Huawei, très solide en 2013, veut se renforcer en France

Thomas Pontiroli
31 mars 2014 à 14h42
0
Numéro un mondial des équipements télécoms et numéro trois des smartphones, le chinois Huawei est resté très solide et 2013. Pour gagner d'autres parts de marché, le groupe veut investir en France.

0104000005460309-photo-huawei-logo.jpg
La croissance est au rendez-vous pour l'équipementier télécoms et fabricant de smartphones Huawei. En 2013 le géant chinois de Shenzhen a réalisé l'équivalent de 28 milliards de dollars de chiffre d'affaires, un résultat en croissance de 8,5% sur un an. Profitable, la société a gagné 2,5 milliards de dollars sur douze mois, ce qui correspond à une hausse annuelle de plus de 36%.

Si l'équipementier n'est toujours pas accepté des cœurs de réseau de certains marchés comme les États-Unis, la France ou l'Australie, il a tout de même réussi à s'implanter dans suffisamment de pays pour en tirer aujourd'hui les deux tiers de son chiffre d'affaires. Pour autant, c'est en Chine que la dynamique est la plus forte avec une progression de ses ventes de près de 15% entre 2012 et 2013, à environ 10 milliards de dollars.

Très actif dans le domaine de la téléphonie mobile, Huawei ne détaille pas le résultat de ses ventes sur ce terrain mais indique investir beaucoup en recherche et développement (12,8% de son chiffre d'affaires annuel, soit près de 4 milliards de dollars en 2013). Ceci pour gagner des parts de marché, se diversifier sur les tablettes et les objets connectés, et monter en gamme sur le mobile pour attaquer les pays matures.

07270406-photo-huawei-2013.jpg

Des emplois en France

Installé en France depuis une dizaine d'années, Huawei a profité de la venue dans l'Hexagone du président chinois Xi Jimping la semaine dernière pour annoncer plusieurs investissements avec 170 emplois à la clé. Selon Le Nouvel Obs, le patron du groupe, Ren Zhengfei, serait allé plus loin en promettant une augmentation des commandes auprès de STMicroelectronics, la création de plusieurs milliers d'emplois et un transfert technologique avec l'équipementier franco-américain Alcatel-Lucent « sans contrepartie ».

Ce dernier a été choisi par China Mobile fin mars pour équiper son réseau 4G LTE, un contrat de 750 millions d'euros qui va permettre à Alcatel-Lucent de bien se placer dans le pays et de confirmer le succès de sa nouvelle stratégie, axée sur le très haut débit. Cela peut être une simple coïncidence.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La centrale nucléaire de Fessenheim va cesser définitivement ses activités cette nuit
Convention citoyenne pour le climat : Macron promet 15 milliards d'euros et des réponses
Vraiment efficace le toit solaire de Tesla ? Une famille fait le bilan après trois mois d'utilisation
Amazon : des hackers auraient réussi à contourner la double authentification
Les émissions de CO2 dues à l'automobile ont encore augmenté en 2019, la faute aux SUV
LDLC : l'e-commerçant high tech Lyonnais annonce officiellement la semaine de 32 heures dès 2021
L’iPhone 12, livré sans chargeur ni écouteurs ?
Reddit bannit un forum pro-Trump, accusé de promouvoir la haine, Twitch suspend sa chaîne
Selon Epic Games, la PS5 est
Contenus racistes et haineux : LEGO retire à son tour ses publicités des réseaux sociaux
scroll top