Amazon lance un entrepôt de données dans le cloud : Redshift

29 novembre 2012 à 14h56
0
Avec Redshift, Amazon Web Services étend ses services à l'entrepôt de données. Hébergée en mode cloud, la nouvelle solution revendique un tarif censé être dix fois moins cher que la concurrence. Un positionnement qui pourrait notamment profiter aux petites entreprises.

00F0000005570349-photo-aws-logo.jpg
Amazon a profité de sa conférence AWS Reinvent, organisée cette semaine à Las Vegas, pour étoffer sa gamme Web Services et présenter Redshift, une solution d'entrepôt de données dans le cloud. Principal point fort de son offre, le prix. L'américain affiche un tarif de 1 000 dollars par téraoctet et par an, « un dixième du prix de la plupart des solutions concurrentes », souligne la firme dans son communiqué. Avec cette stratégie, Amazon entend ainsi étendre le « datawarehousing » aux petites et moyennes entreprises.

« Depuis ces deux dernières années, l'une des principales requêtes de nos clients était quand est-ce qu'AWS lancera son service d'entrepôt de données », a commenté Raju Gulabani, vice-président des services de base de données chez AWS. « Les entreprises sont fatiguées de devoir payer de telles sommes pour ce genre de solution, et les petites, quant à elles, ne peuvent même pas s'offrir la possibilité d'analyser la grande quantité de données qu'elles collectent, et sont contraintes d'en jeter 95% », a-t-il argumenté.

Pour rappel, un entrepôt de données collecte les informations internes d'une entreprise, utilisées ensuite par les outils d'informatique décisionnelle en vue d'offrir une aide aux décideurs qui peuvent avoir une vue d'ensemble de l'activité traitée. Dans le cas d'Amazon, le stockage se fait en mode cloud, sur ses propres serveurs, à l'inverse d'un déploiement traditionnellement sur site, plus coûteux. Sur le cloud, le principal concurrent est Google et sa solution BigQuery.

Sur ce point, Amazon Web Services indique que Redshift repose sur la technologie de base de données brevetée de ParAccel - société dans laquelle l'américain a investi en 2011 - et incluant 2 téraoctets de stockage ou 16 téraoctets de données compressées par nœud, dans une limite de cent nœuds. Cette technologie assure à Redshift la compatibilité avec les solutions décisionnelles de Microstrategy, Jaspersoft mais aussi IBM et SAP.

Côté performances, Amazon affirme pouvoir « améliorer significativement la rapidité des requêtes tout en utilisant les mêmes bases de données SQL qu'aujourd'hui ». Redshift stocke les données en colonnes et peut les compresser afin de réduire le nombre d'entrées/sorties, et de gagner en rapidité d'exécution. Amazon explique aussi utiliser un matériel spécifiquement conçu pour les entrepôts de données avec une connexion ethernet de 10 Gb/s entre les nœuds.

Pour l'heure disponible en version de prévisualisation, sur invitation, Redshift sera commercialisé au début de l'année prochaine.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Courrier des lecteurs, n°1 : mais au fait, qui sommes-nous ?
En plus de Qualcomm et Intel Sharp convoiterait des investissements de Dell
Microsoft se moque des trolls anti-IE dans une publicité
Toshiba lance un premier disque dur interne de 4 To
Acquia, l'éditeur de Drupal, lève 30 millions de dollars
Liens Google : les éditeurs allemands ripostent
Bradley Horowitz, Google+ :
Affaire Autonomy : les auditeurs Deloitte et KPMG attaqués
Videofutur intègre la SVOD à son offre
Haut de page