Financement participatif : les Français dépensent beaucoup... mais y gagnent

Alexandre Boero
Par Alexandre Boero, Journaliste-reporter, chargé de l'actu.
Publié le 21 février 2023 à 18h40
© Miriam Doerr Martin Frommherz / Shutterstock
© Miriam Doerr Martin Frommherz / Shutterstock

Le financement participatif, ou crowdfunding, a connu un boom en 2022 grâce aux prêts et obligations, s'imposant comme une vraie solution d'épargne pour les Français.

Né au début des années 2000, le financement participatif n'utilise pas les circuits bancaires traditionnels, mais permet de financer des projets avec de nombreux avantages. En 2015, le crowdfunding pesait 167 millions d'euros collectés en France, et plus de 1 milliard en 2020. En 2022, on a atteint de nouveaux records.

Le crowdfunding immobilier, véritable figure de proue

L'année dernière, ce sont 2,35 milliards d'euros qui ont été collectés sur les plateformes (Ulule, Leetchi, KissKissBankBank, GoFundMe, Enerfip, Homunity, Anaxago etc.) par le biais du financement participatif. La hausse (+25 %) par rapport à 2021 est très importante, et les trois modèles confondus ont permis de réunir plus de 7 milliards d'euros depuis 2015.

Le financement participatif permet aujourd'hui de financer un grand nombre de projets grâce au nombre de participants. Celui qui lance (ou porte, dira-t-on) le projet peut aussi bien être un artiste, une PME, une association, un promoteur immobilier ou autre. Les participants, eux, vont alors jouer le rôle de mécènes, de créanciers ou de business angels, dans le cas de jeunes entreprises.

En 2022, c'est essentiellement grâce à l'immobilier que le crowdfunding a connu un boom (+40,2 %, 1,6 milliard d'euros collectés, un record), puisqu'il pèse pour les 2/3 de la collecte globale sur l'année. Le nombre de projets liés au crowdfunding immobilier est, lui, passé de 1 346 en 2021 à 1 628 en 2022.

Le financement participatif en prêt est largement majoritaire dans la collecte d'argent, et il rapporte

Le financement participatif immobilier permet de faire appel à des donateurs qui vont aider le porteur (ici, un promoteur) du projet à financer des travaux de rénovation, ou bien une construction, le tout sous la forme d'un prêt dont la durée peut varier (1, 2 ou 3 ans). Pour celui qui a participé au financement, il y a bien une contrepartie, puisqu'il se voit verser des intérêts, souvent très élevés.

Le mécanisme est relativement simple, transparent, et se met au service d'une économie de proximité, ce qui contribue à sa démocratisation dans un contexte économique relativement délicat. En ce qui concerne le crowdfunding immobilier (dont 71 % des projets concernent le résidentiel), pas moins de 562 projets ont été remboursés en 2022, rapportant 382 millions d'euros à ceux qui avaient contribué à leur financement. Le financement durable, avec des projets à la dimension environnementale ou sociétale, a permis la collecte de 552 millions d'euros.

Dans l'ensemble, le financement participatif en prêt aura permis la collecte de 2,1 milliards d'euros sur l'ensemble de l'année, avec 1,8 milliard d'euros pour l'emprunt obligataire, et 300 millions d'euros pour le prêt rémunéré. Le crowdfunding en investissement (150 millions d'euros récoltés en 2022, contre 103,5 millions l'année précédente) suit derrière.

Ensuite, on retrouve le financement participatif en dons qui, lui, est en baisse en 2022, avec 116 155 projets financés pour 107 millions d'euros récoltés. Cette baisse s'explique par un budget des ménages mis à rude épreuve, inflation oblige, et une année suivant celles (2020 et 2021) marquées par l'élan de solidarité en période de COVID-19. Ce financement en dons reste porté par les projets culturels (70 millions d'euros).

Alexandre Boero
Par Alexandre Boero
Journaliste-reporter, chargé de l'actu

Journaliste, chargé de l'actualité de Clubic. En soutien direct du rédacteur en chef, je suis aussi le reporter et le vidéaste de la bande. Journaliste de formation, j'ai fait mes gammes à l'EJCAM, école reconnue par la profession, où j'ai bouclé mon Master avec une mention « Bien » et un mémoire sur les médias en poche.

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !

A découvrir en vidéo

Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (10)
a-snowboard

Concrètement les financements participatifs sous forme de prêts ont tous été remboursé ?

MattS32

Non. Comme avec tout investissement, il y a un risque. L’important est donc de diversifier son portefeuille : si tu as as 5000€ à investir, mieux vaut donner 20€ à 250 projets que 5000 à un seul. En général sur les prêts aux entreprises, les plateformes permettent de faire des prêts de tout petits montants. Sur celle où je suis, le minimum est à 20€.

Du coup, les prêts en défaut sont en général plus que compensés par les intérêts perçus sur les autres.

Pour se faire une idée, voilà mes stats depuis mai 2016 sur Unilend :

  • total versé en 20 mois (après j’ai arrêté de verser) : 1700€
  • 226 prêts effectués, pour un total prêté de 4980€ (pendant les premières années, je reprêtais au fil des remboursement, d’où un montant prêté supérieur à ce que j’ai investi),
  • 159 prêts remboursés intégralement,
  • 46 actuellement à jour de leurs remboursements mensuels, 5 avec des retards, 8 en incidents (ce qui veut dire généralement que l’entreprise est en redressement) et 8 perdus (liquidation judiciaire),
  • j’ai touché 522€ d’intérêts après prélèvements sociaux et impôts,
  • j’ai perdu 244€ de capital,
  • j’ai donc à ce jour gagné 278€ et il me reste en théorie 27€ de gains à réaliser sur les environ 500€ de prêts encore en cours (sur le papier, je peux donc encore terminer avec un rendement négatif, puisque les 500€ de prêts encore en cours sont supérieurs à mes gains… mais tout de même peu de chances que tous les prêts encore en cours terminent en défaut).

Au final le rendement est quand même pas fou (en moyenne, 4% par an environ, si on tient compte du fait que j’ai retiré plusieurs fois des fonds, et donc que ça fait un moment que je n’ai plus 1700€ investis).

J’ai commencé il y a peu le crowdfunding immobilier via Boursorama, mais là c’est plus compliqué à diversifier, vu que le ticket d’entrée est à 1000€ par projet. J’ai financé 12 projets pour l’instant, et aucun n’est arrivé à échéance, donc aucune idée du taux de défaut… Surtout que contrairement aux financement d’entreprises où les crédits sont remboursés mensuellement, ici c’est tout remboursé en une fois à la fin, avec les intérêts, donc si le promoteur rencontre des difficultés on ne s’en rend pas forcément compte tout de suite…

Les taux d’intérêts sont par contre plus élevés que sur les prêts aux entreprises (ceux que j’ai tournent entre 7.5 et 9.5%, avec un taux d’intérêt fixé par la plateforme en fonction du dossier, contre 7% de moyenne sur Unilend, avec un taux d’intérêt fixé par enchère descendante des prêteurs, à partir d’un taux de départ fixé par la plateforme en fonction du dossier), et depuis peu ça peut être placé sur un PEA-PME, donc exempté d’impôt sur les intérêts.

a-snowboard

Merci pour les infos ! C’est top !

Pour la question du rendement, ce n’est pas fou en effet. Après t’as peut être une meilleure conscience.

Moi ça m’emmerderai d’avoir un rendement à 9% si ça doit se faire sur le dos des travailleurs par exemple.

MattS32

Oui, clairement, à la base c’est pour ça que j’avais testé le financement participatif : aider des petites entreprises locales à se développer. Mais j’ai eu un peu la flemme de m’en occuper et j’ai laissé mon compte mourir petit à petit depuis que Prêt Up a racheté Unilend (il n’y a plus de nouveaux projets qui arrivent sur Unilend, du coup petit à petit mon capital prêté diminue, les montants remboursés ne sont plus re-prêtés…). Faudrait que je m’y remette avec Prêt Up à l’occasion…

Surtout que par rapport à l’immobilier les petits montants mini permettent vraiment de fortement diversifier le portefeuille, sans trop avoir à s’en occuper (on peut totalement automatiser le truc, en configurant de prêter automatiquement à tous les nouveaux projets qui entrent dans certains critères).

e_garfield

Pour le financement immobilier, le risque est "assez limité, mais il existe forcement si le projet ne va pas à son terme.
Le rendement moyen est à un poil plus de 9% (HT :slight_smile: ) sur 3 ans

Et pour suivre les plateformes et le taux de retard par ex., les financement, rendement, … qui permet de « juger du risque »
https://www.hellocrowdfunding.com/immobilier/projets-en-retard

Plus d’info ici, mais y a de tout, l’immo reste une valeur « refuge », moins risque et moins rémunératrice que certains projet mais… :slight_smile:

e_garfield

C’est pas sur le dos des travailleurs.
Un promoteur a besoin de fric pour rénover un immeube par ex. Il prend à la banque, il prend à des « investisseurs » (toi par ex.)
Il achète l’immeuble, il rénove, donc fait bosser des gens. Et revend ensuite l’immeuble/les apparts, plus cher forcement car rénovés. Il y gagne, tu y gagnes, les entrepreneurs aussi en ayant du boulot, et le type qui achète surement aussi, sinon il n’achèterai pas :smiley:

MattS32

Un petit complément, issu de Prêt Up : le nuage de point des prêteurs par nombre de projets financés et par rendement moyen.

On voit bien que la diversification est la clé pour « garantir » un rendement positif : quasiment tous deux qui ont un rendement négatif ont financé moins de 50 projets et personne n’a un rendement négatif au delà de 150 projets financés. Le rendement moyen pour ceux qui ont financé beaucoup de projets se situe dans les 4-6%.

Par contre on voit aussi que les rendement les plus élevés sont atteints avec peu de projets financés… Comme d’habitude, le risque plus élevé élargi la plage de rendement atteignable, vers le haut et vers le bas (mais beaucoup plus vers le bas :sweat_smile:)…

a-snowboard

Merci à tous pour d’avoir pris le temps de répondre ! C’est super intéressant !

Ca donnerai presque envie de s’y mettre :smiley: Mais vu que j’ai lancé mon commerce, ça peut attendre :smiley:

Par contre en tant que commerçant, ma banque est plutôt frileuse pour le prêt car officiellement ma structure à moins de 2ans (ou 3ans) alors que j’avais une autre structure avant (je suis passé d’auto entreprise à société).

Peut être que le financement participatif peut être un levier pour trouver de fonds sans passer par les banques.

MattS32

C’est exactement ça. C’est pour ça d’ailleurs que le taux de défaut est relativement élevé, dans le lot il y a des dossiers qui ont été jugés trop risqués par les banques.

De ton côté par contre, tu ne prends pas un bien grand risque à essayer passer par le financement participatif, ça ne te coûte que le temps de monter un dossier.

Par contre il faut faire attention à bien anticiper le fait que le taux sera plus élevé : ça va décaler dans le futur le point de rentabilité de l’investissement réalisé grâce au prêt, et ça peut nécessiter du coup d’emprunter un peu plus pour compenser (de manière très simplifiée, le capital emprunté doit être égal au capital dont tu as besoin pour faire ton investissement + le montant des intérêts).

a-snowboard

Ok je vois ce que tu veux dire pour le montant du prêt.