Xiaomi porte plainte contre les USA après avoir été bannie du pays

01 février 2021 à 12h17
29

Deux semaines après avoir été banni du territoire américain, le constructeur chinois Xiaomi riposte et dépose une plainte.

Smartphones , ordinateurs, trottinettes, ou encore drones et enceintes connectées, Xiaomi multiplie les produits high tech et l'entreprise doit désormais compter sans les investissements du marché américain. Mais la société n'entend pas se laisser faire.

Une plainte contre la Défense et le Trésor des Etats-Unis

Reuters rapporte que Xiaomi a déposé une plainte à l'encontre du département du Trésor et de la Défense des États-Unis.

Selon Xiaomi, la restriction imposée par le gouvernement américain est illégale et anticonstitutionnelle. L'entreprise affirme en effet ne pas être associée au Parti communiste chinois.

Rappelons que le mois dernier, l'administration américaine a ajouté la société Xiaomi sur sa liste noire interdisant les investissements américains en sa faveur, en raison d'une affiliation soupçonnée au parti de Xi Jinping. En d'autres termes, les autorités américaines craignent que Xiaomi ne collecte un peu trop de données des utilisateurs américains pour le compte de son gouvernement. En outre, pour l'administration américaine, les revenus de Xiaomi participeraient au développement militaire de la Chine.

Le gouvernement américain estime ainsi que Xiaomi ne respecte pas ses règles de commerce et demande aux entreprises américaines de cesser tout investissement, qui sera jugé illégal à partir du 15 mars prochain.

Xiaomi mis à terre

Pour Xiaomi, les conséquences de cette décision causerait des dommages irréparables. Le plaignant explique en effet que trois de ses principaux actionnaires sont américains. Sans le soutien de ces derniers, la société serait mise à mal sur un terrain particulièrement concurrentiel.

Xiaomi ajoute qu'associer son image à l'armée chinoise affecte grandement ses relations économiques ainsi que sa réputation auprès des consommateurs. L'entreprise assure être détenue à 75 % par les deux co-fondateurs Lin Bin et Lei Jun et qu'aucun des actionnaires n'est lié à une organisation militaire chinoise.

Huawei ou ZTE ont également fait les frais de cette guerre commerciale initiée par la présidence du gouvernement de Donald Trump. Si l'arrivée de Joe Biden à la Maison Blanche est perçue comme un soulagement pour certains, rien n'indique toutefois qu'il mènera une politique commerciale différente.

Reste que contrairement à Huawei, Xiaomi ne dispose pas d'équipement réseau pouvant potentiellement faire craindre des problèmes d'espionnage ou mettre à mal le marché de la 5G aux États-Unis. Cela pourrait être suffisant pour que les États-Unis fassent machine arrière… Affaire à suivre donc.

Source : Reuters

Modifié le 01/02/2021 à 12h18
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
29
11
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

OnePlus profite d'une croissance insolente sur le marché des téléphones aux USA
Samsung : les Galaxy Tab S8+ et Ultra pour accompagner la sortie du Galaxy S22 ?
OPPO a dévoilé sa montre connectée OPPO Watch 2, qui promet une impressionnante autonomie
Le OnePlus Nord 2 est désormais disponible en France, à partir de 399 euros
Motorola officialise ses Edge 20, des smartphones qui mettent le paquet sur la photo
iOS 15 : certaines commandes de Siri ne fonctionneront plus avec les applications tierces
Même en Chine, Huawei ne fait plus partie du top 5 des vendeurs de smartphones
Le Realme Flash pourrait bénéficier d'une recharge magnétique, façon MagSafe d'Apple
Étanches, les Samsung Galaxy Flip et Galaxy Fold fuitent pourtant en photo
Fitbit Charge 5 en vue ? C'est ce que laisserait penser le nom de code «Morgan»
Haut de page