2021, une année record pour les start-up françaises

15 septembre 2021 à 11h45
0

Les start-up françaises ont le vent en poupe. Au cours des six premiers mois de l’année, elles ont bénéficié d’une augmentation considérable de financements sous forme de capital-risque. Une progression inédite, qui reste toutefois en-deçà des résultats de certains voisins européens.

Au total, ce sont 4,6 milliards d’euros qui ont été captés par les entreprises de la French Tech. C'était près du double en Allemagne, et plus du triple au Royaume-Uni.

Une augmentation favorisée par plusieurs facteurs

Différentes initiatives publiques et privées ont permis, depuis quelques années, cette importante évolution. Le gouvernement a en effet montré son soutien à l’écosystème des start-up en promouvant le financement dit « late stage », dédié aux entreprises ayant dépassé la première phase de croissance. Pour cela, l’État a débloqué un fonds de 5 milliards d’euros pour soutenir l’investissement, dont 2 milliards d’euros consacrés aux start-up françaises. Autre mesure notable : la création du visa French Tech en 2017, qui vise à aider les start-up en forte croissance à recruter des talents étrangers.

L’objectif de ces initiatives publiques ? Compter d’ici à 2025 au moins 25 entreprises valorisées à plus d'un milliard de dollar en France. L'Hexagone en compte pour l’instant 13, dont quelques nouvelles licornes qui sont venues s'ajouter au palmarès français en 2021. C’est le cas de Ledger, entreprise spécialisée dans la vente de portefeuilles physiques pour crypto-monnaies , qui a levé 380 millions de dollars en juin. C'est la deuxième plus grosse transaction du premier semestre 2021.

La pandémie de COVID-19 a, contrairement à ce que l’on pourrait croire, permis aux start-up françaises de démarrer l’année 2021 sur les chapeaux de roue, avec une augmentation de 25 % des levées de capital entre 2019 et 2020.

L’Allemagne et le Royaume-Uni sur les devants de la scène européenne

Si la France a connu une année record sur ce produit d’investissement, l’Allemagne et le Royaume-Uni ont eux aussi atteint de nouveaux sommets en levant respectivement 7,7 milliards d’euros et 14,2 milliards d’euros au cours des deux premiers trimestres 2021.

L'écart entre les capitaux investis en Allemagne et en France n'a cessé de diminuer depuis cinq ans, mais il demeure important. Pendant les six premiers mois de 2021 les start-up allemandes ont ainsi capté en moyenne 60,5 millions d'euros d’investissement, contre 32,6 millions d'euros en France. Malgré huit « méga-levées » conclues, la France n’a pas réussi à faire de l’ombre à son voisin germanique.

Les 10 plus grosses levées de fonds françaises au premier trimestre 2021

  1. ContentSquare : 408 millions €
  2. Ledger : 320 millions €.
  3. ManoMano : 300 millions €
  4. IAD : 300 millions €
  5. Back Market : 276 millions €
  6. Voodoo : 266 millions €
  7. Alan : 185 millions €
  8. Shift Technology : 183 millions €
  9. Younited Credit : 142 millions €
  10. Edgar Suites : 104 millions €

Source : Pitchbook .

Modifié le 15/09/2021 à 12h15
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
1

Lectures liées

Sir Clive Sinclair, créateur du ZX Spectrum et pionner de l'ordinateur personnel est décédé
La Chine s'en prend à nouveau à ses géants de la tech en voulant découper Alipay (Ant Group)
L'application Yuka, à nouveau condamnée à cause de sa lutte contre les nitrites dans la charcuterie, ne s'avoue pas vaincue
Le site Gearbest est down, les clients dans l’incertitude totale
Grande-Bretagne : les nouvelles constructions bientôt obligées de disposer de chargeurs pour véhicules électriques ?
Corée du Sud : Google condamné à payer 177 millions pour avoir limité le développement de forks Android
Kape technologies, maison mère de CyberGhost VPN, se paie ExpressVPN pour près d'un milliard de dollars
Une nouvelle start-up du NewSpace en vue ? Steve Wozniak tease l'arrivée prochaine de l'entreprise Privateer
Epic vs Apple : sans surprise, l'éditeur de jeu fait appel de la décision de justice
Impôts : un bug informatique impacte des centaines de milliers de déclarations de revenus
Haut de page