Avion : l'Europe autorise les appareils électroniques au décollage

Par
Le 13 novembre 2013
 0
L'agence européenne en charge de la sécurité aérienne suit son homologue américaine en annonçant que les appareils électroniques seront bientôt autorisés à bord des avions lors des phases de décollage et d'atterrissage.

Les compagnies aériennes basées en Europe ne seront bientôt plus obligées de demander à leurs passagers d'éteindre leurs appareils électroniques pendant les phases de décollage et d'atterrissage. Deux semaines après qu'une décision similaire a été prise aux Etats-Unis, l'agence européenne en charge de la sécurité aérienne (EASA) a en effet annoncé mercredi que cette interdiction ne serait désormais plus systématique.

Elle publiera d'ici la fin novembre un ensemble de conseils et bonnes pratiques destinées aux compagnies aériennes, qui pourront sur cette base décider de lever cette restriction. Les passagers seront alors autorisés à conserver allumés leurs appareils électroniques, qu'il s'agisse de baladeurs, d'ordinateurs portables, de tablettes, de liseuses ou de téléphones mobiles. Pour les appareils munis d'une carte SIM, il faudra toutefois maintenir le mode avion (qui neutralise les différents contrôleurs réseau), de façon à limiter les risques d'interférences avec l'électronique embarquée au sein de l'aéronef.

0168000003321240-photo-boeing-747-korean-air-starcraft-2.jpg

Si l'EASA libère cet usage, il appartiendra aux compagnies aériennes concernées d'en gérer la mise en oeuvre. Aux Etats-Unis, des deux plus grandes compagnies du pays (Delta et American Airlines) ont annoncé qu'elles suivraient le mouvement amorcé par l'autorité locale. Il est probable que la plupart des grandes compagnies européennes, qui planchent par exemple sur la connectivité en vol pour renforcer l'attractivité de leurs offres, en fassent de même.

Cette souplesse inédite devrait être appréciée des passagers qui, bien souvent, oublient plus ou moins intentionnellement de se conformer aux consignes d'extinction. Les étapes suivantes ne recueilleront peut-être pas le même assentiment. « Sur le long terme, l'Agence étudie les différents moyens de certifier l'utilisation de téléphones mobiles à bord des avions pour passer des appels », indique en effet l'EASA dans un communiqué.

Rappelons que dans tous les cas, la compagnie aérienne reste maîtresse à bord et peut, en dépit de cet assouplissement, décider de façon permanente ou temporaire de demander l'extinction des appareils électroniques... ou refuser que des appels vocaux soient émis.

Pour aller plus loin
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités Smartphone

scroll top