Ouya : une console Android à 100 dollars dédiée au free to play et à la bidouille

04 juillet 2012 à 12h13
0
Le décrié modèle free to play pourrait bientôt avoir sa propre console. Plusieurs grands noms de l'entreprenariat prépareraient effectivement « Ouya », une console de salon low cost dédiée aux joueurs du dimanche.

0000014005280238-photo-ouya.jpg

En marge des futures PlayStation et Xbox misant sur des prestations haut de gamme avec des jeux vidéo à plusieurs dizaines d'euros, le projet « Ouya » s'engage dans un autre créneau, dont l'actualité a démontré qu'il était porteur.

L'équipe du projet « Ouya » espère ainsi concevoir un boîtier Android vendu à bas prix, 100 dollars, et donnant accès à un catalogue de jeux vidéos exclusivement free to play, c'est-à-dire gratuits au moins en partie. Le fabricant et les développeurs tireraient leurs revenus de la vente de contenus additionnels (DLC), avec une répartition comme sur les autres catalogues d'applications. Le boîtier ciblerait également d'autres cibles puisqu'il serait « conçu pour être bidouillé » et livré pour ce faire avec un kit de développement.

Publiée sur AngelList, un service dédié aux startups, la présentation du projet « Ouya » fut retirée après avoir été relayée par The Verge, un site Internet réputé sérieux mais qui n'est plus que la seule source. Celle-ci révélait que la startup est à l'initiative de Julie Uhrman, ex-responsable de la rubrique dématérialisé du géant IGN, ce que confirment ses profils LinkedIn et Twitter, et que des pointures comme Ed Fries, l'un des concepteurs de la première Xbox, Muffi Ghadiali, qui a travaillé sur l'Amazon Kindle ou encore le designer Yves Béhar, à qui l'on doit l'OLPC, sont associés.

Aucune date de disponibilité n'est encore avancée, mais Julie Uhrman travaillerait sur le projet depuis sept mois, et on sait qu'un produit comme la Google Nexus 7 est née en quatre mois. La « Ouya » pourrait donc être lancée d'un jour à l'autre.

0140000005280236-photo.jpg

Romain Heuillard

C'est vers l'âge de 12 ans, lorsque j'ai reçu mon premier ordinateur (un Pentium 100), que j'ai décidé d'abandonner ma prometteuse carrière de constructeur de Lego pour me consacrer pleinement à ma no...

Lire d'autres articles

C'est vers l'âge de 12 ans, lorsque j'ai reçu mon premier ordinateur (un Pentium 100), que j'ai décidé d'abandonner ma prometteuse carrière de constructeur de Lego pour me consacrer pleinement à ma nouvelle passion pour l'informatique. Depuis je me suis aussi passionné pour l'imagerie en général et pour la photo en particulier, mais je reste fan de sujets aussi obscurs que les procédés de fabrication de composants électroniques ou les microarchitectures de processeurs, que l'infiniment grand et l'infiniment petit. Je suis enfin foncièrement anti-DRM et pro-standards ouverts.

Lire d'autres articles
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires

Haut de page

Sur le même sujet