Les effets spéciaux à la rescousse pour ajouter des placements de produits aux classiques du cinéma

25 avril 2021 à 10h50
21
Mirriad effets spéciaux publicité © Mirriad
La pancarte "Coca-Cola" a été ajoutée en post prod à cette scène dans une émission de télévision chinoise. © Mirriad

Imaginez une scène, dans Les Aventuriers de l’Arche Perdue, où Indiana Jones déambulerait dans les rues du Caire, avec des panneaux publicitaires de marques bien connues en arrière plan. Ou encore une autre, où Charlie Chaplin serait attablé avec une bouteille d’eau minérale à la marque bien visible, posée à côté de lui.

Cela vous parait absurde? Eh bien, ça ne l'est peut être pas tant que cela.

L’intelligence artificielle pour fluidifier l’expérience publicitaire de l’utilisateur

Depuis quelques années, l'entreprise Mirriad développe en effet une technologie capable d'intégrer des marques dans les décors d'œuvres cinématographiques, en post-production. La plateforme de streaming chinoise Tencent Vidéo, et la série américaine Modern Family, ont déjà utilisé le procédé. En France, Mirriad a notamment inséré les produits d’une célèbre marque de voiture dans la série Demain nous appartient diffusée sur TF1.

Appelé « In Video advertising », ce procédé permet d'implémenter de manière dynamique des éléments virtuels dans une image filmée, en post production. Alimentée par l’intelligence artificielle, cette technologie à cela d'inédit qu'elle analyse l’image afin d'y trouver les espaces publicitaires les plus « efficaces ».

La technologie est ainsi capable de « lire » une image, et de tenir compte de la profondeur de champ, du mouvement de caméra, des textures, bref, d'à peu près tout ce qui constitue un plan. Elle permet aussi d'assurer une « continuité éditoriale » en insérant les éléments de façon cohérente tout au long du film.

Des problèmes juridiques et artistiques pour mettre en œuvre cette technologie

Verra-t-on bientôt une version de « E.T » dans laquelle le célèbre vélo sera affublé d’une marque quelconque ? Peut-être pas si vite.

Si les placements de produits ne sont pas nouveaux - en 1896, Les laveuses, réalisé par les frères Lumière, mettait déjà en scène deux caisses au premier plan faisant la promotion d’une marque de savon - la facilité avec laquelle créer des objets publicitaire très bien intégrés à l’image à postériori pose différentes questions : quid par exemple de l’intégrité de l’œuvre protégée par le droit d’auteur, ou du travail du directeur artistique ayant réfléchi à l’apparence des éléments du décor ?

La question reste tout de même en suspens : appât du gain ou crise économique liée à la pandémie de COVID-19, quelques « bouchons »  pourraient bien sauter dans l’industrie du cinéma.

Certains dirigeants du monde de la musique voient même dans cette technologie l’opportunité pour des groupes d’ajouter des placements de produits numériques à leurs clips, récents ou anciens.

La technologie pourrait également servir à intégrer des publicités quasiment en direct lors d’événements sportifs.

Et ce n’est pas tout. La société californienne Ryff affirme pouvoir aller
encore plus loin en permettant d'intégrer des marques à l'image selon le principe de la publicité ciblée. Ainsi, lorsque vous regarderez un film via une plateforme SVoD ou une télévision intelligente, une publicité pourra être intégrée à l'image en fonction de ce que vous avez précédemment acheté ou regardé en ligne.

Riff utilise pour ce faire l'intelligence artificielle, l'apprentissage automatique et le rendu 3D, pour placer virtuellement les produits et les marques dans le contenu diffusé.

Source principale : BBC

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
21
18
TofVW
Et après, mes amis me prennent pour un fou quand je dis préférer acheter un DVD ou un Bluray, plutôt que de m’abonner à Netflix…
MisterDams
J’espère que ça va être réglementé pour le réserver à des espaces prévus pour dans l’œuvre… Sinon on va voir Marty McFly porter des NewBalance sur une plateforme SVoD
talex
C’est terriblement ingénieux je suis bluffé<br /> ils pourront vendre un film et faire du placement en fonction du pays<br /> et si tu télécharges illégalement tu sauras d’où vient le film
Judah
Si je devais regarder en dvd ou bluray tout le contenu que je regarde sur Netflix, ça me coûterait plus de 500 euros par mois…
GRITI
Il fait rêver ce monde qui se profile à l’horizon…<br /> S’il y a de la pub nous paierons moins cher le visionnage???<br /> Et que l’on vienne pas nous dire qu’il y a la pub parce que c’est gratuit (argument d’internet)…
cyrano66
« La technologie pourrait également servir à intégrer des publicités quasiment en direct lors d’événements sportifs. »<br /> Je croyais que ça existait déjà.<br /> Planet | Inspiring news to take on the future<br /> La prochaine fois que vous regarderez un match de foot à la télé, vous ne...<br /> L'industrie de la publicité fait toujours preuve de beaucoup de créativité. Aujourd'hui se démocratisent dans les stades des panneaux publicitaires dont le contenu change en fonction de localisation du téléspectateur. Pour les clubs, c'est une sacré...<br /> Sinon Globalement ça démontre le peu de respect pour les œuvres cinématographique ancienne.<br /> Et toutes les citations visuelles de marques dans les films ne sont pas forcément du placement de produit.<br /> 2001 l’odyssée de l’espace, Blade runner, les dieux sont tombés sur la tête, etc., etc.<br /> Bref j’ai hâte de voir les réactions des spectateurs quand ils verront King kong avec un t-shirt Nike, Gandalf tripoter un IPhone et Les élèves de Pudlard devant des tables remplies de KFC.
cmoileena
L’un n’empêche pas l’autre. J’achète des bluray mais suis aussi abonné à netflix. On en est pas encore à ce stade. Pour info même sur des bluray il arrive que pour des problème de droit la musique de certains passages changent. Surtout sur des séries il est vrai.<br /> Bref Même si j’achète des bluray (en occasion pour la plupart) l’abo à netflix est peu cher à comparer.
nicgrover
Les images subliminales sont déjà interdites dans les œuvres cinématographiques (et musicales je crois). Si l’on considère des images comme des messages subliminaux cela devrait être prohibé également.<br /> A moins que la marque n’achète tous les emplacements virtuels et vous offre le film sans pubs ajoutées, ce quelle ne manquera pas de préciser au début et à la fin du film…<br /> Que l’on ait une pensée émue pour les américains (et autres) qui se tapent des films avec 5 voir plus de coupures publicitaires, si en plus ils doivent se farcir ces messages publicitaires…
lejeferson
un peu le principes des placements dans demolition man qui étaient différents en Europe (pizzat hut) ou aux USA (Taco Bell), mais à la demande dans ce cas et pas «&nbsp;en dur&nbsp;» comme dans le film
GRITI
Ce ne sont pas des images subliminales vu que l’on voit les images. On ne sait juste pas si de la post pro publicitaire ou si l’objet était présent lors du tournage.
yam103
On va peut-être voir apparaître des anachronismes: une pub pour NordVPN dans Indiana Jones, par exemple.<br /> Il ne reste plus qu’à trouver un adblocker doté d’intelligence artificielle pour flouter la pub en live
lejeferson
ou pour remettre le contenu original au dessus de la post prod<br /> de la post-post prod ou postprod block
Un.compte.standard
Bientôt les pubs dans le cerveau ? Comme ça au moins on ne pourra plus y échapper, vive le monde de demain ou la technologie ne sert qu’à remplir nos esprits de chose totalement inutile
mayart
Ce monde régie par l’avidité sans limite qui lui vaudra sa perte…
nicgrover
Peut-être pas subliminale à la lettre mais on en est pas loin. Il s’agit de faire passer un message publicitaire, de créer une envie de manière détournée, sans que le spectateur ne s’en rende compte immédiatement.<br /> Combien de personnes lisent les textes des images de pub dans la rue ou dans des revues (ou autres supports)? Très peu voir aucune mais le message passe quand même de manière souvent inconsciente. Là est le danger… Surtout chez les plus jeunes.
pinkfloyd
Mais franchement, si on claque tellement d’argent la dedans c’est que c’est censé marcher non ? parque que perso, en 40 ans j’ai jamais changé mes habitudes d’achat malgré la multitude de film et série que j’ai matté…
Sodium
«&nbsp;Cela vous parait absurde? Eh bien, ça ne l’est peut être pas tant que cela.&nbsp;»<br /> Si si c’est absurde, absurde et techniquement difficile ne sont pas des synonymes.
Urleur
quel horreur !
cyrano66
nicgrover:<br /> Peut-être pas subliminale à la lettre mais on en est pas loin.<br /> Dans ce cas on parle de perception implicite.<br /> L’Image est perçue mais n’ai pas considérée consciemment par manque d’attention (l’affichage publicitaire devant lequel on passe sans le regarder est un bon exemple)<br /> S’oppose à la perception explicite (perçue et traitée consciemment)<br /> La perception subliminale c’est à la limite du champ perceptif conscient. Donc l’information serait vue et traitée de manière inconsciente, (la fameuse 25eme image) C’est donc de la manipulation.<br /> Ça reste une théorie encore en débat. Très à la mode dans les années 70-80 elle n’a jamais vraiment démontrée son efficacité.<br /> Les études sérieuses effectuées ont surtout démontré que ça dépend de l’individu, du contexte, de l’attention, etc.<br /> Quant au placement de produit d’après les études c’est plutôt efficace.<br /> Surtout si le produit est utilisé<br /> Et plutôt au ciné que devant sa télé<br /> https://www.e-marketing.fr/<br /> Le placement de produit : une efficacité redoutable<br /> Le placement de produit afficherait un ROI moyen quatre fois supérieur à un spot pub TV. Alain Maes, directeur de Public Impact, nous explique les spécificités [...]<br />
Altdorf
Ça fait peur, je regarde déjà pas beaucoup la TV à cause des pubs…
melcky
Si seulement on pouvait utiliser cette technologie pour faire l’inverse! (nettoyer les videos des pubs pour les remplacer par des éléments neutres…)
nicgrover
Dans un cas comme dans l’autre ce n’est toujours que de la manipulation de masse.<br /> Et les grosses boîtes de produits savent de quoi elles parlent, elles ne cessent depuis des décennies de trouver les moyens les plus insidieux pour fourguer leurs produits…
cyrano66
Elles jouent surtout sur leur notoriété.<br /> Mais Avoir une forte notoriété ne veut pas forcément dire vendre beaucoup.<br /> L’exemple d’Apple surreprésenté (largement devant Samsung) dans les séries (surtout US). C’est pas pour autant qu’il est le produit le plus vendu au monde.<br /> Par contre ça joue certainement beaucoup sur son image de marque/qualité.<br /> Une chose est certaine le matraquage publicitaire ça pete les noix.
nicgrover
Il est vrai que la pomme, on la voit partout dans les séries US et jamais par un heureux hasard. On n’en est pas encore sur les gros plans fruitiers mais sait-on jamais…
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Le réseau social de Trump aurait pompé beaucoup du code de Mastodon
Des produits dérivés d'artistes bientôt en vente sur Spotify
Cybersécurité : les entreprises délaissent le mot de passe et se tournent vers l'authentification biométrique
Le shopping bientôt sur Pinterest ? PayPal en discussion pour le rachat de la plateforme
Rachat de Giphy par Facebook : ce sera 70 millions pour avoir caché des informations stratégiques
AliExpress détaille sa logistique monstre, mise en place pour son célèbre
Pourquoi le marché des jeux d'argents en ligne est-il en pleine ébulition ?
Leak Twitch :
Wix permet désormais de créer un site web qui accepte les paiements en crypto
Plus de la moitié des produits étudiés par la DGCCRF après des achats sur des marketplaces présentent des anomalies
Haut de page