"ImaginLab" : le gouvernement lance ses expérimentations sur la 4G

Par
Le 04 octobre 2011
 0
Eric Besson annonce l'ouverture d'une nouvelle plateforme d'expérimentation de services utilisant les réseaux 4G. Malgré la polémique autour du brouillage causé par ces fréquences sur la TNT et le coût des éventuelles réparations, le gouvernement insiste sur le potentiel de la 4G et les services qui y seront associés.

00fa000004001602-photo-4g.jpg
Le ministère de l'Economie numérique vient de dévoiler sa plateforme de tests de la 4G. Située à Brest (port et ville), la plateforme ImaginLab doit servir d'expérimentation et de vitrine sur les possibilités qu'offrent ces réseaux sans-fil de très haut débit mobile. Dans un communiqué (.pdf), le ministre explique que la 4G permet d'utiliser des services comme le « cloud personnel permettant de stocker photos, vidéos et musique, voix sur IP haute-définition, visiophonie mobile, nouveaux services liés à la géolocalisation, télévision haute-définition mobile, jeux en réseau... ».

Visiblement enthousiaste, Eric Besson précise que cette expérimentation est un préalable « au lancement commercial de la 4G en 2012 ». Bien qu'il soit encore difficile de dire si l'an prochain, les réseaux 4G seront bien disponibles pour l'ensemble des français sur tout le territoire, le ministre souhaite que les entreprises françaises soient au rendez-vous du très haut débit mobile.

A ce jour, toutes les fréquences destinées à la 4G n'ont pas été attribuées. Free Mobile, SFR, Orange et Bouygues ont obtenu le droit d'utiliser prochainement les réseaux mobiles à très haut débit (60 Mbit/s) pour les fréquences de la bande des 2,6 GHz. Par contre, chacun d'entre eux ont jusqu'au 15 décembre prochain pour postuler au « gros morceau » des 4 blocs de fréquences de la bande de 800 MHz.

En attendant l'octroi de ces blocs, le sujet des brouillages de la TNT par certaines fréquences 4G fait encore débat. La semaine dernière, le ministère de l'Economie a dévoilé le projet de loi de Finances pour 2012. Le document préconise de faire supporter aux opérateurs les coûts des brouillages de la TNT par les fréquences mobiles 4G. Les opérateurs pourraient donc mettre la main à la poche en fonction de la part de brouillage qu'ils occasionnent...

Reste à savoir si cette expérimentation locale répondra aux problématiques de brouillage. A en croire Bouygues, 20 % des foyers du territoire seraient concernés, selon l'Arcep ce problème ne serait visible que pour « 150 000 à 500 000 TV en France »...
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités Réseaux mobiles

scroll top