Une des têtes pensantes du projet Apple Car sous le coup d'une enquête par la SEC américaine

Samir Rahmoune
Publié le 07 août 2023 à 16h30
© AFP
© AFP

Le projet de l'Apple Car pourrait bien avoir à pâtir des démêlés d'un de ses principaux responsables, Ulrich Kranz, qui doit aujourd'hui faire face à la Securities and Exchange Commission (SEC).

Les géants du secteur des voitures autonomes comme Tesla pouvaient craindre l'immixtion d'Apple dans leur domaine d'activité. Une crainte qui depuis doit être calmée. Car outre l'absence d'annonce quant à des avancées sur le dossier, l'un de ses principaux responsables, Ulrich Kranz, doit maintenant passer sous les fourches caudines de l’administration américaine.

Ulrich Kranz a des réponses à donner

Avant d'intégrer la firme de Cupertino pour faire avancer l'Apple Car, l'homme d'affaires était connu pour être le patron de l'entreprise de voitures autonomes Canoo. Et c'est sur ces années passées au poste de PDG que le régulateur financier américain se penche actuellement, selon une information qui vient d'être délivrée par Bloomberg.

En effet, la SEC soupçonne Ulrich Kranz d'avoir mal déclaré le montant des rémunérations qu'il avait touchées à ce poste. Le gendarme financier estime aussi qu'il avait durant son mandat donné des projections de revenus irréalistes pour la compagnie de voitures autonomes, qu'il a quitté pour Apple en 2021.

Vans électriques Canoo © Wikimedia Commons
Vans électriques Canoo © Wikimedia Commons

Son avenir chez Apple en danger ?

Des accusations qui ne devraient pas mettre en danger sa liberté, mais qui pourraient par contre rendre la poursuite de sa carrière au sein de la société fondée par Steve Jobs difficile. Car l'un des objectifs de la Securities and Exchange Commission dans cette affaire est de l'empêcher à l'avenir d'occuper un poste de cadre au sein d'une entreprise cotée en bourse - ce qu'Apple évidemment est.

Canoo n'a pas avancé au rythme attendu depuis son départ il y a deux ans, même si elle a réussi un joli coup il y a un mois en obtenant un contrat auprès de la NASA. Ce dernier porte sur la fourniture de trois vans électriques, qui seront utilisés l'an prochain dans le cadre de la mission Artémis pour transporter l'équipage jusqu'au site de lancement. L'Apple Car de son côté est au point mort, avec des promesses loin d'être tenues pour le moment.

Source : Macrumors

Par Samir Rahmoune

Journaliste tech, spécialisé dans l'impact des hautes technologies sur les relations internationales. Je suis passionné par toutes les nouveautés dans le domaine (Blockchain, IA, quantique...), les questions énergétiques, et l'astronomie. Souvent un pied en Asie, et toujours prêt à enfiler les gants.

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !

A découvrir en vidéo

Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (2)
norwy

3 Vans pour la NASA et même pas sur Terre.

Pesanteur incluse, Le carnet de commande et le business model ne pèsent pas lourd…

JeanV

Il me semble avoir lu que les vans étaient justement prévus pour faire le trajet des bâtiments jusqu’à la fusée, sur terre donc.
Mais dans tous les cas, je suis d’accord 3 véhicules ça fait pas lourd, même sur terre :wink: