· S | F · Votre chronique à là rencontre de Cal, rescapé de la Terre

Johan Gautreau
Expert objets connectés
18 janvier 2020 à 11h11
0
SF #7 Cal de Ter

La Terre est fichue... Il ne reste qu'un seul humain vivant dans l'univers... Que va-t-il faire en abordant par hasard une planète habitée d'indigènes extra-terrestres ? Réponse avec la saga Cal de Ter, une fantastique épopée qui va vous donner des envies de conquête spatiale !

Clubic aime la science, Clubic aime l'avenir, Clubic aime la science-fiction. Avec · S | ꟻ · nous vous partagerons régulièrement nos recommandations dans le domaine de l'imaginaire : littérature, bande dessinée, mais aussi films...

Nous nous donnons 5 citations et 5 paragraphes pour vous convaincre.

Cal de Ter (1975)

Paul-Jean Hérault

Mes débuts dans la SF ont commencé à la fin du XXème siècle. La bibliothèque de mon père regorgeait de bouquins du genre, la plupart datant des années 70-80. Mon enfance entière a été baignée de cette science-fiction grandiloquente avec ses héros en collants, accompagnés de robots humanoïdes, sauvant le monde d'aliens tentaculaires.

Bref, une science-fiction encore peu centrée sur les problématiques actuelles de notre monde comme le réchauffement climatique ou la surpopulation. En lisant ces bouquins poussiéreux, j'entrais comme dans un conte de fées, mais avec des lasers et des vaisseaux spatiaux en plus !

Il y a quelque temps, je suis tombé sur Cal de Terre. Créé en 1975 par le romancier français P-J. Hérault, ce roman m'a immédiatement fait revivre les émotions de mon enfance. La magie était toujours là, ne demandant qu'à être partagée. Chose que je vais m'empresser de faire aujourd'hui rien que pour vous, chers lecteurs !

“Il n'y a plus rien à faire, c'est la fin, Cal. On était pourtant si heureux...”

Juillet 2296 : la Terre et Mars, en conflit depuis des années se détruisent mutuellement. Grâce à la prévoyance de son meilleur ami, un homme échappe à la fin du monde. Il se nomme Cal et va porter sur ses épaules bien plus que le poids de la solitude...

Enfermé en hibernation dans une capsule de survie, notre héros va dériver longtemps - très longtemps - dans l'univers, éperdument seul. Jusqu'à ce qu'un miracle se produise : il tombe sur une planète bleue. Plus grande que la Terre, cette dernière abrite une faune et une flore susceptible d'accueillir notre Robinson Crusoé de l'espace.

La découverte de cette planète marque le véritable point de départ de la saga Cal de Ter. Si je vais aujourd'hui m'attarder sur le premier tome, Le rescapé de la Terre, sachez qu'il existe six autres romans et deux recueils de nouvelles consacrés à notre vaillant survivant. P-J. Hérault a su créer un véritable univers, attachant au possible.

“Cal le logicien, Cal le pacifique ! Il éprouve une véritable haine pour les hommes.”

J'ai rarement vu le genre humain se faire tailler autant de vestes dans un roman de SF. À croire que P-J. Hérault déteste vraiment ses semblables, plus encore que Jean-Marc Ligny avec Exodes. Ici, pas de détails crus, la “mort” de la Terre est aussi rapide que soudaine.

Ce sont plutôt les pensées de Cal qui poussent à la réflexion. Loin de vouloir propager un sentiment écolo, le romancier français - par l'entremise de son personnage - met en avant la beauté de la Terre avant qu'elle ne soit souillée par les humains. Les hommes auraient pu vivre en harmonie avec la nature, mais n'ont pensé qu'au profit et à la gloire. Au XXIIIème siècle, la folie des humains les emporte dans la tombe aussi vite qu'on souffle une chandelle.

C'est ainsi que notre aventurier solitaire débarque sur Vaha, un paradis à l'image de la Terre originelle. Certes, le Nouveau Monde possède un écosystème différent, mais n'en reste pas moins vivable pour le genre humain. Cal va donc reprendre goût à la vie malgré son extrême solitude. Enfin, seul, il ne va pas l'être longtemps !

“Dieu ! Un être humain !”

Ce qu'il y a de magique avec la SF à l'ancienne, c'est qu'elle ne s'embarrasse pas souvent de considérations scientifiques. Rien d'étonnant donc à ce que Cal se retrouve nez à nez avec un indigène au look humanoïde, copie conforme de l'humain tel qu'on le connait. Car la planète Vaha abrite bien une vie intelligente : les Vahussis.

Cette race extra-terrestre représente tout ce dont on peut rêver. Ses représentants sont grands, vivent plus longtemps que nous et surtout ne connaissent pas la guerre, la famine ou même la jalousie. Vaha est un vrai petit paradis où chacun vit en paix, en totale harmonie avec la nature.

Logicien de métier, Cal ne peut s'empêcher faire le rapprochement entre l'évolution des Vahussis et celle des anciens terriens. Il en arrive à la conclusion que cette race ne change pas depuis des siècles. Elle subit ainsi les assauts de bêtes redoutables sans chercher à les repousser, se contentant de fuir face au danger. Comme vous vous en doutez, un humain est loin d'avoir la même philosophie. Cal va donc devoir faire un choix : s'imposer comme un dieu vivant avec ses connaissances ou aider les Vahussis en toute discrétion ?

“Son esprit travaille maintenant à plein régime, envisageant ce qu'il pourrait apporter à cette race.”

Il ne faut pas longtemps pour que Cal décide de donner un coup de pouce aux habitants de Vaha, sans pour autant modifier leur nature profonde. Pacifiste jusqu'au bout des ongles, Cal décide de donner à Vaha la chance que n'a pas eue la Terre. Il orientera donc son évolution en prenant en compte les erreurs commises par les humains sur leur propre planète.

S'ensuit un apprentissage passionnant durant une bonne partie du roman. On se demande néanmoins s'il est bien raisonnable que Cal modifie l'ordre des choses sur Vaha. Si on se pose régulièrement cette question, elle trouve rapidement une réponse : pour repousser les dangers extérieurs. Lorsqu'une autre peuplade de Vaha s'en prend aux protégés de Cal, il se voit obligé de leur apprendre le maniement des armes, aussi rudimentaires soient-elles.

Cette évolution, malheureusement nécessaire, n'est finalement que mineure face à tous les bienfaits apportés par le rescapé de la Terre : écriture, navigation, bribes de commerce... Les Vahussis prennent un nouveau virage sous la supervision discrète de Cal. La brutalité des humains semble bien lointaine. La magie opère durant tout le roman, on retrouve cette SF “propre” si chère aux années 80. C'est fichtrement rafraichissant !

“Dans six cents ans, Cerveau, dit-il avec un petit sourire.”

Bon, j'imagine que vous devez vous demander quand arriveront les robots et autres joyeusetés. Pour ça, il faudra vous armer d'un peu de patience. Il faut en effet attendre la fin du livre pour assister à un évènement qui chamboulera tous les plans de Cal : la découverte d'une base extraterrestre à la technologie incroyablement avancée !

Si la découverte de Vaha est le point d'entrée de la saga, cette base alien en sera le pivot. Cal y mettra au point son plan d'évolution de la planète, loin des regards indiscrets. Je ne vous en dévoilerai pas plus, je vous invite à vous plonger au plus vite dans cette formidable saga. Chaque roman se lit relativement vite, faisant moins de 200 pages à chaque fois.

Cal de Ter mêle ainsi à la perfection de nombreuses thématiques propres à la SF : évolution, robotique, intelligence artificielle et j'en passe. Se lancer dans cette collection, c'est assister à la naissance d'une Terre telle qu'on en rêverait tous, avec ses défauts, mais aussi ses innombrables qualités que les humains ne semblent plus voir actuellement.

Cal de Ter
Cal de Ter - Le rescapé de la Terre est édité chez Bragelonne en version numérique EPUB, mais également en version Kindle sur Amazon.
7
7
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, qualifie le réacteur EPR de
Face à de très mauvais résultats financiers, EDF s'apprête à se serrer la ceinture
Pollution : un think tank britannique demande à interdire les publicités pour les SUV
Quand Elon Musk affirme que les pyramides ont été érigées par des aliens, l'Égypte l'invite sur place
AMD : fleuron de la future cuvée Zen 3, le Ryzen 9 4950X pourrait monter à 4,8 GHz
Depuis 2011, Hadopi c'est 87 000 euros d'amende pour... des dizaines de millions d'euros de subventions !
Donald Trump sanctionné par Twitter et Facebook, pour une vidéo qualifiée de
Projet ATTOL : Airbus fait rouler, décoller et atterrir un avion commercial de façon autonome
Les employés de Blizzard font la lumière sur d'inquiétantes disparités salariales
La Chine menace les Etats-Unis en cas de vente forcée de TikTok
scroll top