Hyperloop : les trains à 1200 km/h seront made in Toulouse

27 janvier 2017 à 18h02
0
Hyperloop Transportation Technologies (HTT), la start-up américaine qui développe des trains à lévitation magnétique ultra-rapides, a tout récemment signé des protocoles d'accord avec l'Etat et la Région Occitanie, afin de construire son centre européen de R&D près de Toulouse.

Hyperloop compte profiter du savoir-faire toulousain

Pour développer ses trains évoluant dans des tubes à basse pression, la start-up californienne investira l'ancienne base militaire de Francazal. Ce centre de recherche et développement prendra la forme d'incubateur, où d'autres start-up du secteur des transports seront également hébergées.

Hyperloop, qui n'a que 30 salariés tout en affirmant travailler avec « plus de 600 professionnels », compte profiter du savoir-faire aéronautique très présent dans le bassin toulousain pour ses recrutements. 25 salariés devraient être embauchés à l'horizon 2021. Une piste d'essai longue d'1 km sera construite sur le site, en réplique à celle actuellement en chantier près des bureaux de Hyperloop en Californie. L'Etat français a d'ores et déjà octroyé à Hyperloop un crédit d'impôt recherche d'un montant de 15 millions d'euros. La Région Occitanie, pour sa part, participera aux frais immobiliers.

08643752-photo-hyperloop.jpg


Une start-up qui pourrait révolutionner les transports

Le principal enjeu sur lequel travaille Hyperloop est la vitesse. L'idée de propulser un train dans un tunnel étanche à basse pression a été suggérée par Elon Musk, le fondateur de SpaceX. Une partie de ses collaborateurs s'enthousiasment alors pour ce projet et créent la société Hyperloop qui, par ailleurs, n'a rien à voir avec SpaceX. Hyperloop se pense davantage comme une plateforme plutôt qu'une entreprise de transports et souhaite se limiter à développer une technologie.

Plusieurs gouvernements à travers le monde se sont laissé séduire par ce projet innovant. Le gouvernement slovaque a signé un accord de coopération avec la start-up, dans la perspective d'ouverture de liaisons ferroviaires à grande vitesse Bratislava-Budapest et Bratislava-Vienne. Si le projet se réalise, ces trajets ne prendront que 10 et 8 minutes respectivement. Aux Emirats Arabes Unis, la famille royale a octroyé à Hyperloop un soutien financier, afin que la start-up développe la liaison Abu Dhabi-Al Ain, pour laquelle une étude de faisabilité concluante a été présentée en décembre 2016.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Coronavirus : Bill Gates va faire construire des usines pour fabriquer les 7 vaccins les plus prometteurs
Comment fonctionne la nouvelle attestation de déplacement sur smartphone ?
PS5 : Sony dévoile la manette DualSense
En pleine pandémie de COVID-19, Trump menace de ne plus financer l'OMS
Disney+ : pas de 4K ni d'Ultra-HD au lancement pour le concurrent de Netflix
Quatre ans après leur sortie, les Samsung Galaxy S7 ne seront plus mis à jour
COVID-19 : Lamborghini aussi se met à produire du matériel médical
Yamaha présente trois amplificateurs rétro et des enceintes pour les audiophiles
Firefox 75 est de sortie et refont la barre de recherche
Les conseils de Hyundai pour maximiser la batterie de son véhicule électrique
scroll top