Détection d'ondes gravitationnelles : une annonce jeudi ?

0
La rumeur reprend de plus belle concernant la première détection d'ondes gravitationnelles. Un phénomène physique contenu dans les équations d'Einstein, mais pour l'heure jamais encore observé.

Il y a un peu moins d'un mois, un tweet mettait en émoi la communauté scientifique, et particulièrement celle des physiciens, astrophysiciens et autres cosmologistes. Lawrence Krauss, cosmologiste de renom et spécialiste de la physique théorique, annonçait à ses presque 200 000 followers la détection d'ondes gravitationnelles.

Voir à ce sujet : Découverte d'ondes gravitationnelles : les raisons de ne pas y croire

Lorsqu'un corps se déplace, il génère une déformation de la structure de l'espace-temps, et à la manière d'une pierre jetée dans un lac. Cette déformation se propage dans le cosmos, créant ainsi ce qu'on appelle les ondes gravitationnelles. Lorsqu'un phénomène extrêmement énergétique se produit, les ondes générées sont en théorie détectables. L'effondrement d'un système binaire (étoile dans un trou noir, deux étoiles à neutrons qui se percutent, deux trous noirs qui fusionnent...) ou l'explosion d'une supernova sont de bons candidats en la matière.

Avoir accès aux ondes gravitationnelles, c'est donc pouvoir observer indirectement, et à très longues distances, ces événements extrêmes, pour mieux en comprendre le fonctionnement.

L'annonce de Krauss fut pour le moins maladroite, puisque le scientifique en question n'appartient pas à l'équipe de chercheurs à l'origine de l'hypothétique découverte, alors que si ses propos s'avèrent exacts, ce n'est sûrement pas à lui que revenait le droit d'annoncer cette nouvelle. Krauss avait alors essuyé de nombreuses critiques et s'est depuis montré bien silencieux sur le sujet. Jusqu'au 4 février dernier.

Le cosmologiste s'est de nouveau exprimé sur son compte pour annoncer la tenue d'une conférence de presse organisée le 11 février prochain par le LIGO, le détecteur américain qui serait à l'origine de la découverte. Et il n'est désormais plus seul à parler ouvertement de la détection d'ondes gravitationnelles.

Clifford Burgess, physicien à l'Université McMaster à Hamilton, au Canada, a envoyé un email à tout son département de recherche pour leur annoncer que le LIGO avait détecté un signal émis par la collision de deux trous noirs grâce à deux interféromètres, et que le délai entre les deux « réceptions » était conforme à ce que la théorie prédit. Des informations fournies par ses « espions », qui ont pu lire l'article scientifique à venir.

Alors, rumeur ou réalité ? Le LIGO se joue-t-il des quelques scientifiques trop prompts à tweeter ou le détecteur américain a-t-il vraiment décelé ces ondes, véritables loupes à étudier les confins de l'Univers ? Réponse jeudi. Peut-être.
Modifié le 02/12/2020 à 10h14
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Suivez en direct le match entre le champion du jeu de go et la machine de Google
Le Galaxy S7 disposerait d'une autonomie de deux jours
Google Hangouts adoptera le P2P pour améliorer la qualité des appels
Tim Cook tweete une photo floue, l'iPhone ne le remercie pas
Titanfall 2 disposera d'une vraie campagne solo
Non à Facebook, Twitter : vous n'aimez pas les réseaux sociaux (votre avis)
Sondage : digital ou numérique, les anglicismes et vous ?
Live Japon : Foxconn et Sharp, bluff contre mauvaise foi
On Refait Le Mac : Virus, cryptage, les Mac et iPhone sont-ils toujours en sécurité ?
Apprenez à jouer du Daft Punk en code informatique
Haut de page