Ces apps mobiles au service de la médecine dans la lutte contre le cancer

24 février 2017 à 16h57
0
Les applications mobiles ont-elles leur place dans la médecine, voire dans le traitement d'une maladie très complexe comme le cancer ? Certains médecins disent oui, et voici pourquoi.

Améliorer le suivi post-opératoire, merci le smartphone !



En France, certains patients ayant reçu un traitement contre le cancer du poumon (une ablation ou une chimiothérapie) peuvent d'ores et déjà communiquer avec leur médecin via une application mobile ou un espace web accessible depuis un ordinateur, pour ceux qui ne possèdent pas de smartphone. Une fois par semaine, le patient lance l'application et répond à une dizaine de questions sur son état général. Il est amené à auto-évaluer sa faiblesse, sa déprime, la sévérité de sa toux, de son essoufflement, de sa douleur... Il peut aussi renseigner des données de mesures chiffrées, comme sa fièvre ou son poids. Analysées par un médecin, ces informations peuvent servir à détecter très tôt une rechute. Lorsque les premiers signes sont décelés, le patient est pris en charge rapidement. A l'inverse, dans le cadre d'un suivi post-traitement traditionnel, des scanners sont prévus tous les trois à six mois. Un an après le début de l'expérimentation, 75 % des patients équipés de cette application étaient encore en vie, contre seulement 49 % qui ne l'étaient pas.

Cette solution innovante, développée par le docteur Fabrice Denis, du Centre de cancérologie Jean-Bernard (Le Mans), permet donc de réduire les coûts tout en détectant une rechute plus rapidement. L'application a été présentée à la conférence annuelle de l'American Society of Clinical Oncology (ASCO) à Chicago. Toutefois, ne disposant pas encore de l'agrément du ministère de la Santé, elle ne peut pas encore être déployée à grande échelle en France.

0258000008188420-photo-scanner-irm.jpg


Réaliser des diagnostics avec un équipement basique, c'est mieux que rien



Une autre application, développée par des chercheurs de l'université de Stockholm (Suède) et de l'université de Californie - Los Angeles (Etats-Unis), permet au médecin d'utiliser son smartphone en guise de microscope. Ainsi, au lieu de contraindre le patient à se déplacer jusqu'au laboratoire, des mutations tumorales peuvent être détectées au chevet même du patient. Pour cela, le smartphone, qui sert de capteur grâce à sa caméra, est relié à un module imprimé en 3D. Celui-ci possède une LED pour l'éclairage et deux diodes lasers pour l'imagerie en fluorescence. Une fois l'ADN prélevé, le smartphone est muni d'une lentille qui en fait un microscope, et l'observation peut commencer. Ce microscope artisanal est à même de détecter des mutations sur des gènes dont l'expression favorise la survenue d'un cancer.

Ce dispositif n'est bien sûr pas aussi fiable qu'une analyse dans un laboratoire de microbiologie classique et ne saurait être utilisé dans une grande ville dans un pays développé. En revanche, dans des zones reculées ou des pays du tiers-monde, cet équipement, qui coûte moins de 500 euros l'unité, pourrait très bien avoir sa place. A terme, ses inventeurs espèrent l'adapter au diagnostic de maladies bactériennes et à la recherche de marqueurs génétiques associés à une résistance aux antibiotiques.

Voir aussi :
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Normandie : la plus grande route solaire du monde est un échec
Windows Defender obtient 3 fois le score maximum aux tests AV-Test
Sur Reddit, les développeurs d'Apex Legends dérapent et insultent leur communauté
Matrix 4 officiellement annoncé, avec Keanu Reeves et Carrie-Ann Moss
WoW Classic : Blizzard dit s’attendre à des files d’attente monstrueuses à l’ouverture
Minecraft s'offre un boost graphique... réservé aux possesseurs de cartes NVIDIA RTX
PS5 : la fuite d'un brevet révèle un design plutôt original
Starman et sa Tesla Roadster viennent d'achever leur première orbite autour du Soleil
L'astéroïde Apophis qui frôlera la Terre en 2029 est-il vraiment dangereux ?
Selon Google, 1,5% des mots de passe seraient compromis

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top