Nokia Siemens Networks va procéder à 17 000 suppressions d'emplois

0
00FA000004772664-photo-nokia-siemens-networks.jpg
Nokia Siemens Networks vient d'annoncer un plan de restructuration qui vise à supprimer 17 000 postes dans le monde d'ici à fin 2013. Un chiffre qui représente 23% des effectifs de la firme, qui compte aujourd'hui 74 000 employés.

L'équipementier télécom, détenu conjointement par Nokia et Siemens, désire réaliser 1 milliard d'économie annuelle grâce à cette restructuration, en réduisant les dépenses opérationnelles et les frais de production. « Ces mesures sont regrettables mais nécessaires et notre objectif est de les mettre en œuvre de façon juste et responsable, en apportant tout le soutien possible aux employés » a annoncé dans un communiqué le directeur exécutif du groupe, Rajeev Suri. Nokia Siemens Networks souhaite également recibler ses activités pour se concentrer davantage sur le haut débit mobile et les services associés.

Créée en 2007 par Nokia et Siemens pour concurrencer d'autres géants du marché comme Ericsson et Huawei Technologies, l'entreprise n'a, depuis, été rentable qu'un seul trimestre. Cette restructuration avait été annoncée à demi-mot le 13 juillet dernier.

Compte tenu du grand nombre de pays concernés par cette annonce, le plan de restructuration durera jusqu'à fin 2013 pour s'adapter aux spécificités légales de chaque territoire.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Western Digital a les mains libres pour racheter la division Hitachi stockage
Cisco se restructure et crée une division dédiée au cloud
Google confirme la fermeture prochaine de Wave, Knol et Gears
Windows 8 : Microsoft promet une installation
JaxtrSMS : le co-fondateur de Hotmail veut rendre les SMS gratuits pour tous
HTC plancherait sur un terminal couplant Chrome OS à Android
GeekGet Episode 14 : le masseur USB !
Plan France numérique 2020 : Eric Besson n'aurait prévu aucune dépense budgétaire supplémentaire
Google teste la recherche d'applications mobiles
L'Union européenne s'inquiète au sujet des guerres de brevets
Haut de page