, des armes et de l'argent sur une image, mais la machine à encore du mal à détecter la nudité.

Une IA pour traquer les pédophiles

Par souci d'hygiène mentale pour ses agents, la police du Grand Londres s'apprête à s'adjoindre les services d'une intelligence artificielle capable de repérer les images d'abus sexuels contenues dans les téléphones et les ordinateurs. Mark Stokes, le chef de la Metropolitan, la police du Grand Londres, fait de l'intégration de cet algorithme chasseur de pédophile une priorité pour son département de police judiciaire.

« Dans de nombreuses affaires, nos enquêteurs ont à faire face à des images de nature indécente » a-t-il expliqué à la presse britannique. « Pour le moment, ce sont des êtres humains qui doivent accomplir la tâche de les visionner, mais le machine learning va nous en libérer. Vous imaginez combien cela peut être dérangeant de faire cela pendant des années » poursuit-il.

01F4000008773150-photo-archos-diamond-omega-les-caract-ristiques-de-ce-smartphone.jpg


Amazon et Google, futurs bobbies ?

Mais le plan de la police londonienne va plus loin, puisqu'elle planifie en fait de migrer dans les années à venir ses données sensibles dans les services en cloud de grands fournisseurs comme Amazon Web Services, Google ou Microsoft. Elle a déjà recours aux capacités d'un data center basé à Londres, mais il n'est ni assez gros, ni assez puissant pour gérer la masse croissante de données issues des enquêtes. Rien qu'en 2016, les policiers londoniens ont dû explorer le contenu de 53.000 appareils, dont 70 % de smartphones.

Le basculement chez les GAFA lui permettra, pense-t-elle, de franchir un palier en terme de puissance de calcul et d'analyse. « Avec leur aide, nous pourrons entraîner une IA capable de détecter efficacement les images d'abus sexuels d'ici deux à trois ans » espère Mark Stokes. Reste à surmonter les obstacles juridiques : le juge autorisera-t-il un tiers, en l'occurrence de grands opérateurs américains, à détenir des contenus propriété de la police britannique ? Sans parler du risque de piratage de ces données à caractère sensible. Mais Mark Stokes est convaincu que la matière première de ses enquêtes sera mieux protégée et exploitée par la Silicon Valley que par sa propre puissance publique...

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Le géant de la réservation hôtelière Booking quitte lui aussi le navire Libra
M6 victime d'une cyberattaque affectant l'ensemble des employés du groupe
Le Vatican va lancer un chapelet connecté !
Blocage du porno au Royaume-Uni : c'est la débandade
Le fichier des véhicules assurés entre en vigueur, et les forces de l'ordre comptent bien l'utiliser
Blizzard allège la peine infligée au joueur ayant soutenu les manifestations de Hong Kong
Tesla apporte des améliorations à sa Model 3 (et des hausses de prix)
Lime officialise le retrait de sa flotte de trottinettes électriques à Marseille
Un important site de contenus pédophiles tombe : 300 arrestations dans 38 pays
Le réchauffement climatique s’est encore accentué depuis 2015

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top