Jean-Louis Borloo refuse gentiment la présidence de Huawei France

Thibaut Popelier Contributeur
09 juillet 2019 à 18h20
0
Jean-Louis Borloo
© Thomas Lo Presti


L'ancien ministre Jean-Louis Borloo a tranché en décidant de refuser la présidence de Huawei France qui lui était pourtant promise depuis plusieurs jours. Sans faire de vagues, l'homme âgé de 68 ans s'est fendu d'un bref communiqué sur Twitter pour expliquer sa décision.

Après avoir été président du groupe UDI à l'assemblée nationale, ministre de l'écologie sous la présidence de Nicolas Sarkozy ou encore maire de Valenciennes pendant plus de 13 ans, Jean-Louis Borloo aurait pu ajouter une nouvelle expérience prestigieuse à son CV déjà bien garni. En effet, l'ancien homme politique aurait dû se retrouver à la tête de Huawei France...

Un refus clair et catégorique


Le magazine Challenges avait révélé l'information le 28 juin dernier mais Jean-Louis Borloo avait rapidement rétorqué que rien n'était encore décidé. Pour preuve, le principal intéressé a annoncé qu'il ne sera pas le nouveau président de la branche française de la marque chinoise. Il a expliqué son refus sans détour dans un tweet posté ce mardi 9 juillet 2019.



Rappelons que Jean-Louis Borloo a siégé au conseil d'administration de Huawei pendant trois ans. Il annonce donc être occupé sur d'autres projets sans en préciser la nature. L'ancien ministre est notamment très impliqué de l'autre côté de la Méditerranée avec sa Fondation Énergies pour l'Afrique, dont le but est d'offrir à la population du continent africain l'accès à l'électricité.
6 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
Toyota : 50% des véhicules vendus au premier semestre étaient des hybrides-électriques
La France va créer son commandement militaire de l'espace
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
La Zone 51 envahie ? L'armée américaine pourrait répondre par la force
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
Que se passerait-t-il si Stadia disparaissait ? Un ponte de Google répond
scroll top