Huawei, très solide en 2013, veut se renforcer en France

Thomas Pontiroli
31 mars 2014 à 14h42
0
Numéro un mondial des équipements télécoms et numéro trois des smartphones, le chinois Huawei est resté très solide et 2013. Pour gagner d'autres parts de marché, le groupe veut investir en France.

0104000005460309-photo-huawei-logo.jpg
La croissance est au rendez-vous pour l'équipementier télécoms et fabricant de smartphones Huawei. En 2013 le géant chinois de Shenzhen a réalisé l'équivalent de 28 milliards de dollars de chiffre d'affaires, un résultat en croissance de 8,5% sur un an. Profitable, la société a gagné 2,5 milliards de dollars sur douze mois, ce qui correspond à une hausse annuelle de plus de 36%.

Si l'équipementier n'est toujours pas accepté des cœurs de réseau de certains marchés comme les États-Unis, la France ou l'Australie, il a tout de même réussi à s'implanter dans suffisamment de pays pour en tirer aujourd'hui les deux tiers de son chiffre d'affaires. Pour autant, c'est en Chine que la dynamique est la plus forte avec une progression de ses ventes de près de 15% entre 2012 et 2013, à environ 10 milliards de dollars.

Très actif dans le domaine de la téléphonie mobile, Huawei ne détaille pas le résultat de ses ventes sur ce terrain mais indique investir beaucoup en recherche et développement (12,8% de son chiffre d'affaires annuel, soit près de 4 milliards de dollars en 2013). Ceci pour gagner des parts de marché, se diversifier sur les tablettes et les objets connectés, et monter en gamme sur le mobile pour attaquer les pays matures.

07270406-photo-huawei-2013.jpg

Des emplois en France

Installé en France depuis une dizaine d'années, Huawei a profité de la venue dans l'Hexagone du président chinois Xi Jimping la semaine dernière pour annoncer plusieurs investissements avec 170 emplois à la clé. Selon Le Nouvel Obs, le patron du groupe, Ren Zhengfei, serait allé plus loin en promettant une augmentation des commandes auprès de STMicroelectronics, la création de plusieurs milliers d'emplois et un transfert technologique avec l'équipementier franco-américain Alcatel-Lucent « sans contrepartie ».

Ce dernier a été choisi par China Mobile fin mars pour équiper son réseau 4G LTE, un contrat de 750 millions d'euros qui va permettre à Alcatel-Lucent de bien se placer dans le pays et de confirmer le succès de sa nouvelle stratégie, axée sur le très haut débit. Cela peut être une simple coïncidence.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Vignette Crit'air : vers un durcissement des conditions d'obtention
Pollution : un think tank britannique demande à interdire les publicités pour les SUV
Face à de très mauvais résultats financiers, EDF s'apprête à se serrer la ceinture
Quand Elon Musk affirme que les pyramides ont été érigées par des aliens, l'Égypte l'invite sur place
Depuis 2011, Hadopi c'est 87 000 euros d'amende pour... des dizaines de millions d'euros de subventions !
Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, qualifie le réacteur EPR de
L'électricité produite en Europe au premier semestre provenait majoritairement d'énergies renouvelables
Plus de 700 km d'autonomie annoncés pour la Mercedes EQS
La première station de recharge à hydrogène ferroviaire annoncée en Allemagne
Les employés de Blizzard font la lumière sur d'inquiétantes disparités salariales
scroll top