Détection d'ondes gravitationnelles : une annonce jeudi ?

08 février 2016 à 08h32
0
La rumeur reprend de plus belle concernant la première détection d'ondes gravitationnelles. Un phénomène physique contenu dans les équations d'Einstein, mais pour l'heure jamais encore observé.

Il y a un peu moins d'un mois, un tweet mettait en émoi la communauté scientifique, et particulièrement celle des physiciens, astrophysiciens et autres cosmologistes. Lawrence Krauss, cosmologiste de renom et spécialiste de la physique théorique, annonçait à ses presque 200 000 followers la détection d'ondes gravitationnelles.

Voir à ce sujet : Découverte d'ondes gravitationnelles : les raisons de ne pas y croire

Lorsqu'un corps se déplace, il génère une déformation de la structure de l'espace-temps, et à la manière d'une pierre jetée dans un lac. Cette déformation se propage dans le cosmos, créant ainsi ce qu'on appelle les ondes gravitationnelles. Lorsqu'un phénomène extrêmement énergétique se produit, les ondes générées sont en théorie détectables. L'effondrement d'un système binaire (étoile dans un trou noir, deux étoiles à neutrons qui se percutent, deux trous noirs qui fusionnent...) ou l'explosion d'une supernova sont de bons candidats en la matière.

Avoir accès aux ondes gravitationnelles, c'est donc pouvoir observer indirectement, et à très longues distances, ces événements extrêmes, pour mieux en comprendre le fonctionnement.

08310092-photo-ondes-gravitationnelles.jpg

L'annonce de Krauss fut pour le moins maladroite, puisque le scientifique en question n'appartient pas à l'équipe de chercheurs à l'origine de l'hypothétique découverte, alors que si ses propos s'avèrent exacts, ce n'est sûrement pas à lui que revenait le droit d'annoncer cette nouvelle. Krauss avait alors essuyé de nombreuses critiques et s'est depuis montré bien silencieux sur le sujet. Jusqu'au 4 février dernier.

Le cosmologiste s'est de nouveau exprimé sur son compte pour annoncer la tenue d'une conférence de presse organisée le 11 février prochain par le LIGO, le détecteur américain qui serait à l'origine de la découverte. Et il n'est désormais plus seul à parler ouvertement de la détection d'ondes gravitationnelles.

08337200-photo-mail-burgless.jpg

Source : Gizmodo

Clifford Burgess, physicien à l'Université McMaster à Hamilton, au Canada, a envoyé un email à tout son département de recherche pour leur annoncer que le LIGO avait détecté un signal émis par la collision de deux trous noirs grâce à deux interféromètres, et que le délai entre les deux « réceptions » était conforme à ce que la théorie prédit. Des informations fournies par ses « espions », qui ont pu lire l'article scientifique à venir.

Alors, rumeur ou réalité ? Le LIGO se joue-t-il des quelques scientifiques trop prompts à tweeter ou le détecteur américain a-t-il vraiment décelé ces ondes, véritables loupes à étudier les confins de l'Univers ? Réponse jeudi. Peut-être.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La capitalisation boursière d'Apple dépasse celle de toutes les entreprises du CAC40 réunies
Découvrez la 2CV R-Fit 100% électrique, conçue en rétrofit
La Lucid Air surpasse la Tesla Model S avec une autonomie annoncée supérieure à 800 km
Une usine de production de cellule de batteries pour véhicules électriques bientôt en France ?
Delage dévoile un hypercar hybride à 2,3 millions de dollars
Le processeur Kunpeng 920 d'Huawei rattraperait le Core i9-9900K d'Intel
Des experts en sécurité inquiets à l'approche de la présentation du premier prototype Neuralink d'Elon Musk
Horizon Zero Dawn : le portage PC critiqué pour ses nombreux bugs
Elon Musk envisage la construction d'un Cybertruck plus petit pour l'Europe
Xiaomi Mi 10 Ultra : une édition anniversaire qui veut
scroll top