Rachat de Skype par Microsoft : Cisco est débouté de sa demande d’annulation

0
La justice communautaire vient une nouvelle fois de valider l'acquisition de Skype par Microsoft. La Cour estime que ce rachat ne nuira pas à la concurrence sur le marché des communications, contrairement aux allégations de Cisco et Messagenet.

00FA000005860726-photo-migration-wlm-skype.jpg
En mai dernier, Cisco s'inquiétait des conséquences du rachat de Skype par Microsoft sur le marché des communications vidéo. L'éditeur estimait qu'un monopole était en train de se constituer et que la concurrence ne pourrait désormais plus se développer sereinement. La firme avait donc saisi la Cour de Justice de l'Union européenne afin de trancher ce litige.

Le tribunal communautaire vient de rendre sa décision. Il repousse les arguments de Cisco en précisant que « même si l'acquisition de Skype permet à Microsoft de détenir une part de 80 à 90 % d'un segment des communications grand public, correspondant aux communications vidéo faites à partir de PC fonctionnant sous Windows, les parts de marché ainsi que le degré de concentration élevés sur ce segment du marché ne sont pas indicatifs d'un pouvoir de marché permettant à Microsoft de nuire de façon significative à la concurrence effective sur le marché intérieur ».

De son côté, Cisco rappelait pourtant que les utilisateurs de son service de visio-conférence WebEx ne pouvaient pas établir de communications avec les clients de Skype puisqu'il ne prend pas en charge le protocole SIP. Ils devaient donc passer par une passerelle tierce, ce qui pouvait repousser certains.

Concernant les communications professionnelles, la justice repousse également toute prétention visant à considérer que « Microsoft pourrait réserver à son produit sur le marché des communications professionnelles, Lync, une interopérabilité préférentielle avec Skype et avec sa grande base d'utilisateurs, et ce au détriment de ses concurrents ».

Cisco et Messagenet perdent donc une nouvelle manche dans la bataille juridique les opposant à Microsoft. Toutefois, les plaignants peuvent faire appel de cette décision du tribunal.
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Haut de page