Obama : pas de pardon pour Edward Snowden

29 juillet 2015 à 14h24
0
L'administration d'Obama a répondu à une pétition publiée il y a plus de deux ans et demandant de pardonner à Edward Snowden pour ses révélations.

En juin 2013, via le Washington Post et le Guardian, Edward Snowden, anciennement employé par la CIA et la NSA, dévoilait les détails de plusieurs programmes de surveillance de masse américains et britanniques. Parmi ceux-ci, PRISM visait notamment à récupérer des données extraites de plusieurs services, qu'il s'agisse de Facebook, Apple, Google, Yahoo! ou Skype et à l'insu même de ces sociétés. D'autres détaillaient des mises sur écoute globales chez divers opérateurs téléphoniques.

D'emblée, le gouvernement américain avait considéré l'homme comme un traitre mettant à mal la sécurité du pays. Deux jours après ce scandale largement médiatisé, une pétition circulait sur la Toile demandant à l'administration d'Obama de ne pas entamer de poursuites judiciaire et de considérer Edward Snowden en tant que « héro national ». Cette dernière a reçu quelque 167 955 signatures.

Un peu plus de deux ans plus tard, la Maison Blanche a finalement décidé de formuler sa réponse. Plus précisément, celle-ci émane de Lisa Monaco, Conseillère du président au département de la Sécurité Intérieure et de la Lutte contre le Terrorisme.

Selon elle, les pratiques d'Edward Snowden sont allées à l'encontre des propos de Barack Obama, lequel avait affirmé vouloir conserver les libertés civiles et la vie privée des citoyens américains sans pour autant affecter la sécurité du territoire.

035C000008124092-photo-edward-snowden-ban.jpg


« Plutôt que d'adresser ces problèmes de manière constructive, la décision dangereuse de M. Snowden de voler et de publier des informations classées confidentielles a eu des conséquences importantes sur la sécurité de notre pays ainsi que sur les gens qui travaillent jour et nuit pour le protéger », affirme ainsi Mme Monaco.

Elle ajoute qu'Edward Snowden aurait dû s'adresser directement au gouvernement, « engager des protestations constructives et (...) accepter les conséquences de ses actions ». Selon Mme Monaco, l'ancien analyste devrait revenir pour être jugé plutôt que de profiter de son asile en Russie.

A lire également :
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La Lucid Air surpasse la Tesla Model S avec une autonomie annoncée supérieure à 800 km
Nvidia : la RTX 3080 déclinée en trois modèles se confirme et arriverait dès septembre
Delage dévoile un hypercar hybride à 2,3 millions de dollars
Hyperion dévoile une supercar à hydrogène dotée d'une autonomie de 1 600 km
Le processeur Kunpeng 920 d'Huawei rattraperait le Core i9-9900K d'Intel
Microsoft lancera son smartphone Surface Duo le 10 septembre à 1 399 $
En Allemagne, les ventes de véhicules électriques ont explosé en juillet
La Hyundai Kona passe la barre des 1 000 km d'autonomie
Google rejoint Apple et bannit Fortnite du Play Store Android
Horizon Zero Dawn : le portage PC critiqué pour ses nombreux bugs
scroll top