USA : polémique autour d'un web "sur écoute"

27 septembre 2010 à 14h30
0
03589716-photo-fbi-internet-logo.jpg
Sur l'un de ses blogs le New York Times rapporte que les autorités fédérales américaines et les départements chargés de la sécurité nationale seraient en train de finaliser des propositions de lois régissant les usages de l'Internet. Cette initiative viserait à s'aligner sur les nouvelles pratiques des criminels et des terroristes qui utiliseraient davantage les communications électroniques plutôt que le téléphone. Si ces lois entraient en vigueur, les autorités seraient en mesure d'accéder aux courriers chiffrés transitant sur l'ensemble des fournisseurs de services.

Cet été plusieurs pays du Moyen-Orient avaient demandé au fabricant canadien Research In Motion de modifier son infrastructure afin que les autorités locales puissent accéder aux messages chiffrés hébergés en dehors du pays. Il semblerait que ces mesures aient eu des répercussions aux Etats-Unis et le FBI, la NSA, le département de la justice et la Maison Blanche se sont réunis afin de plancher sur cette problématique. Au travers de ces propositions de lois les autorités souhaiteraient avoir les outils nécessaires pour déchiffrer un message sécurisé. Par ailleurs, les sociétés étrangères proposant leurs services au sein du pays devraient avoir une filiale à l'intérieur des frontières (typiquement RIM). Enfin les développeurs de logiciels peer-to-peer seraient amener à modifier leurs application de telle sorte que les données en transit puissent être interceptées.

Le New York Times rapporte les propos de James Dempsey, vice-président du centre pour la démocratie des technologies. Ce dernier explique que de telles mesures s'opposeraient vivement « aux éléments fondamentaux de la révolution d'Internet ». Il ajoute : « en gros ils veulent revenir en arrière et faire en sorte que les services Internet fonctionnent de la même manière que le réseau téléphonique ». Ces mesures rappellent effectivement les pratiques du célèbre Edgar Hoover, l'ex-patron du FBI accusé d'avoir mis sur écoute plusieurs grandes personnalités comme Marylin Monroe ou Frank SInatra. Cependant, Valerie Caproni, conseillère générale au FBI, explique qu'il ne s'agit pas d'étendre l'autorité des enquêteurs mais plutôt de préserver un droit déjà reconnu au-delà du système téléphonique.

Pourtant, même s'il s'agit de garantir la sécurité nationale, certains estiment que cela ne ferait qu'empirer l'état actuel de l'Internet en créant de nouvelles failles. C'est ainsi que Steven Bellovin, professeur des sciences informatiques à l'université de Columbia, rappelle qu'en Grèce, des hackers avaient justement exploité une faille au sein d'une fonction spécialement prévue pour que les autorités puissent espionner les appels des représentants de l'état, y compris le premier ministre.

Rappelons également que par le passé ce droit d'écoute s'est tout de même traduit par certains abus aux Etats-Unis. Entre 2002 et 2006, le FBI avait plusieurs fois violé la loi Privacy Act afin de récupérer des enregistrements téléphoniques. Les enquêteurs avaient obtenu ces archives en invoquant des urgences liées à des affaires de terrorisme. La même Valerie Caproni expliquait que 2000 enregistrements avaient été récupérés, y compris ceux de journalistes du New York Times et du Washington Post.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Normandie : la plus grande route solaire du monde est un échec
Matrix 4 officiellement annoncé, avec Keanu Reeves et Carrie-Ann Moss
PS5 : la fuite d'un brevet révèle un design plutôt original
L'astéroïde Apophis qui frôlera la Terre en 2029 est-il vraiment dangereux ?
A peine lancée aux USA, Apple annonce que sa Card serait sensible au jean et au cuir
Un chercheur français a trouvé une faille critique dans le système de vote russe
Xiaomi Mi Mix 4 : un monstre de puissance doté d'un capteur photo 108 mégapixels
Le site des impôts affecté par le piratage de 2000 boîtes mails
RGPD : un consentement « explicite et positif » bafoué à plusieurs niveaux
SFR dévoile sa nouvelle Box SFR 8 et une grille tarifaire à partir de 5€ par mois

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top