Malgré le succès du streaming, 38% des mélomanes piratent encore leur musique

Pierre Crochart
Spécialiste smartphone & gaming
12 octobre 2018 à 15h50
0
Telechargement musique
Piratage musical // Shutterstock

Un rapport de la Fédération Internationale de l'Industrie Phonographique nous apprend qu'en dépit du succès de Spotify, Apple Music et Deezer, 38% des auditeurs continuent de télécharger de la musique illégalement.

Relayée par le quotidien britannique The Guardian, le rapport de l'IFPI (PDF) dresse un constat inattendu des habitudes de consommation des mélomanes à travers le monde.

Sur un échantillon représentatif de 19 000 personnes âgées entre 16 et 64 ans, réparties dans 18 pays du monde, 38% écoutent de la musique de manière illégale.

Le piratage depuis YouTube a la côte

Si les belles heures d'eMule sont derrière nous, les mélomanes d'aujourd'hui utilisent majoritairement (32%) le ripping de flux audio en provenance d'un service de streaming. Quantité de logiciels permettent de récupérer la piste audio des clips diffusés sur YouTube, par exemple.

23% des sondés déclarent télécharger de la musique en direct download depuis des sites de partage de fichiers, ou par torrent. Enfin, 17% trouvent leur musique illégalement en passant simplement par un moteur de recherche.

Piratage musique
Chiffres du piratage musical // IFPI


« Le piratage de musique a disparu des médias ces dernières années, mais existe toujours », raconte David Price, directeur des analyses de l'IFPI au Guardian. « Les gens apprécient toujours les choses gratuites, cela ne nous surprend donc pas qu'un grand nombre de personnes s'adonne (au piratage). De plus, il est relativement facile de pirater de la musique, chose qu'il est difficile à admettre pour nous ».

De manière générale, les pirates musicaux téléchargent illégalement afin de ne pas avoir à payer un abonnement à l'une des plates-formes de streaming musical, dont le prix moyen de l'abonnement se situe autour des 10€ mensuels.

YouTube fait-il assez de prévention ?

Au Guardian, Price évoque la quasi-absence de ripping en provenance des plates-formes telles que Spotify ou Apple Music, et pour cause : elles sont pour lui « la meilleure façon de consommer de la musique, point final ».

Div Clubic "Lire aussi"

En revanche, l'analyste pointe du doigt un certain laxisme du côté de YouTube, qui donne libre accès à des millions de titres sous licence qu'il est très facile de télécharger illégalement. En effet, à la question « Pourquoi n'utilisez-vous pas les services de streaming payant ? », les interrogés ont répondu à 35% que tout ce qu'ils veulent écouter est disponible (gratuitement) sur YouTube.

Un état de fait que devrait changer profondément la directive européenne sur le droit d'auteur, si elle devait être adoptée définitivement en janvier prochain. En effet en vertu du très controversé article 13 de la législation, YouTube et consorts pourraient être rendus responsables de la fuite de contenus sous copyright.

Continuez-vous à télécharger illégalement de la musique, ou êtes-vous abonnés à un service de streaming légal ?
5
0
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Vignette Crit'air : vers un durcissement des conditions d'obtention
NVIDIA en discussion avancée pour le rachat d'ARM pour au moins 32 milliards
Elon Musk veut fournir des logiciels, des batteries et des moteurs à d'autres constructeurs
L'électricité produite en Europe au premier semestre provenait majoritairement d'énergies renouvelables
Quand Elon Musk affirme que les pyramides ont été érigées par des aliens, l'Égypte l'invite sur place
La première station de recharge à hydrogène ferroviaire annoncée en Allemagne
Rocambole : l'application est enfin de retour sur le Google Play Store !
Plus de 700 km d'autonomie annoncés pour la Mercedes EQS
Pollution : un think tank britannique demande à interdire les publicités pour les SUV
Windows : le bug de recherche dans l'Explorateur bientôt réglé... Huit mois après
scroll top