Rémunération des droits voisins : Google et l'AFP ont trouvé un accord

18 novembre 2021 à 08h00
3
Fabrice Fries et Sebastien Missoffe © Google / AFP
Fabrice Fries et Sebastien Missoffe (© AFP/Google)

Sonnant la fin d'un combat qui aura duré dix-huit mois, l'AFP et Google ont fini par s'entendre sur la rémunération des droits voisins. L'accord porte pour les cinq prochaines années.

L'Agence France-Presse (AFP) et Google ont annoncé, mercredi soir, avoir signé un accord sur la rémunération des droits voisins, se conformant ainsi à une directive européenne transposée par la France en 2019. Après la signature d'un accord avec l'Alliance de la presse d'information générale (APIG) le 21 janvier dernier, qui avait permis des négociations individuelles de licence avec les membres de l'Alliance, il s'agit du premier véritable accord d'envergure signé par la firme de Moutain View en France avec un éditeur de presse.

Un accord en forme de soulagement, pour l'AFP comme pour Google

Au terme de l'accord, il est dit que Google versera donc une rémunération à l'AFP pour les contenus de l'agence relayés par la firme au moteur de recherche sur la Toile, et ce pendant cinq ans. Pour les deux parties, il s'agit d'un véritable soulagement, le conflit s'étant quelque peu éternisé.

Les négociations des dernières semaines, qui ont donc été concluantes, ont été menées dans le cadre déterminé par l'Autorité de la concurrence, qui a infligé cet été une amende de 500 millions d'euros à Google, au motif que le géant américain abusait de sa position dominante en matière de droit d'auteur et de droits voisins. L'entreprise avait alors fait appel de la décision , un peu plus tard, indiquant avoir déjà consenti à de gros efforts.

Fabrice Fries, président-directeur général de l'Agence France-Presse, considère cet accord comme « une reconnaissance de la valeur de l'information. Son produit permettra de contribuer à la production d'une information de qualité et au développement de l'innovation au sein de l'agence », a-t-il déclaré.

Google et l'AFP présenteront prochainement un programme de lutte contre la désinformation

Pour le moment, on ignore le montant de l'accord, qui sera forfaitaire. Sébastien Missoffe, le directeur général de Google France, note que ce dernier démontre une volonté de l'entreprise « de trouver un terrain d'entente avec les éditeurs et les agences de presse en France sur le sujet des droits voisins ».

L'accord couvre toutes les langues de l'AFP et ce dans toute l'Union européenne, même dans les pays où la directive n'a pas été transposée. Pour l'Agence France-Presse, il s'agit d'une seconde victoire après celle obtenue auprès de Meta , la maison-mère de Facebook , qui rémunère plusieurs dizaines de médias dans le monde, dont l'AFP.

Google et l'AFP ont profité de la nouvelle pour conjointement annoncer que leur partenariat serait bientôt complété par un programme visant à lutter contre la désinformation, qui portera plus précisément sur du fact-checking.

Source : Google et AFP

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
3
4
Sylvio84
L’AFP qui veut lutter contre la désinformation. Eh ben ils ont du boulot à faire au sein de leur propre rédaction !
ABC
Quand ceux qui critiquent l’AFP avalent tout rond les bobards et la désinformation issus de Facebook : politique, économie, santé, gossips…<br /> Comme si les dégâts liés aux réseaux sociaux n’était pas assez flagrants pour certains qui confondent la vérité avec leur opinion souvent sectaire. Que ce soit la propagande antivax, la promotion de la violence ou l’attaque des démocraties (élections américaines… ). Avec en sous main la Russie ou des groupes d’intérêts malveillants.
sofolic
Je n’avais jamais entendu parler d’une désinformation de masse (ou volontaire) de la part de l’AFP.<br /> As-tu des sources pour dire cela ?
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

La plateforme PrestaShop signe un partenariat avec Google, une aubaine pour ses marchands
Square, maison-mère de Tidal cofondée par Jack Dorsey, change de nom
Déréférencé, Wish souhaite revenir sur Google et les app stores
Vous pouvez suivre en temps réel les commandes passées à l'occasion du Black Friday sur cette carte du monde
Qui veut prendre la place de Stéphane Richard (et son salaire annuel de 1,6 million) ?
Pour mieux lutter face aux plateformes streaming, Canal+ veut séparer sa section films et séries du sport
Black Friday : malgré une chute des recherches, les Français toujours aussi friands de bonnes affaires
La répression des fraudes souhaite que Wish devienne invisible
Stéphane Richard échappe à la prison, le P.-D.G. d'Orange écope d'un sursis et d'une petite amende
Le football serait le sport le plus piraté en streaming selon cette étude, voici ce qu'on sait
Haut de page