Captage et stockage de CO2 : l'Agence de transition écologique est sceptique

10 août 2020 à 09h30
12
Industrie chimique © Shutterstock.com

La France devra respecter en 2050 une neutralité carbone à l'échelle nationale, et les industriels envisagent l'utilisation du captage-stockage géologique du CO2 (CSC) pour y parvenir. Une solution qui ne convainc pas l'ADEME, l'Agence de transition écologique.

Pour les secteurs industriels n'ayant que peu de marge de manœuvre sur la décarbonation, le CSC pourrait être une véritable alternative afin de réduire les émissions sans changer fondamentalement leur moyen de production.

Des défis majeurs pour réussir ce captage

L'utilisation des techniques de captage et de stockage géologique du CO2 demandent une configuration spécifique pouvant permettre de répondre à différents besoins liés à cette technologie. Il y a déjà un défi financier, car le CSC est très coûteux en énergie, avec le risque de ne pouvoir réduire les coûts que de manière très limitée, et uniquement dans le cas des sites très fortement émetteurs qui gagneront forcément à réduire la pollution qu'ils génèrent.

L'autre défi est sociétal et environnemental, puisqu'il faut faire accepter aux populations proches de ces solutions le risque technologique et sanitaire qu'elles représentent. Le défi environnemental est celui des capacités de stockage géologique de ces gaz, les sols n'étant pas adaptés partout. Outre ces questions, celle de la présence d'infrastructures pour le transport du CO2 et celle de la concentration des sites industriels alentours sont également soulevées par l'ADEME.

Le CSC, un dernier coup de pouce plutôt qu'une solution

En raison de ces contraintes diverses, l'Agence de transition écologique prévient que selon elle, très peu de sites peuvent actuellement prétendre à l'utilisation efficace de ces technologies. Seules trois zones, situées dans les Hauts-de-France, en Normandie et en Nouvelle-Aquitaine, auraient en effet la possibilité de stocker au total jusqu'à 24 millions de tonnes de CO2 par an, dont la majeure partie serait conservée en mer. Ce chiffre est toutefois maximal, car si d'autres mesures sont mises en place pour réduire l'empreinte carbone de ces sites, les émissions seront moindres.

Et d'après l'ADEME, il faudra bien d'autres mesures puisqu'elle rappelle que la stratégie nationale bas carbone vise à limiter le CSC à 5 millions de tonnes par an en 2050. De plus, l'agence juge que des sites tels que les industriels de la chimie situés en Auvergne Rhône-Alpes ne pourront pas bénéficier d'une telle technologie, notamment à cause de leur éloignement des zones de stockage.

Pour toutes ces raisons, l'ADEME explique que « la mise en œuvre du CSC doit être considérée comme la dernière étape dans une stratégie de décarbonation. Cette dernière doit en effet commencer par des actions plus matures et performantes telles que l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables. Le recours au CSC peut cependant être opportun pour des industries ayant des possibilités d’actions alternatives limitées pour abattre totalement leurs émissions de CO2 ».

Source : L'ADEME

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
12
11
Metaphore54
Je suis sceptique aussi, tout ce que j’ai vu jusque là le captage de CO2 annuel serait assez anecdotique.<br /> On produit combien de Co2 par an ? 37 milliards de tonnes par an ?
Oncle_Picsou
On marche sur la tête franchement, comme si le CO2 était le seul polluant!<br /> Il faut savoir que pour faire du CSC, le CO2 est parfois transporté par bateau (dont le moteur au fioul lourd pollue un max, en rejetant notamment de l’oxyde de souffre et un max de particules fines) jusqu’au site de stockage en haute mer.<br /> Et quand ce n’est pas le cas, il est transporté par pipeline (qui ne poussent pas dans les arbres) et comme le dit l’article est très gourmand en énergie.<br /> A quand des camions de CO2 (qui ne paient pas d’eco taxe) sur les routes pour dépolluer ce pays??
Poolnich
Pour faire cela, il faut de l’energie, beaucoup d’energie! D’ou viendra-t-elle? De l’energie fossile, puisque on ne veut pas faire de nucléaire. Ne parlons pas de ENR, elles sont encore marginales et il faut beaucoup d’energie carbonnée pour les contruire et stocker l’energie produite.<br /> Les anti nucléaire penseront donc que le stockage de C02 sera moins dangereux que la gestion de quelques centaines de tonnes de déchets issue du nucléaire.<br /> Il faut vraiment mesurer et peser les ratio gains/ risques.<br /> Que se passera-t-il si il y a une grosse fuite de la chaine de stockage de C02? On évacue la zone?<br /> Il me semble ques les risques sont du meme ordre que ceux du nucléaire, mais sans fournir d’énergie, juste en voulant stocker des déchets, au prix d’une grosse consommation d’energie (fossile)<br /> Rappel, le CO2 reste très longtemps dans l’atmosphère, cela se compte en milliers d’années.
Fulmlmetal
Evidemment que les écolo, association et agence sur le climat ou la transition écologique sont contre, ça va casser leur juteux business.<br /> Des solutions sont apportées mais elles sont systématiquement balayées d’un revers de la main, parce que pas politiquement correctes, parce que ça va à l’encontre de certains intérêts politiques étant donné que la taxe écolo est devenue un énorme revenu budgétaire. Ca contredit trop toute une politique dans laquelle certains pays comme la France et organismes se sont lancés et en ont fait leur cheval de bataille.<br /> Des solutions il y en a d’autres comme celle ci<br /> Sciences et Avenir – 5 Nov 19<br /> Des chercheurs ont trouvé comment transformer à grande échelle le CO2 en...<br /> Grâce à une "feuille artificielle" qui imite le processus naturel de la photosynthèse, des chercheurs ont mis au point une méthode de production de carburant.<br /> Techniques de l'Ingénieur<br /> Transformer les émissions de CO2 en produits chimiques | Techniques de...<br /> Les ingénieurs chimistes de l'Université de Nouvelle-Galles du Sud (UNSW Sydney) ont développé une nouvelle technologie pour convertir le CO2 en carburant ou en plastiques. Prochaine étape : la valider à l’échelle industrielle.<br />
cyrano66
J’allais également évoquer ces pistes de transformation du CO2 en « solides »<br /> Qui me paraissent être une alternative a creuser.<br /> On est malheureusement encore assez loin d’un Development industriel et ça n’est pas la panacée.<br /> Cette piste doit absolument s’accompagner des mesures de modération d’émission De CO2, sinon c’est sans fin.
Fulmlmetal
Absolument. La transition brutale que voudrait nous imposer les écolo a de grave conséquence sur l’emploi et l’économie, les entreprises délocalisent là où il y a moins de contrainte. Le basculement doit de faire progressivement, à tous les niveaux. Un peu de nucléaire type EPR, du renouvelable, de la réduction ou de la transformation de CO2, des voitures hybrides, etc. Ce n’est pas avec la méthode actuelle des taxes, des amendes, des interdictions, ou d’une écologie punitive qu’on changera la mentalité les gens. Il ne serait pas idiot par exemple de former les enfants à l’école à la responsabilité écologique (recyclage, ne pas jeter par terre, tri, réduction des déchets, économie d’énergie et de l’eau, apprendre à faire son potager, etc), on le fait bien pour l’éducation civique.
fromage
Attention à ne pas confondre polluants et gaz à effet de serre. Le dioxyde de souffre est un polluant, il a un fort impact sanitaire et environnemental, mais il ne reste pas plus de quelques jours dans l’atmosphère. Pareil pour les particules fines. Il «&nbsp;suffit&nbsp;» d’arrêter d’en émettre pour se débarrasser du problème. Un bateau qui émet du souffre et des particules fines en haute mer ne pose pas de problèmes sanitaires ou environnementaux majeurs (au port, c’est une autre histoire).<br /> Au contraire, le CO2 n’est en général pas considéré comme un polluant (il n’est jamais présent en quantité suffisante pour poser des soucis sanitaires directs), par contre c’est un gaz à effet de serre, avec un temps de résidence des perturbations dans l’atmosphère qui est de l’ordre de plusieurs centaines d’années (voire plusieurs dizaines de milliers d’années, selon quelle définition on utilise). Ce n’est pas le seul (le méthane, l’oxyde d’azote et les CFCs/HFCs/SF6 comptent aussi), mais c’est le plus problématique à l’heure actuelle.<br /> Même si personnellement, je pense qu’il y a des usages plus efficaces de notre argent (et de notre temps) que le CSC pour s’attaquer au problème du réchauffement climatique, ce n’est pas totalement absurde d’accepter une pollution locale et de court terme, pour éviter des conséquences globales sur le long terme.
cyrano66
Oui.<br /> Je suis assez dans cette voie.<br /> Je me considère comme un écologiste réaliste.<br /> Je reste ancré sur les 3 piliers du développement durable.<br /> Profitables pour le social, l’économie et l’environnement. Si l’un des 3 a trop à y perdre c’est voué à l’échec dès le départ.<br /> La punition est contre productive. C’est en apparence la solution la plus efficace et la plus rapide mais concrètement ça ne fonctionne pas.<br /> Imposer un mode de vie fonctionne encore moins.<br /> Le monde n’est pas tout noir ou tout blanc, il y a plein de nuances.<br /> Je crois en Une écologie durable vertueuse qui créait de la richesse et de l’emploi.<br /> Cette voie est déjà en marche.<br /> Continuer de crier au feu alors que les pompiers sont déjà en train de dérouler les tuyaux n’éteindra pas le feu plus vite.<br /> Qu’ils y aient des réfractaires aux changements c’est normal et même tant mieux puisque ils forcent a la réflexion dans tous les camps.<br /> la question n’est pas trop de savoir de combien de degré la terre va se réchauffer quel spécialiste il faut croire et débattre pour savoir si l’homme y est pour quelque chose. Ou de dire c’est pas moi c’est l’autre.<br /> Mon raisonnement est basique. On a tous à gagner à cesser de transformer notre planète en poubelle.<br /> Maintenant il Faut se retrousser les manches, réfléchir, travailler. Et ne Pas avaler tout cru les poncifs qu’on entend.<br /> La prise de conscience c’est avoir un minimum d’esprit critique, de la prise de conscience naît le changement.<br /> Le processus peut être long et par étapes.<br /> Le diagramme de Kotter l’illustre très bien et l’analogie est évidente.<br /> image600×550 77 KB<br /> Beaucoup sont visiblement restés bloqués à l’étape 1 ou 2.<br /> Faudrait avancer les autres étapes si ils veulent que ça change.
bestermanus
je vais surement dire une grosse connerie : planter des arbres ? (nan, pas taper) :-/
cyrano66
Les fameux puits de carbone<br /> Ça se fait déjà pas mal<br /> Il existe tout un tas de programme dans ce sens.<br /> Parfois sérieux, parfois ce sent un peu le greenwashing<br /> lejdd.fr<br /> Planter des arbres pour sauver la planète? Pas toujours une bonne idée<br /> Encouragés par les études scientifiques valorisant le rôle des arbres pour capter le CO2, pays et entreprises se lancent dans de grands plans de reboisement. Les chercheurs et militants interrogés par le JDD pointent le risque de greenwashing.<br />
c_planet
l’intérêt pour la lutte anti CO2 est plus qu’artificiel, y a pas vraiment de différence avec la formation de bulle de marché. Si t’as pas de billes pour spéculer, tu prends les pop-corn et tu t’installes …
suraxe2015
C’est la dernière stupidité en date au sujet du CO².<br /> 1 Le CO² n’est pas un polluant !<br /> 2 Il ne réchauffe pas la planète !<br /> 3 Mais par dessus TOUT le dégazage naturel des océans, de la végétation et des sols représente 16 a 17 fois le CO² produit par la combustion des combustibles fossiles. Si il devait réchauffer quoi que ce soit on le saurait depuis des millénaires.<br /> Le prétendu problème du CO² n’est qu’une imposture !
cyrano66
Ben voyons.<br /> Des milliers de scientifiques dans le monde Tout domaines confondus se sont tous mis d’accord Pour nous raconter des bobards.<br /> C’est leur passion de sortir des énormités…<br /> Si le sujet du CO2 est une imposture, poser vous déjà ces simples questions :<br /> Pourquoi faire ? Qui a intérêt a raconter ça ? Dans quel but ?<br /> A moins que vous soyez un amateur d’un gigantesque complot international donc l’unique but est de nous faire ch’er, sinon je vois pas.<br /> Vous avez le droit d’être climato sceptique<br /> Mais élargissez votre champ d’analyse.<br /> Regardez les Faits, les causes et les conséquences.<br /> 1 -En effet isolé le CO2 n’est pas un polluant. Le CO2 est même nécessaire à la vie. C’est sa concentration qui le rend toxique. Au delà d’un certain seuil il est même mortel pour nous les Hommes.<br /> 2 - le CO2 réchauffe l’atmosphère. Et heureusement que le CO2 participe au réchauffement. Ça s’appelle l’effet de serre et c’est garce a lui (entre autre) que notre atmosphère est propice à la vie. Sans effet de serre les variations extrêmes de température de l’atmosphère ne permettraient pas de vivre sur terre.<br /> Mais l’effet de serre est un équilibre. Pas assez la vie est difficile, quand d il y en a trop la vie est difficile.<br /> 3 - oui la bio masse produit naturellement du CO2. Le problème est que Le taux de concentration a augmenté de 42% en 177 ans. Et a actuellement une concentration jamais atteinte en 800 000 ans (analyse des bulles d’atmosphère prisonnières des carottes glaciaires)<br /> Ça c’est les faits.<br /> A la limite (et en se mettant des peaux de saucisson devant les yeux) On peut être sceptique sur l’origine humaine De l’augmentation du CO2.<br /> On peut avancer que ça c’est déjà produit il y a quelques millions d’années.<br /> On peut effectivement penser que la terre sera capable de gérer plus ou moins rapidement.<br /> Sauf que L’Homme est apparu il y a 200 000 ans. Nos organismes et la biosphère actuelle qui nous nourris n’a jamais eue à subir une atmosphère aussi concentrée en CO2.<br /> La seule question réelle à se poser est la survie de l’espèce humaine ici et maintenant.<br /> On peut penser que ça n’aura aucune conséquence mais malheureusement la multiplication des déséquilibres (effets météorologiques, migration massive de la faune et de la flore, dégèle du permafrost, etc.) tendent plutôt à démontrer que la concentration du CO2 dans l’atmosphère est en Train de modifier son équilibre.<br /> Donc si la concentration de CO2, qu’elle soit naturelle ou artificielle, engendre des conséquences qui rendent difficile la survie de l’homme sur terre on fait quoi ? On continue à nier les faits ou on se sort les doigts du Q ?<br /> Maintenant je respecte vos opinions et j’essaye même pas de vous faire changer d’avis.<br /> Mais que vos arguments soient un peu plus fondés et réfléchis ça serait mieux.
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

EGO FightStick : Mad Catz revient au stick arcade et dévoile un nouveau gamepad
En cas de ban de WeChat, l'iPhone perdrait jusqu'à 30 % de parts de marché en Chine
Un nouveau smartphone realme doté d'une batterie de 5000 mAh repéré aux États-Unis
GoPro Hero 7 et DJI Osmo Action : deux actions cam à prix choc pour les Soldes
Bentley va développer un moteur électrique intégré dans l'essieu
Le Huawei Mate 40 sera le dernier à embarquer un SoC Kirin
Après un report à cause du coronavirus, Cadillac dévoile enfin son SUV électrique Lyriq
Xbox Series S : la console officialisée via une photo de l'emballage de la manette
Découvrez la 2CV R-Fit 100% électrique, conçue en rétrofit
Jaguar Land Rover développe un logiciel de conduite autonome capable de réduire le mal des transports
Haut de page