Hyperloop : les trains à 1200 km/h seront made in Toulouse

27 janvier 2017 à 18h02
0
Hyperloop Transportation Technologies (HTT), la start-up américaine qui développe des trains à lévitation magnétique ultra-rapides, a tout récemment signé des protocoles d'accord avec l'Etat et la Région Occitanie, afin de construire son centre européen de R&D près de Toulouse.

Hyperloop compte profiter du savoir-faire toulousain

Pour développer ses trains évoluant dans des tubes à basse pression, la start-up californienne investira l'ancienne base militaire de Francazal. Ce centre de recherche et développement prendra la forme d'incubateur, où d'autres start-up du secteur des transports seront également hébergées.

Hyperloop, qui n'a que 30 salariés tout en affirmant travailler avec « plus de 600 professionnels », compte profiter du savoir-faire aéronautique très présent dans le bassin toulousain pour ses recrutements. 25 salariés devraient être embauchés à l'horizon 2021. Une piste d'essai longue d'1 km sera construite sur le site, en réplique à celle actuellement en chantier près des bureaux de Hyperloop en Californie. L'Etat français a d'ores et déjà octroyé à Hyperloop un crédit d'impôt recherche d'un montant de 15 millions d'euros. La Région Occitanie, pour sa part, participera aux frais immobiliers.

08643752-photo-hyperloop.jpg


Une start-up qui pourrait révolutionner les transports

Le principal enjeu sur lequel travaille Hyperloop est la vitesse. L'idée de propulser un train dans un tunnel étanche à basse pression a été suggérée par Elon Musk, le fondateur de SpaceX. Une partie de ses collaborateurs s'enthousiasment alors pour ce projet et créent la société Hyperloop qui, par ailleurs, n'a rien à voir avec SpaceX. Hyperloop se pense davantage comme une plateforme plutôt qu'une entreprise de transports et souhaite se limiter à développer une technologie.

Plusieurs gouvernements à travers le monde se sont laissé séduire par ce projet innovant. Le gouvernement slovaque a signé un accord de coopération avec la start-up, dans la perspective d'ouverture de liaisons ferroviaires à grande vitesse Bratislava-Budapest et Bratislava-Vienne. Si le projet se réalise, ces trajets ne prendront que 10 et 8 minutes respectivement. Aux Emirats Arabes Unis, la famille royale a octroyé à Hyperloop un soutien financier, afin que la start-up développe la liaison Abu Dhabi-Al Ain, pour laquelle une étude de faisabilité concluante a été présentée en décembre 2016.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Amazon Echo vous téléporte dans Star Trek
Les algorithmes font-ils des erreurs impensables pour l’homme ?
Bill Gates pourrait devenir billionnaire d’ici 2042
Amazon : « 1984 » de George Orwell fait fureur aux Etats-Unis
Nintendo Switch : quelques détails techniques
Free : il résilie et reçoit... un cactus !
Avec SmartLink, Ford rendra connectée votre vieille voiture
LeakedSource hors service après une descente du FBI
Gmail interdit l’envoi de fichiers JavaScript
Samsung Galaxy S8 : présenté le 29 mars 2017 ?
Haut de page