Les administrations de l'aviation démentent la possibilité de piratage d'avions via Android

15 avril 2013 à 12h34
0
La Federal Aviation Administration (FAA) et l'European Aviation Safety Administration (AESA) sont revenus sur les déclarations de l'expert en sécurité Hugo Teso, qui estimait la semaine dernière qu'il est possible de prendre le contrôle d'un avion en plein vol avec un terminal Android. Les deux organismes minimisent cette découverte.

00FA000005525541-photo-android-logo.jpg
« La FAA est consciente qu'un consultant en sécurité a allégué qu'il a détecté un problème de sécurité dans le Honeywell NZ-2000 Flight Management System (FMS) installé sur un ordinateur de bureau » explique l'organisme administration. Néanmoins, pour cette dernière, la manipulation décrite par Teso n'est possible que sur un simulateur, une base sur laquelle est construite la démonstration de l'expert, qui n'a jamais eu l'occasion d'exploiter les failles découvertes sur un véritable vol.

« La technique décrite ne peut pas contrôler le système de l'avion en pilotage automatique en utilisant le FMS, ou empêcher le pilote de se substituer au pilotage automatique » explique la FAA. « Par conséquent, un pirate ne peut pas obtenir le plein contrôle d'un avion de la manière dont le consultant technique l'explique. »

La démonstration d'Hugo Teso ne peut donc pas, selon la FAA, « fonctionner sur du matériel de vol certifié. » Une déclaration qui corrobore celle de l'AESA, qui assure qu'il « existe des différences majeures entre le logiciel de formation FMS basé sur PC et la version embarquée dans les avions. Précisément, le logiciel de simulation n'a pas les mêmes protections contre la réécriture et les mêmes contrôles que le logiciel intégré dans les ordinateurs de vol. »

L'écrivain et pilote Patrick Smith va même plus loin : interrogé par The Registrer, ce dernier explique que « le FMS ne contrôle pas les avions comme les gens le pensent, et comme les médias le laissent entendre. Ni le FMS, ni le pilote automatique ne contrôle l'avion. C'est l'équipage qui pilote, au travers des composants de l'avion. Nous lui disons quoi faire, quand le faite et comment le faire. Toutes les données transitent par le FMS, mais c'est à l'équipage de leur donner un sens ».

La FAA et la AESA craignent-ils une psychose des adeptes des voyages aériens ? Quoi qu'il en soit, les révélations d'Hugo Tesa font parler d'elle. Rappelons enfin que l'expert en sécurité a expliqué, à l'issue de sa présentation, être en train de travailler avec l'industrie de l'aviation sur la correction des failles détectées, et n'a, bien entendu, pas rendu public les différents outils permettant de les exploiter.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Gears 5 : 640 jours de ban pour des ragequit à répétition...
L'énergie renouvelable est la principale source d'électricité au Royaume-Uni
Journée de la communauté Clubic.com : c'était samedi, c'était comment ?
Le géant de la réservation hôtelière Booking quitte lui aussi le navire Libra
Fortnite avalé par un trou noir... en pause avant un nouveau chapitre ?
M6 victime d'une cyberattaque affectant l'ensemble des employés du groupe
Le Vatican va lancer un chapelet connecté !
Blizzard allège la peine infligée au joueur ayant soutenu les manifestations de Hong Kong
Linky : une étude de l'ANFR ne relève aucune exposition anormale aux ondes radioélectriques
Le Conseil constitutionnel confirme que l'huile de palme n'est pas un biocarburant

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top