Espionnage: la justice américaine met en cause le secret d’État

Ludwig Gallet
09 juillet 2013 à 17h21
0
Un juge fédéral californien a fait tomber l'argumentaire du gouvernement américain selon lequel le principe du secret d'État interdit une plainte à son encontre dans une affaire d'espionnage.

0104000006073614-photo-nsa.jpg
C'est une décision d'importance que vient de rendre le juge fédéral californien Jeffrey White, et une première victoire pour l'Electronic Frontier Foundation, engagée dans un bras de fer avec le gouvernement américain concernant une affaire d'espionnage. La cour vient en effet de refuser aux autorités américaines le droit de se fonder sur le principe du secret d'État pour mettre un terme aux poursuites, relaie le site Wired.

L'affaire a été initiée en 2008, l'EFF accusant le gouvernement d'avoir mis au point un programme de surveillance massif concernant les communications électroniques, en collaboration avec les principaux opérateurs télécoms américains, selon une procédure basée sur le fondement de la désormais célèbre loi FISA. C'est sur cette dernière que le programme PRISM, révélé début juin par Edward Snowden, était également fondé.

Les accusations ont été formées suite aux déclarations d'un ancien technicien en communications de l'opérateur At&T. Il faisait état de la création d'un programme de masse suite aux attentats du 11 septembre 2001 par l'administration Bush. L'homme avait même révélé la présence d'un bureau spécialement conçu pour la collaboration avec la NSA au sein des bureaux de la société. Ces déclarations ont largement été appuyées ces dernières semaines par les documents officiels relayés dans la presse, bien au-delà du seul PRISM.

Pas de jugement sur le fond

Le principe du secret d'État, comme souvent en matière de justice américaine, a été consacré par la jurisprudence. Il permet aux autorités, sur des motifs de sécurité nationale, de jouir d'une certaine immunité judiciaire et de ne pas avoir à révéler des documents potentiellement sensibles.

Dans sa décision, le juge considère qu'au vu des multiples déclarations qui ont été effectuées sur le sujet par la NSA, le principe ne peut s'appliquer. Concrètement, il a expliqué que la justice américaine était potentiellement fondée à se prononcer sur la légalité de ces mécanismes.

Si l'EFF se félicite de cette décision, qu'elle estime « courageuse », la Cour fédérale n'a cependant pas souhaité s'exprimer sur le fond de l'affaire. S'il estime que les tribunaux publics sont a priori fondés à juger cette affaire, le juge White veut être certain que la procédure ne risquerait pas de rendre effectivement publics des documents portant atteinte à la sécurité nationale.

De même qu'il n'a pas souhaité se prononcer sur la constitutionnalité des dispositifs mis en place par la NSA, vis-à-vis du premier et du quatrième amendement. Dispositions qui portent sur le respect des libertés fondamentales ainsi que sur « le droit des citoyens d'être garantis dans leur personne, leur domicile, leurs papiers et effets, contre les perquisitions et saisies non motivées ».

Pour lever l'ensemble de ces doutes, une audition en présence des deux parties est prévue le 23 août prochain.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

La dernière mise à jour de Windows 10 causerait des pannes de carte réseau
Maladies pulmonaires : les enquêteurs américains n'écartent aucune cigarette électronique
Un démantèlement des GAFA ?
La Suisse veut forcer les compagnies aériennes à renseigner les émissions CO2 sur les billets d'avion
Renault : son crossover électrique K-ZE lancé en Chine, à partir de 8 500 €
Le trou noir au centre de notre galaxie semble avoir de plus en plus faim
Des chercheurs remettent sur la table la solution de l'ascenseur vers la Lune
Le saviez-vous ? Un Game Boy, meurtri, a survécu à la guerre du Golfe
Le GPS européen Galileo est désormais utilisé sur un milliard de smartphones
Nintendo s'attaque à nouveau à un site de partage de ROM

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top