Hyperloop : les trains à 1200 km/h seront made in Toulouse

27 janvier 2017 à 18h02
0
Hyperloop Transportation Technologies (HTT), la start-up américaine qui développe des trains à lévitation magnétique ultra-rapides, a tout récemment signé des protocoles d'accord avec l'Etat et la Région Occitanie, afin de construire son centre européen de R&D près de Toulouse.

Hyperloop compte profiter du savoir-faire toulousain

Pour développer ses trains évoluant dans des tubes à basse pression, la start-up californienne investira l'ancienne base militaire de Francazal. Ce centre de recherche et développement prendra la forme d'incubateur, où d'autres start-up du secteur des transports seront également hébergées.

Hyperloop, qui n'a que 30 salariés tout en affirmant travailler avec « plus de 600 professionnels », compte profiter du savoir-faire aéronautique très présent dans le bassin toulousain pour ses recrutements. 25 salariés devraient être embauchés à l'horizon 2021. Une piste d'essai longue d'1 km sera construite sur le site, en réplique à celle actuellement en chantier près des bureaux de Hyperloop en Californie. L'Etat français a d'ores et déjà octroyé à Hyperloop un crédit d'impôt recherche d'un montant de 15 millions d'euros. La Région Occitanie, pour sa part, participera aux frais immobiliers.

08643752-photo-hyperloop.jpg


Une start-up qui pourrait révolutionner les transports

Le principal enjeu sur lequel travaille Hyperloop est la vitesse. L'idée de propulser un train dans un tunnel étanche à basse pression a été suggérée par Elon Musk, le fondateur de SpaceX. Une partie de ses collaborateurs s'enthousiasment alors pour ce projet et créent la société Hyperloop qui, par ailleurs, n'a rien à voir avec SpaceX. Hyperloop se pense davantage comme une plateforme plutôt qu'une entreprise de transports et souhaite se limiter à développer une technologie.

Plusieurs gouvernements à travers le monde se sont laissé séduire par ce projet innovant. Le gouvernement slovaque a signé un accord de coopération avec la start-up, dans la perspective d'ouverture de liaisons ferroviaires à grande vitesse Bratislava-Budapest et Bratislava-Vienne. Si le projet se réalise, ces trajets ne prendront que 10 et 8 minutes respectivement. Aux Emirats Arabes Unis, la famille royale a octroyé à Hyperloop un soutien financier, afin que la start-up développe la liaison Abu Dhabi-Al Ain, pour laquelle une étude de faisabilité concluante a été présentée en décembre 2016.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La capitalisation boursière d'Apple dépasse celle de toutes les entreprises du CAC40 réunies
Une usine de production de cellule de batteries pour véhicules électriques bientôt en France ?
Découvrez la 2CV R-Fit 100% électrique, conçue en rétrofit
TikTok et maintenant WeChat : les USA veulent
Horizon Zero Dawn : le portage PC critiqué pour ses nombreux bugs
Xiaomi Mi 10 Ultra : une édition anniversaire qui veut
Des experts en sécurité inquiets à l'approche de la présentation du premier prototype Neuralink d'Elon Musk
Elon Musk envisage la construction d'un Cybertruck plus petit pour l'Europe
Clean Network, le projet des États-Unis pour préparer leur avenir technologique sans les Chinois
Delage dévoile un hypercar hybride à 2,3 millions de dollars
scroll top