Savoir et programmation : un cocktail détonant

28 février 2014 à 18h09
0
0064000005682052-photo-anicet-mbida.jpg
Chaque semaine, Anicet Mbida nous livre son avis sur l'actualité numérique.
Bluffé. Scotché. Emballé. Ce n'est pas tous les jours que l'on se retrouve face à une innovation qui fait vibrer. Qui change la donne. Cette semaine, il m'a suffi d'une vidéo promo de 12 minutes. Plus la vidéo avançait, plus j'imaginais le potentiel de la technologie.

De quoi s'agit-il ? De la démonstration du Wolfram Language. Imaginez pouvoir manipuler la connaissance, le savoir avec de simples commandes dans un navigateur. Imaginez un outil capable de résoudre des problèmes dignes d'un film de science-fiction : « quelles sont les couleurs dominantes dans les drapeaux des pays européens de plus de 10 millions d'habitants ». Enfin imaginez qu'il suffise de taper trois lignes de code pour afficher, sur une carte, toutes les villes visitées par nos amis Facebook l'été dernier. C'est ce que prétend réaliser le créateur du Wolfram Language dans cette vidéo (en anglais).



Evidemment, il s'agit d'une démo promotionnelle. Le langage n'est toujours pas disponible et Stephen Wolfram est autant connu pour son égo que pour ses projets censés changer le monde. On se souvient du redoutable moteur Wolfram Alpha qui, malgré ses qualités, n'a jamais fait vaciller Google. Son plus grand succès ? L'accord avec Apple qui permet à Siri de donner de vraies réponses plutôt qu'une liste de liens.

Mais Stephen Wolfram est surtout réputé pour son logiciel Mathematica, la coqueluche des scientifiques et une référence en matière de manipulation d'expressions symboliques. C'est d'ailleurs ce logiciel qui est à la base du Wolfram Language, les données et les bases de connaissances provenant de Wolfram Alpha.

Donc si le langage tient ses promesses, notamment sur son usage via des applications tierces, le potentiel est phénoménal. Dans la finance, le marketing, il donnerait une nouvelle dimension au Big Data. Des profils non techniques pourraient extraire des informations d'internet, manipuler les données, utiliser le résultat pour prendre des décisions et présenter le tout sous forme de graphes en 3D. Quant aux startups, elles pourraient créer des applications auxquelles on ne rêve même pas aujourd'hui.

Encore une fois, on croise rarement des technologies offrant autant de perspectives, autant de potentiel. J'espère donc être encore plus bluffé par les réalisations que par la démonstration.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

MediaTek : du 64 bits low cost et du rechargement sans fil multistandard
Copie privée : le Parlement européen adopte le rapport Castex et évoque l'extension au cloud
Infos US de la nuit : B.A. de Reddit, vente d'immeuble SONY, Windows 8.1 gratuit
Live Japon : Bitcoin, un
Revue de Web : le cosplay idéal pour se faire tripoter !
Netflix étudie (entre autres) une fonction arrêtant la vidéo pour un spectateur endormi
Samsung Exynos 5260 et 5422 : de véritables six et huit cœurs
Insolite : Une station de charge compatible avec les briques Lego pour smartphone, à monter soi-même
Qualcomm Snapdragon 610, 615 et 801 : nouveaux SoC milieu et haut de gamme
En Californie, conduire en tenant son smartphone reste légal
Haut de page