VLC : la faille de sécurité démentie

24 juillet 2019 à 14h04
0
VLC Logo

Ce 24 juillet 2019, VLC a ouvert un thread sur Twitter pour faire le point sur la faille de sécurité « élevée » découverte dans son lecteur multimédia. Plus encore, l'organisme à but non lucratif dément l'existence de cette faille. Elle met en cause le MITRE, un organisme gouvernemental de cybersécurité, qui a ouvert un signalement sans réaliser la moindre vérification.

Finalement, la faille critique détectée dans VLC Media Player n'existe pas, et c'est tant mieux !

La faille de sécurité de VLC n'existe pas

Il y a quelques jours, le lecteur multimédia VLC était pointé du doigt concernant une faille de sécurité classée comme « élevée », présente dans sa version 3.0.7.1. Cette faille pouvait a priori permettre à un attaquant d'exécuter du code à distance sur un ordinateur équipé du logiciel, lui donnant accès aux données de l'appareil.

Découverte par le CERT-Bund, une agence de cybersécurité allemande, cette information a été reprise par le MITRE (son homologue aux Etats-Unis) qui a ouvert un signalement. À travers le CVE-2019-13615, l'agence américaine invitait les utilisateurs à désinstaller le Media Player, le temps qu'un correctif soit apporté à cette faille.

Dans un thread sur Twitter, VLC explique que le lecteur multimédia n'est absolument pas vulnérable. En effet, le problème soulevé se trouvait « dans une librairie tierce, appelée libebml, qui a été corrigée il y a plus de 16 mois ». De plus, c'est le chercheur qui a ouvert le sujet sur leur bugtracker - qui est public - qui a indiqué que le correctif était développé à 60%. Une information sans fondement.

Les agences de cybersécurité en cause

Pour assurer ses dires, VLC a tenté de reproduire le problème, sans y parvenir. Les équipes du Media Player ont alors contacté cette personne, et découvert qu'elle utilisait Ubuntu 18.04, « une ancienne version d'Ubuntu [ qui ] ne possède clairement pas toutes les bibliothèques mises à jour ». Une situation intolérable pour les membres bénévoles de VLC, qui rencontrent ce genre de problème de manière répétée, depuis des années.

« Pour quelque raison que ce soit, CERT-Bund a décidé de lancer un avertissement, sans vérifier ni le crash (ce n'est pas difficile), ni la vulnérabilité, ni même nous contacter. Et bien sûr, le CERT-Bund ne nous a pas contactés pour des clarifications ». Idem pour le MITRE, aux Etats-Unis.

« Est-ce que le MITRE se comporterait de la même façon si nous étions Microsoft ou une autre grande entreprise ? Mais non, nous ne sommes qu'un petit organisme à but non lucratif qui n'a même pas les moyens de payer quelqu'un à temps plein... ».




Source : Twitter, Numerama
12
10
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Vignette Crit'air : vers un durcissement des conditions d'obtention
Face à de très mauvais résultats financiers, EDF s'apprête à se serrer la ceinture
Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, qualifie le réacteur EPR de
Pollution : un think tank britannique demande à interdire les publicités pour les SUV
Quand Elon Musk affirme que les pyramides ont été érigées par des aliens, l'Égypte l'invite sur place
Depuis 2011, Hadopi c'est 87 000 euros d'amende pour... des dizaines de millions d'euros de subventions !
L'électricité produite en Europe au premier semestre provenait majoritairement d'énergies renouvelables
Plus de 700 km d'autonomie annoncés pour la Mercedes EQS
La première station de recharge à hydrogène ferroviaire annoncée en Allemagne
Les employés de Blizzard font la lumière sur d'inquiétantes disparités salariales

Discussions sur le même sujet

Notre charte communautaire

  • 1. Participez aux discussions
  • 2. Partagez vos connaissances
  • 3. Échangez vos idées
  • 4. Faites preuve de tolérance
  • 5. Restez courtois
  • 6. Publiez des messages utiles
  • 7. Soignez votre écriture
  • 8. Respectez le cadre légal
  • 9. Ne faites pas de promotion
  • 10. Ne plagiez pas
  • Consultez la charte
scroll top