Oracle progresse grâce aux licences mais reste prudent

Par
Le 19 septembre 2013
 0
Les résultats d'Oracle pour son premier trimestre 2013/2014 sont mitigés : si les licences se portent bien, le matériel grève les comptes et les perspectives pour le prochain trimestre sont moroses.

0104000005778776-photo-oracle-logo.jpg
L'activité d'Oracle pour le premier trimestre de son exercice fiscal décalé 2013/2014 s'est avérée décevante. Le chiffre d'affaires de l'américain n'a progressé que de 2% comparé à la même période l'année dernière, correspondant à 8,4 milliards de dollars. C'est légèrement en-deçà des attentes du marché qui espérait 8,5 milliards de dollars.

Le bénéfice net a quant à lui augmenté, affichant une croissance de 8% à 2,2 milliards de dollars grâce à la bonne tenue des licences aux plus fortes marges. Le bénéfice par action a même dépassé de 3 centimes les espérances des investisseurs, atteignant 69 centimes par action. C'est en fait le résultat mécanique d'un nouveau rachat d'actions de 3 milliards de dollars de la part d'Oracle. En bourse le titre a ouvert en repli de 0,8% ce jeudi.

Le deuxième trimestre sera plus dur

Lors d'une conférence avec les analystes financiers, la directrice financière d'Oracle, Safra Catz, a fait valoir que les ventes de sa société sont restées « très solides » sur le continent américain où elles ont progressé de 15% sur un an. En Asie, la croissance, de 5%, s'est montrée plus modérée. En Europe, Moyen-Orient et Afrique cependant, la tendance inverse a été observée avec un recul de 5%.

L'un des enseignements de ce bilan trimestriel est la confirmation de la bonne tenue des licences et des abonnements, conformes aux attentes des analystes. En hausse globale de 5% à 1,7 milliard de dollars, cette activité est près de trois fois plus importante en valeur que la division matériel, en repli de 14%.

Concernant les perspectives pour le deuxième trimestre, Safra Catz prévient que la comparaison sur un an sera « très très dure ». Un recul du chiffre d'affaires de l'ordre de 1% n'est pas exclu mais s'il pourrait progresser jusqu'à 2% dans un scénario plus optimiste. Le marché attendait, lui, à une croissance de 3%.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités Oracle

scroll top