La Chine accusée d'espionnage sur LinkedIn par les USA

Thibaut Popelier
Spécialiste Gaming
05 septembre 2018 à 12h00
4
linkedin
Natee Meepian / Shutterstock.com

C'est un nouveau scandale qui pourrait écorner un peu plus les relations économiques entre les États-Unis et la Chine. Cette fois, c'est une affaire liée au réseau social professionnel - et les accusations sont pour le moins violentes.

D'après les USA, Pékin tenterait de recruter des américains proches du gouvernement afin d'accéder à des secrets commerciaux. Ce n'est pas la première fois que ce genre d'affaire arrive, des cas similaires ayant été détectés notamment en Allemagne et en Grande-Bretagne. Les profils frauduleux identifiés par les US se compteraient en milliers, même si aucun chiffre officiel n'a été publié.

D'après l'agence de presse Reuters, le Directeur du National Counterintelligence Executive a alerté des responsables LinkedIn de la recrudescence de faux comptes chinois sur le réseau social.

Les USA veulent prévenir plutôt que guérir

Evanina veut encourager LinkedIn à prendre des mesures comme d'autres réseaux sociaux ont pu le faire par le passé. « J'ai constaté il y a peu que Twitter a supprimé des millions de faux comptes, et notre requête serait que LinkedIn puisse participer à cet effort », a-t-il déclaré. Il a aussi pris la défense de l'entreprise détenue par Microsoft en précisant qu'elle est avant tout « une victime » dans cette affaire.

Il n'a pas fallu attendre bien longtemps pour que la Chine réagisse à ces accusations par le biais de son ministère des affaires étrangères. « Nous n'avons pas eu connaissance des preuves venant des officiels américains qui leur permettent d'arriver à ces conclusions. Ce qu'ils disent est totalement absurde et ne sert que de prétexte ».

L'inquiétude des autorités américaines ne manque pas de rappeler l'affaire de Kevin Mallory, un ex-agent de la CIA, qui avait été arrêté en 2017 pour avoir communiqué des informations secrètes à la Chine. La manière de procéder était similaire à celle dénoncée le 1er septembre dernier par William Evanina. Mallory a tout d'abord été contacté sur LinkedIn avant de se rendre à plusieurs reprises à Shanghai pour collaborer avec Pékin. Cette affaire avait fait grand bruit aux Etats-Unis.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
4
0
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

OnePlus : le 6T disponible dès le 15 janvier 2019 ?
E-sport aux JO : le président du CIO défavorable aux jeux violents
L’écran ACER HA240YAwi 24 pouces à 98 euros
Skype : l'enregistrement des appels enfin possible
Cryptomonnaies : un portefeuille de 800M$ transfère des fonds de manière suspecte
Chrome 69 : nouveau design et gestionnaire de mots de passe amélioré
Premier accident pour la voiture autonome d'Apple (mais ce n'est pas de sa faute)
La NASA propose d'envoyer des messages de soutien au rover Opportunity coincé sur Mars
Overclocké, le i7-9700K atteint les 5,3 GHz en air cooling
Haut de page