On a essayé Amazon Dash Button !

le 19 novembre 2016
 0
Annoncé début novembre en France, les premiers Amazon Dash Button sont arrivés chez les clients Premium du cyber-marchand à partir du 15 novembre. Aussitôt arrivés, aussitôt déballés, aussitôt installés. Les produits commandés le 17 novembre avec les Dash Button étant, comme prévu, arrivés dès le lendemain, le 18 novembre, nous pouvions vous faire partager l'expérience utilisateur de bout en bout.

Rappelons le principe de l'Amazon Dash Button : ce petit boîtier, gros comme une clef-télécommande de voiture, est un bouton qui se connecte en wifi à votre box Internet pour commander le produit associé. Chaque Amazon Dash Button est logo-typé, affichant une marque, et non un produit en particulier. Ainsi, le bouton « Signal » permet de commander des produits de la marque Signal, qu'il s'agisse de dentifrice ou de brosses à dents. Nous reviendrons sur ce point plus tard.


Des boutons oui, mais pour faire quoi ?



Premier souci : quels boutons choisir ? Si certains semblent évidents, comme les boutons « Handy-Bag », « Whiskas », ou « Signal » par exemple, d'autres sont moins clairs. A quoi sert le bouton « Simple Human » ? Il faut chercher pour découvrir que c'est une marque de sacs poubelle « sur-mesure », mais aussi de liquide vaisselle. Je ne sais pas non plus à quoi sert le bouton « On » ni le bouton « Rexel » ni le bouton « Derwent ». C'est en tapant le nom de la marque en question dans Amazon que l'on tombe sur des déchiqueteuses, des croquettes pour chien, ou des fiches bristol pour tableau d'affichage...

Qu'à cela ne tienne, je me lance le 9 novembre, le jour de l'annonce du lancement des Dash Button, avec des boutons « simples » : « Ariel », pour commander de la lessive, « Signal », pour commander du dentifrice, « Kleenex », pour commander du papier-toilette, « Le Petit Marseillais » pour commander du shampooing, « Listerine » pour du bain de bouche et « Handy-Bag » pour des sacs poubelle.

0320000008598240-photo-signal-amazon-dash-button.jpg

Amazon Dash Button se connecte à votre Wi-Fi... récent



Le 15 novembre, les Dash Button d'Amazon arrivent, comme prévu. Je tente de les installer comme l'indique le petit mode d'emploi présent dans chaque boîte, en me servant de l'application Amazon sur mon mobile. Si le process d'installation paraît simple, je me trouve confronté à un problème inédit ! Souhaitant installer les boutons dans les salles de bain et cuisine, mal couvertes par mon wifi, je tente de me connecter sur le réseau sans fil étendu que j'y ai placé.

Seulement voilà, ce réseau ayant été créé avec un vieux routeur sans fil, qui ne crypte qu'en WEP, 40 bits, rien à faire : les boutons ne veulent pas se connecter à mon réseau. Ils ne sont manifestement pas compatibles. Je dois donc commander un routeur sans fil nouvelle génération (16,99 euros sur Amazon) pour les installer. A noter que l'assistant d'installation persévère. il propose même, après plusieurs échecs, de configurer le bouton à l'aide... du modem intégré à celui-ci, capable d'interpréter des signaux audio transmis par le haut-parleur de mon iPhone ! En dernier ressort, il propose même de se connecter au Button directement, en mode ad hoc.

Une installation ultra simple depuis l'application Amazon



Le 17 novembre, mon nouveau routeur Wifi est arrivé, installé en deux minutes avec un nouveau réseau qui couvre proprement la salle de bains et la cuisine. Je peux donc installer les boutons. L'installation du premier est rapide, il faut taper le code wifi du réseau sélectionné (pas de partage automatique des paramètres de connexion comme avec certains périphériques avec lesquels on connecte en Bluetooth. Mais ensuite, Amazon, qui a demandé l'autorisation, injecte le code dans les autres boutons ! Pratique.

C'est à ce moment que l'on découvre que l'Amazon Dash Button n'est pas encore totalement mature. En effet, lors de la configuration, une fois le bouton relié à votre réseau Wi-Fi, l'application Amazon vous demande à quels produits vous souhaitez l'associer. Et là, surprise ! Le choix des produits disponibles, dont vous n'aviez malheureusement pas connaissance au moment de commander le Dash Button, vous apparait. Et il est parfois décevant, voire, déconcertant.


Le bouton « Kleenex » ne sait pas commander de papier-toilette



Dans mon cas précis, j'ai ainsi voulu commencer par le bouton « Kleenex », pensant fort logiquement pouvoir l'installer dans les toilettes, à côté du porte-rouleau. S'il y a bien un usage évident à l'Amazon Dash Button, c'est celui-là ! Inutile de vous faire un dessin : commander du papier-toilette quand on entame, (ou termine) le dernier rouleau, c'est vraiment la raison d'être d'un tel appareil connecté. Seulement voilà : au moment de choisir quel produit associer au bouton « Kleenex », Amazon ne me propose que.. des mouchoirs. Dommage, car il y a bien pourtant du papier-toilette en vente (par rouleaux de 12) sur Amazon ! Dépité, je choisis tout de même un modèle de mouchoirs, des boîtes, vendues à mon grand étonnement par lot de 6x2. Donc, en cliquant sur le bouton, je recevrai 12 boîtes de mouchoirs... C'est un peu beaucoup, et pas ce que j'espérais. Je suis déçu par mon premier bouton.

Qu'à cela ne tienne : je tente le coup avec d'autres boutons. L'Amazon Dash Button « Ariel » me propose quelques lessives de la marque, en bouteille, ou en berlingots. Il y a du choix, mais pas le modèle habituel, dans le format habituel, utilisé par la famille. Tant pis, on en commande une autre qui fera l'affaire, l'Ariel Alpine en 2,3 litres, quand nous achetons d'habitude la 3,5.

08598304-photo-amazon-dash-button-retaill.jpg

Peu de choix de produits derrière certaines boutons Amazon Dash



Le bouton « Signal » me permet de choisir un dentifrice, vendu par pack de trois, mais aurait pu aussi me permettre de commander des brosses à dents. Là encore, il y a du choix, mais pas ce que j'espérais. On est très loin de la diversité de choix de produits disponibles en grande surface, et c'est bien dommage ! Je ne vois pas pourquoi Amazon, qui propose à la vente 100 fois plus de références qu'une grande surface, ne propose pas toute la gamme des produits d'une marque, pour pouvoir les associer à ses boutons. Même problème avec le bouton « Listerine », qui propose quelques bains de bouche, mais pas toute la gamme. J'en trouve un, que j'associe au bouton.

Mon bouton « Le petit Marseillais » me déçoit encore plus : deux ou trois shampooings, idem pour les gels douche, et des savons pour les mains. Alors que cette marque propose des dizaines de shampoings différents, parfois, justement, dont certaines références sont absentes des supérettes, obligeant à se rendre en hyper. Je ne l'associe à aucun produit, il attendra.

Les boutons Amazon Dash victimes de leur succès ?



Au final, me voilà avec quatre boutons configurés sur cinq. Le bouton « Handy Bag », commandé le 17 novembre, n'arrivera que le 2 décembre ! Manifestement, il est en rupture de stock, preuve que le concept séduit, intrigue...

Pour mener le test jusqu'au bout, je clique sur le bouton « Signal », ainsi que sur le bouton « Listerine », collés sur le miroir de la salle de bains, suffisamment haut pour que des petites mains de 6 ans 1/2 et 8 ans n'y accèdent pas facilement. Le bouton « Ariel » est, lui, collé sur la machine à laver, on croise les doigts en espérant ne pas recevoir un jour 20 bouteilles de lessive.

08598296-photo-amazon-dash-button-2.jpg

En théorie, cela n'est pas possible justement : car une fois le bouton pressé, une petite diode sur le côté se met à clignoter, en bleu, puis, en vert. On en déduit que la commande est passée. Et en effet, quelques instants plus tard, une notification push arrive sur mon téléphone, avec le récapitulatif de la commande. Il ne s'agit pas ici de la confirmer, ce qui serait contraire à l'esprit de l'Amazon Dash Button, mais d'en être informé ! Il faut cliquer dessus pour faire disparaître la notification, sachant que la commande est affichée directement dans l'application Amazon, en dessous. L'idée est sans doute de pouvoir l'annuler, si la commande a été passée par erreur. A cette occasion, je constate que la promesse d'Amazon, à savoir, le remboursement du prix d'achat du bouton lors de la première commande, se fait automatiquement : j'ai bien 4,99 euros déduits de ma commande de dentifrice, et de bain de bouche ! Les boutons ne m'ont rien coûté.

Le lendemain de ma commande avec les boutons, je reçois effectivement mes produits. Tout s'est bien passé de bout en bout.

Amazon Dash Button : le début de l'avenir



En conclusion : Amazon Dash Button est un objet connecté qui a vraiment des chances de faire partie de notre quotidien, demain. Mais le manque de références disponibles, derrière chaque bouton, déçoit, alors même que les produits sont disponibles sur Amazon. Quant au prix des produits ? Notre test ne visait pas à faire un comparatif de prix, qui n'aurait aucun sens, sachant que le prix que vous payez pour votre dentifrice ou votre lessive dépend de votre manière de faire vos courses. N'oubliez pas aussi que le service, se faire livrer un produit à son domicile en 24 heures, voire, le soir même dans certaines villes si votre commande dépasse les 25 euros, a un coût, réel ! Pouvoir commander du dentifrice le matin en pressant sur un bouton, quand on termine son tube, et le recevoir le lendemain sans rien faire d'autre, c'est un luxe, qui peut justifier que l'on paye sa « pâte à dents » un peu plus cher, au lieu de devoir ressortir le soir pour en acheter à la supérette du coin, ou de devoir s'en passer pendant une semaine en attendant de faire le prochain « plein » familial !

Découvrir et commander les Amazon Dash Button
Bénéficier des codes promos Amazon proposés par notre offre de bons plans
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Facebook a annoncé la nomination d’une nouvelle directrice de son application. Et il s’agit d’une Française : Fidji Simo ! Celle-ci aura la lourde tâche de concrétiser le virage annoncé par l’entreprise, vers une meilleure protection des données personnelles.
19/03 | Facebook
Mozilla vient tout juste de publier sa version stable de Firefox 66 pour Windows, Mac, Linux et Android, elle est disponible au téléchargement depuis aujourd’hui ! Alors quoi de neuf pour le navigateur web libre et gratuit qui revendique désormais plus de 300 millions d’utilisateurs actifs ?
Intel va développer pour les États-Unis ce premier supercalculateur baptisé Aurora. La puissance extraordinaire de cette machine va être utilisée dans des travaux d’intelligence artificielle qui serviront à la recherche médicale, énergétique et environnementale.
En direct de la Game Developers Conference, où il a tenu une conférence historique, Google a dévoilé le nom et les détails de son service de cloud gaming : Stadia.
Le service de messagerie instantanée teste l’intégration d’un navigateur et d’une recherche d’images inversée dans l’application mobile pour lutter contre la propagation des fake news.
19/03
C'est un jeu bien connu des amateurs de réalité virtuelle qui arrivera sur le futur Oculus Quest.
19/03 | Jeux vidéo
Microsoft déploie de nombreuses nouveautés sur Windows 10 au fur et à mesure des mises à jour (réussies) du système. Certaines profitent d’un éclairage suffisant pour attirer l’attention de l’utilisateur averti, d’autres non. Ajouté avec la mise à jour Creators Update, le son spatialisé Windows Sonic est un peu passé à la trappe. On vous explique aujourd’hui comment en profiter.
19/03 | Windows 10
Une équipe de recherche de Stanford a réussi à produire de l’hydrogène à partir d’eau de mer. Une belle prouesse dans la production d’énergie propre.
Le président des États-Unis n’est clairement pas un fan des voitures autonomes, qu’il voit comme une menace pour la société.
Les modules photo, c’est bien, mais encore faut-il savoir où les mettre sur des smartphones de plus en plus borderless. Après les encoches, les dalles percées d’un orifice (comme sur le S10 de Samsung) et les tiroirs verticaux, le constructeur chinois ZTE miserait pour son prochain flagship sur un tiroir latéral. Les cinq capteurs (deux frontaux, trois dorsaux) dudit smartphone apparaîtraient alors sur une languette émergeant de son flanc droit.
Ça vous dit d’économiser 30€ tout en donnant une autonomie du tonnerre à votre smartphone ? Pour ça, il vous suffit de profiter de la promo Amazon sur la batterie externe Aukey 20000 mAh qui passe à 19,99€ seulement.
19/03 | Bon plan
Bonne nouvelle pour tous les amoureux de la petite Fiat 500 : le groupe confirme l'arrivée en Europe, en 2020, de la version 100% électrique.
19/03
Si vous vous intéressez au monde de l'informatique et aux précieux composants donnant vie à nos machines de jeu, vous l'avez peut-être vu passer sur YouTube sous le pseudo de Frenerth.
La plateforme de formation en ligne Coursera a classé les pays du monde en fonction des compétences de leurs apprenants, selon trois domaines majeurs. La France s’y distingue particulièrement en data science, avec une 8e place mondiale.
Annoncée officiellement il y a quelques heures, l’arrivée du Ray-Tracing sur les GPU Nvidia ne disposant par des RT-Cores (GTX série 10, entre autres) fait office de petit tremblement de terre dans la communication de la firme au caméléon. Le studio teuton Crytek, auquel on doit l’éminent CRYENGINE 5, avait pourtant publié dès la fin de semaine dernière une démo fonctionnelle présentant le Ray-Tracing sur… une RX Vega 56 de chez AMD. Preuve s’il en fallait qu’il est possible de générer des reflets affriolants sans ces fameux RT-Cores.
scroll top